Baisse du carburant : Le Pouvoir temporise

arton9301-7eb95

Malgré les folles rumeurs qui avaient dernièrement couru à Nouakchott annonçant une baisse drastique du prix du carburant en Mauritanie consécutive à la baisse notée sur le prix du baril du pétrole international, le gouvernement s’abstient toujours à s’exécuter. Tout porte à croire toutefois que cette perspective qu’attendent tous les automobilistes, sera effective dans quelques semaines, c’est-à-dire, dès l’entame 2015. C’est du moins ce qui ressort des propos d’un haut responsable du ministère de l’Energie qui a révélé que les Autorités se penchent à propos et devaient se définir après que le système en place soit entièrement évalué.

Alors que le prix du pétrole brut continue sa chute vertigineuse à l’international, avec une baisse enregistrée la semaine dernière qui n’a jamais été égalée ces vingt dernières années, les Autorités publiques tardent à appliquer une baisse sur le prix du carburant à la pompe. Occasion de se demander les raisons qui poussent le gouvernement à continuer d’observer le statut-quo, d’autant que de tous temps, la hausse du prix du carburant à la pompe, a été chaque fois justifiée par l’augmentation du prix du baril dans le monde ! Un état de fait que les Mauritaniens ont couramment vécu : si la dernière en la matière date de février 2013, avec une nouvelle tarification qui a porté les prix du litre à la pompe du diésel à 369.6 UM et celui de l’essence à 425 UM, en 2012, le pays avait connu sept augmentations, et en 2011, une dizaine d’augmentations avait été enregistrée. Le rythme des augmentations fut tellement soutenu et régulier que nombreux étaient ceux qui était certains qu’à terme, le prix du gasoil au litre, atteindrait la barre fatidique de 400 UM ! Cette perspective relève bien du passé. Et les autorités le savent bien, elles qui se sont abstenues de toute nouvelle hausse du prix du pétrole à la pompe ces derniers mois.

Mais plus que cela, aujourd’hui, c’est d’un acte inverse que les Automobilistes ont besoin. Il s’agit, selon nombre de transporteurs rencontrés, d’agir comme en 2009 quand le gouvernement avait saisi l’opportunité offerte par une faible chute du prix du baril à l’international (3,4%) pour revoir à la baisse le prix du carburant à la pompe, fixant le litre du gasoil à 245 ouguiyas au lieu de 266 et celui de l’essence à 302 au lieu de 343 ouguiyas !
Ces dernières semaines, suite de la baisse du prix du baril du pétrole de près de 30% au niveau international, une information avait été véhiculée dans des médias annonçant une baisse allant de 50 à 100 ouguiyas sur le prix du litre du carburant en Mauritanie. L’information est restée sans suite.

Cette baisse du prix du carburant, les syndicats des travailleurs des transports routiers la réclame depuis quelques semaines, le patronat aussi et les Automobilistes voire les commerçants et les contribuables de même. Parce que le pays est frappé de plein fouet par une crise économique sans précédent. Parce qu’une baisse du prix du carburant impacterait forcément et positivement sur les conditions de vie de l’ensemble des Mauritaniens, sans exception aucune. Et, dans le cas d’espèce, on n’a point besoin d’être économiste pour le comprendre, parce que, c’est l’évidence même. Cette baisse du prix du carburant, attendue depuis près d’une année, est devenue une nécessité absolue de l’heure. Aucune mesure n’est plus urgente que celle-là aujourd’hui. C’est la voie du salut incontournable pour le gouvernement, surtout avec ses répercussions bénéfiques qui en découleraient, pour atténuer la souffrance des Mauritaniens.

Appréhensions
Les Autorités publiques semblent bien conscientes de la situation nouvelle engendrée par la baisse du prix du baril de l’or noir. C’est pourquoi, une fois n’est pas coutume, une commission technique a été mise en place pour étudier le problème et voir comment et dans quelles mesures, le prix du carburant à la pompe pourrait être revisité. Un économiste abordé par nos soins à propos, est persuadé du fait que la Mauritanie sera obligatoirement amené dans les jours ou les semaines à venir à revoir à la baisse le prix du carburant dans les stations d’essence. Seulement, le gouvernement doit « s’assurer que le prix du baril est structurel et non conjoncturel ». Cela permet, poursuit-il, « d’éviter de défaire son socle de mobilisation de ressources internes et fausser les projections de plusieurs gestions successives.

S’il est structurel, vous pouvez, sur cette base, construire vos hypothèses budgétaires. Mais s’il est conjoncturel et qu’en tant qu’Etat vous vous précipitez à baisser un certain nombre de prix pour des produits qui sont liés à ce baril vous risquez de fausser votre cadrage budgétaire. Et le plus grand danger de fausser son cadrage, c’est d’aller vers des déficits extrêmement profonds et des partenaires et de défaire son socle de mobilisation de ressources internes. Donc, fausser les projections d’une gestion ». Pour notre économiste, les faits sont têtus : la présente baisse du baril est structurelle, mais plus « elle va encore descendre davantage en 2015 quand les Etats Unis, premier importateur de pétrole dans le monde, cesseront d’importer pour exploiter leurs réserves de schistes avec les 4 000 nouveaux puits de production de pétrole de schiste récemment mis en service dans ce pays ».

Au demeurant, au de-là de la baisse logique des prix du carburant, la chute du prix baril devrait également se refléter sur le pouvoir d’achat des Mauritaniens. Les Mauritaniens devraient donc mieux vivre. A terme, ils devraient assister à un recul des prix à la production et un recul drastique du prix des produits de consommation. Les automobilistes, les compagnies de transport aérien et routier, les stations industrielles, bref tout le tissu industriel devrait profiter de ce recul du prix du baril. Le prix du transport en particulier, la fabrication des produits qui demande de l’énergie et donc leur prix au consommateur, le prix des produits de consommation, le prix de l’électricité pour les ménages devraient tous être revus à la baisse, avec force…

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge