Boucherie humaine à l’hôpital d’Aleg (opposant)

maître LôMaître Lô Gourmo, vice-président de l’Union des Forces de Progrès (UFP-opposition), a dénoncé les conditions de traitement des malades à l’hôpital d’Aleg (capitale du Brakna), dans une sortie publiée à travers les réseaux sociaux, mardi soir.

Poussant un véritable cri du cœur, une femme qui venait de perdre l’une de ses proches internée dans  cette formation sanitaire, a révélé que l’établissement est devenu un lieu où  on pratique « une véritable boucherie humaine ».

Illustration avec un  chiffre qui fait  frémir de peur et d’indignation.

 Ainsi « seize (16) jeunes femmes seraient mortes en quelques mois des suites d’une banale césarienne ».

Plus grave encore, maître Lô   relève avec désolation  que « ce cri du cœur ne servira pas  de signal d’alerte, et comme tous les autres de partout dans ce pays, il  restera comme un hurlement déchirant dans l’immensité de notre Sahara ».

 Un appel de détresse « que nul responsable n’entendra, que nulle autorité n’écoutera, un crime parmi tant d’autres que l’impunité courante couvrira comme elle couvre toujours sous nos cieux blasés, la voix des faibles, des sans rien et des riens du tout, tous ceux qui n’ont que leurs yeux  pour pleurer leur drame et ne pas être autres ou de pas être ailleurs ».

Source: Le calame

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge