Cameroun : Lutte contre Boko Haram, le déploiement des soldats américains crée un psychodrame national

CamerounDans le cadre de la lutte contreBoko Haram Rechercher Boko Haram et le terrorisme, Obama le président des Etats Unis, a décidé en accorda avec le régime de Yaoundé, du déploiement en sol camerounais, de 300 soldats américains. Un premier contingent de 90 militaires, est déjà déployé à l’Extrême-Nord, dans un contexte où les communicateurs de Yaoundé, affiche les succès de l’armée qui « fait face et avec succès aux attaques de la secte islamiste nigériane ».

Dès l’annonce de cette nouvelle, KOACI a interrogé les camerounais de la rue pour avoir leur perception de ce déploiement annoncé. Les sentiments des camerounais vont de l’incompréhension à la colère.
Au marché Mokolo de Yaoundé, les commerçants interviewés ce jeudi matin sont unanimes, Obama vient de programmer « l’invasion et la déstabilisation » du pays de Paul Biya, « c’est inadmissible. La situation est donc si grave que cela pour que l’on nous envoie des GI sur notre sol ? » S’interroge Effa Hervé Landry, 35 ans, vendeur de vêtements.
Pourtant, ajoute-t-il, notre armée a toujours fait savoir qu’elle maitrisait la situation.
Pour Raoul Guy Fongang, 32 ans, conducteur de taxi, c’est le schéma du chaos libyen qui se dessine à partir de l’Extrême-Nord, où sont déjà déployés 90 militaires américains.
Meukuemgang scholastique, enseignante dans un lycée privé estime pour sa part, que la longévité de Biya au pouvoir a poussé les américains à agir pour le « chasser » du palais d’Etoudi, « si l’objectif à terme est de nous débarrasser de monsieur Biya, je salue cette arrivée des militaires américains », lance-t-elle.
Sur les réseaux sociaux, où la parole est plus libérée, l’électrochoc est à son paroxysme. Les condamnations du déploiement de 300 soldats américains, se multiplient. Certains se demandent pourquoi le parlement camerounais n’a pas été sollicité ?
« Biya est-il conscient du mal qu’il fait à notre pays » ? S’interroge un autre.
L’autorisation du déploiement des soldats américains au Cameroun, a été pourtant donnée par le régime de Yaoundé. Mais d’où vient –il que les camerounais soient dans l’incompréhension ? s’interroge un internaute. Réponse d’un autre en commentaire, « c’est par ce que notre gouvernement ne communique pas ».
De nombreux camerounais estiment que c’est une atteinte à la souveraineté de leur pays.
Car, argumentent-ils, ce déploiement, ne sera pas sans conséquences. L’armée camerounaise avait jusqu’ici, réussi à cantonner Boko Haram, dans sa base. Les attaques-suicides et sporadiques attribuées à la secte, indiquent-ils, sont la preuve queBoko Haram Rechercher Boko Haram est décapité et ne peut plus affronter frontalement les forces de défenses et de sécurité camerounaises.
Le gouvernement devrait s’exprimer sur le sujet pour éclairer l’opinion publique, sur le déploiement d’un contingent de l’armée américaine en territoire camerounais, apprend-on de source généralement introduite.
Les Etats-Unis ont annoncé que, ce déploiement s’inscrit dans le cadre d’un effort régional plus vaste visant à mettre un frein à l’expansion de Boko Haram, « ces forces sont armées pour leur propre protection et sécurité, et resteront au Cameroun, jusqu’à ce que leur soutien ne soit plus nécessaire», a indiqué la maison blanche.
Leur mission ont ajouté les autorités américaines, sont de l’ordre du renseignement. Les soldats américains n’iront pas aux combats, ont-ils tranché.
D’autres internautes estiment que Biya a sollicité l’envoi des soldats américains, simplement par ce qu’il y a un conflit entre les différents services de renseignements, qui, pour des raisons inavouées, se livrent à des batailles de réseaux, à la rétention du renseignement.
Cette arrivée consacre l’échec des renseignements camerounais, peut-on lire sur les réseaux sociaux.
Les positions deBoko Haram Rechercher Boko Haram pilonnées par l’armée
Sur le terrain, toute la journée de mercredi, les positions deBoko Haram Rechercher Boko Haram ont été pilonnées par une unité spéciale de l’armée camerounaise, (RASS). Les combattants survivants de Boko Haram, se sont retirés à Kalabalgué, non loin de Dabanga sur la nationale n°1, précisent des sources concordantes.

Armand Ougock, Yaoundé

Source: Koaci.com

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge