Cameroun : la mort de deux civils attribuée à Boko Haram dans le Nord

cameroun-592x296-1468399402Deux personnes ont trouvé la mort dans la nuit de lundi à mardi au cours d’une attaque attribuée aux islamistes nigérians du groupe Boko Haram dans une localité située près du Nigeria.

« Boko Haram a attaqué un village (Maloumri) dans l’arrondissement de Kolofata », a rapporté sous couvert d’anonymat un responsable d’un comité de vigilance actif dans la zone. « Ils ont tué deux personnes et brûlé des maisons ».

L’attaque et le bilan ont été confirmés à l’AFP par une source proche des autorités de la région.

L’Extrême-Nord, frontalier du Nigeria, est régulièrement la cible d’attaques, dont des attentats-suicides, attribuées aux islamistes de Boko Haram. Après une période d’accalmie, les attaques y ont repris depuis plusieurs semaines.

Attentats-suicides

Un attentat-suicide portant la marque de Boko Haram avait fait onze morts le 30 juin dans la localité de Djakana, quand un kamikaze s’était fait exploser. L’attentat visait un club vidéo où se trouvaient des membres d’un comité de vigilance. Vendredi dernier, sept personnes sont également mortes dans une attaque de Boko Haram dans une ville du nord-est du Nigeria, près de la frontière avec le Cameroun, provoquant la fuite de nombreux habitants.

Le 19 février dernier, un double attentat-suicide, perpétré dans le marché de Memé, à 13 kilomètres de Mora, dans l’Extrême-Nord du pays, avait fait au moins 19 morts. Trois jours avant, l’armée camerounaise avait mené une importante offensive en territoire nigérian à Ngoshe, un poste de commandement du groupe terroriste Boko Haram. Le gouvernement avait alors annoncé un bilan de « 162 terroristes neutralisés » sans que celui-ci soit confirmé par une source indépendante.

Source: Jeuneafrique

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge