Biram tance des leaders Halpoular et salue le courage des Komé soninké

Biram Dah Abeid-candidat

C’est le clash ! Biram Dah Abeïd a exclu tout compagnonnage avec les Flam, le MPR, Touche pas à ma nationalité et le PLEJ si ces groupements politiques ne manifestent pas en acte et pratique leur opposition aux idées esclavagistes et aux pratiques féodales.

Le leader abolitionniste qui s’exprimait, ce samedi 18 Octobre, à Sebkha, lors de l’adhésion des membres de l’Union des Volontaires pour le développement de soninkara au mouvement IRA n’a pas été tendre avec les dirigeants des partis et structures négro-mauritaniens.

Après les avoir descendus en flammes, Biram a rappelé que les féodaux négro-mauritaniens se sont rebiffés et se sont farouchement opposés à sa candidature en martelant qu’ils ne sauraient soutenir un « maccudo » (esclave) à la présidentielle. Raillant ses anciens compagnons, Biram a soutenu qu’il « ne mènera de combat qu’avec des personnes propres ».

Poursuivant sa diatribe, Biram, a déclaré : « Autant nous luttons contre l’esclavage autant nous ne pouvons pas accepter la perpétuation de la féodalité dans les communautés noires.

Sans ambages, le président de IRA Mauritanie a décliné tout soutien de féodaux soninké, halpulaar et wolof minimisant leur degré de citoyenneté, de religiosité.

« Certains individus, de véritables ordures, sont des esclaves de maures. Ils subissent toutes sortes d’humiliations pour décrocher des postes et obtenir de l’argent. Quand ils retournent au village, ils s’estiment supérieurs aux autres. Ils ne méritent rien. Ils sont de véritables ordures. Notre combat est dirigé contre ces groupes d’individus féodaux ».

Sous les tonnerres d’applaudissements nourris des nouveaux adhérents constitués en grande majorité de jeunes hommes et femmes, l’ancien candidat à la présidentielle a indiqué que : « Nous sommes les dépositaires du courage, de la combativité et de l’incorruptibilité.

Nous entrons et sortons de prison(…) Nous allons prendre le pouvoir ici en Mauritanie. Personne n’y pourra rien ». Profitant de la tribune qui lui est offerte, Biram a rendu hommage à certains de ses camarades de lutte entre autres Kawtaal Nyellitaaré et l’Union des volontaires du développement du Guidimakha pourtant issus des castes féodales pour «leur courage, leur dignité de rester toujours à ses côtés ».

Biram a également prié pour la guérison totale du Dr Sy Zeïn Abdine, président du parti de l’Alliance pour la Démocratie en Mauritanie (ADEMA), actuellement malade. «Un homme exceptionnel qui a été toujours aux côtés des plus humbles », a-t-il précisé.

Auparavant, l’ancien directeur de campagne, Diop Amadou Tidjane a salué l’adhésion massive des membres de l’Union à IRA, leur courage et surtout la volonté manifeste fortement affichée de lutter contre l’esclavage et la féodalité dans le milieu soninké.

Peu avant Dr Wolo Coulibaly et Yacoub Baghayogho, dirigeants de la structure ont rappelé les péripéties de leur combat contre la féodalité au Guidimakha et au Gorgol ( Djadjibiné) empreintes d’intimidations, de pressions et d’embargo des chefferies traditionnelles au sein des marchés, des moulins et des mosquées.

« En 2006, grâce à deux listes indépendantes conduites par des Komé (esclaves) et harratines, nous avions mis fin à 21 ans de règne du maire de Djadjibiné, narre Dr Coulibaly. Grâce à nos 13 conseillers, le candidat de la chefferie traditionnelle avait été battu.

De fortes pressions avaient été exercées à l’encontre des initiateurs et membres de la liste. C’est grâce au préfet que le maire issu de la catégorie des esclaves avait été intronisé ».

Selon le docteur Coulibaly, « le combat contre la féodalité doit d’abord être mené au sein des concessions familiales avant d’être étendu (…) Les jeunes peuvent changer les choses », affirme-t-il.

De nombreuses personnes se sont relayées au micro manifestant leur soutien au leader abolitionniste et dénonçant les pratiques exclusionnistes, féodales et racistes qui gangrènent la société mauritanienne.

Signalons que le mouvement UVDS ( Union des volontaires pour le développement de soninkara ) est composé des jeunes victimes des séquelles esclavagistes et féodales au sein de la sphère communautaire soninké.

Source : Le Calame

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge