Burundi : Passe d’armes, à son tour le parti au pouvoir accuse l’opposition de saboter le processus électoral pour une transition politique

BurundiDans un communiqué rendu public ce jeudi soir, le Cndd-Fdd, le parti au pouvoir, a accusé l’opposition et ses alliés de « tout faire pour préparer le terrain à un gouvernement de transition Rechercher transition ».
« Certains représentants de l’opposition et leurs acolytes de la société civile ne veulent pas participer aux prochaines élections, mais aspirent plutôt à instaurer un gouvernement de transition Rechercher transition », a fustigé dans un communiqué, le Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces pour la défense de la démocratie (Cndd-Fdd), formation politique au pouvoir.
Depuis plusieurs mois, -le 26 avril dernier-, l’opposition appelle les burundais à descendre dans la rue, et a fortement critiqué le médiateur de l’Onu, Saïd Djinnit, une situation que déplore fortement le parti au pouvoir « le facilitateur essayait de trouver une issue favorable pour toutes les parties, certains membres de l’opposition ont choisi d’adopter une attitude de rejet face à toutes ses propositions », poursuit le communiqué, qui indique que dans son rôle, le médiateur de l’Onu, s’appliquait à travers « les négociations engagées », à trouver une issue rapide à la crise que traverse le pays, pour une reprise du processus électoral.
Le parti au pouvoir estime que l’opposition ne veut pas participer aux élections législatives et présidentielles prévues le 26 juin et le 15 juillet, ajoute le même communiqué qui dénonce le « manque de volonté », et l’intention de conduire le Burundi dans un « vide institutionnel ».
A l’heure où nous mettions sous presse, l’opposition n’avait pas encore réagi à ces nouvelles accusations du pouvoir.

Source: Koaci.com

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge