Biram magnifie les œuvres de Murtoudo et Saydou Kane et fustige les bourreaux des pauvres

66a54350e94d9d93612885188af705a6_LBababé et M’Bagne ont accueilli, dimanche 16 mars, la délégation du candidat Biram Dah Abeïd en  tournée dans la Vallée. L’accueil a été somptueux dans ces deux villes. Ce fut une véritable démonstration de force dans ces deux localités.

A M’Bagne, un hommage appuyé a été rendu au grand résistant halpulaar,  Mamadou Samba Diop dit Mourtodo, véritable porte étendard de la culture et du patrimoine civilisationnel, décédé en juin 2009. Une minute de silence avait été observée en sa mémoire peu avant le meeting. Le lendemain, la délégation du candidat Biram Dah Abeïd s’est rendue au cimetière de M’Bagne pour se recueillir sur sa tombe.Il fut un combattant infatigable pour la liberté et l’émancipation des peuples. Mourtodo  est une figure très connue dans les mouvements de lutte politique pour la revendication de l’égalité, de justice et de meilleure cohabitation entre les composantes nationales de la Mauritanie.

« Mourtoudo, paix à son âme, fut un digne fils de la Mauritanie, de la communauté africaine, musulmane et de l’humanité », a témoigné le leader abolitionniste.

Abordant les questions de l’heure, Biram Dah Abeïd a fustigé les politiques d’exclusion, d’injustice sociale, de déportations massives des populations négro mauritaniennes lors des années de braise, les expropriations des terres de pauvres paysans. Il a également dénoncé l’alignement aveugle des cadres de la Vallée sur le régime de Ould Abdel Aziz  exploitant la misère des villageois, l’esclavage érigé en règle, la corruption et le racisme.

Sollicitant les suffrages des populations, lors de la prochaine bataille présidentielle, Biram leur a promis en cas de victoire la justice sociale.

Il inscrit son combat sur la voie tracée par Mourtoudo Diop et Saydou Kane s’engageant à  redonner à chaque mauritanien ses droits par une égalité des chances et un accès de tous aux ressources. Biram a mis en garde ceux qui utilisent le pouvoir des plus forts pour l’achat de conscience des communautés des plus faibles. Il a appelé les populations de Bababé et de M’Bagne à le soutenir pour accéder par la voie des urnes à la magistrature suprême.

Il a enfin récusé, l’instrumentalisation de la religion par un pouvoir aux abois.

Les troupes locales, les jeunes rappeurs ( Chico Bass et Trée Art ) et  celle des griottes ont, grâce à de superbes partitions, égayé l’assistance.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge