Boghé : Le P2RS forme les coopératives féminines sur les techniques culturales et la gestion

Digital imageLe Hakem de Boghé, M. El Bou O/ El Vadel a présidé ce vendredi 12 août 2016, au Centre de formation des producteurs ruraux de Boghé, la cérémonie d’ouverture d’une session de formation de 3 jours au profit des représentantes de coopératives féminines de Dar El Avia, Dar El Barka, Rosso et  Tékane. Cette activité qui s’inscrit dans le cadre du « Programme de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel » exécuté par le Ministère de l’Agriculture sur financement de la BAD (Banque Africaine de Développement), porte sur les techniques de cultures sous-pluies, derrière-barrage, la production des cultures maraîchères et sur l’organisation et la gestion des coopératives.

Dans une brève allocution prononcée pour la circonstance, le Délégué Régional du Ministère de l’Agriculture a d’abord fait une présentation sommaire du projet avant d’aborder les objectifs généraux et spécifiques de la présente session.

Quant au Hakem de la Mouqata’a de Boghé, il a d’abord souhaité la bienvenue aux participants avant d’indiquer que « ce projet s’inscrit en parfaite harmonie avec la politique de l’Etat en matière de lutte pour la sécurité alimentaire surtout chez les couches les plus vulnérables ». Il a en outre mis l’accent sur l’importance que revêt le renforcement des compétences des producteurs ainsi que l’amélioration des méthodes et des techniques dans la lutte contre la pauvreté.

Durant 3 jours, les représentantes de ces coopératives féminines rurales seront formées sur les types de sols et les engrais adaptés, les outils de travail du sol, les modes de semis des principaux légumes, l’organisation et la gestion des coopératives.

En marge de la formation, le Coordinateur national de l’unité de gestion du Projet 1 du P2RS/Mauritanie, M. Sy Baba Hmoyed nous a confié que « ce programme de 20 ans est exécuté dans 6 pays du Sahel (outre la Mauritanie, le Mali, le Sénégal, le Niger, la Gambie et le Burkina Faso) sur financement de la BAD à hauteur de 200 millions de dollars ». Selon M. Hmoyed, « la convention de financement entre l’Etat mauritanien et la BAD a été signée depuis plus d’un an après que notre pays ait rempli toutes les conditionnalités prévues ». La 1ère phase du projet 1 qui s’achèvera en 2020 vise à renforcer la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel dans un vaste programme multisectoriel (santé, élevage, agriculture, pêche etc.). Pour ce qui concerne la Mauritanie, elle prévoit l’aménagement de 1400 ha dont 600 en périmètres maraîchers féminins, la construction de 11 barrages, de forages, de plusieurs puits pastoraux, de 40 magasins de 10 à 50 tonnes, de parcs de vaccination, d’aires d’abattage, d’infrastructures halieutiques, de mini-laiteries, de centres de santé, de marchés ruraux. A s’ajoutent la mise sur pied de 20 plates-formes multifonctionnelles et un important programme de renforcement des capacités des bénéficiaires des investissements de projets comme l’illustre la présente session de formation.

C’est dans ce cadre que le Coordinateur a procédé vendredi après-midi à la distribution d’ovins et de caprins (50 moutons et 50 chèvres) à quelques familles vulnérables choisies par les autorités administratives, communales et sécuritaires dans les communes de Dar El Avia et de Dar El Barka.

Notons que le P2RS intervient dans 10 communes : Dar El Avia, Dar El Barka (Brakna), Rosso, Tékane (Trarza), Tamourt-En Naaj, Boubacar Ben Amer, Soudoud (Tagant), El Qayra, Kankossa (Assaba), Azgueïlem (Gorgol).

Brahim O/ Ely Salem

Source: Le calame

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge