Cameroun : «Massacre» des camerounais par la France coloniale : Affaire d’Etat, le négationnisme d’un général pro Biya

Pierre SémenguéPierre Sémengué, 80 ans, général le plus gradé de l’armée camerounaise, vient de donner sa version sur le «massacre» des camerounais par la France, à l’époque coloniale.
Dans sa version, donnée le 16 août, sur le plateau d’une télévision privée, le général qui a marqué l’histoire de l’armée nationale, a traité les indépendantistes camerounais des années 1950-1960, de «maquisards».
La sortie de ce proche du président Biya, a aussitôt suscité colères et indignations aussi bien, au sein de la classe politique, que d’une certaine élite intellectuelle.
Jean Michel Nintcheu, député et régional pour le Littoral du Social Democratic Front,-Sdf, le principal parti de l’opposition-, a condamné les propos tenus par le général Pierre Sémengué, -et de l’interviewer-, les qualifiant sans ambiguïté de négationnistes, « l’analyse de leurs propos démontre qu’ils étaient clairement destinés à légitimer un discours négationniste en prélude à la déclassification Rechercher déclassification imminente des archives qui a été annoncée en des termes à peine voilés par le président François Hollande lors de sa récente visite au Cameroun », va-t-il soutenir.
Avant d’ajouter, «le caractère criminel du régime néocolonialiste et les responsabilités individuelles de certains de ses principaux dirigeants et collabo seront formellement établis.
La déclassification Rechercher déclassification des archives étant irréversible, rien ne sert de procéder à une fuite en avant pitoyable. Les crimes de sang, les crimes de génocide et les crimes contre l’humanité sont imprescriptibles ».
Pour une certaine élite intellectuelle, le régime deYaoundé Rechercher Yaoundé utilise la diversion comme stratégie de fuite en avant, afin d’empêcher aux camerounais de connaitre leur histoire, «l’entreprise denégationnisme Rechercher négationnisme entamé est empreinte de panique. Mais elle va butter sur les faits documentés jusqu’ici non officiels. Depuis l’annonce de la probabledéclassification Rechercher déclassification des archives françaises de cette période annoncée àYaoundé Rechercher Yaoundé par le chef de l’État français François Hollande, le régime Biya, a perdu le sommeil, simplement par ce que, la France a accepté sa part de responsabilité », prétendent les membres du Mouvement pour l’alternance au Cameroun (Mac).
Pour eux, François Hollande a fait son «mea culpa » àYaoundé Rechercher Yaoundé le 3 juillet dernier sur ce sujet, en reconnaissant publiquement la répression causée par l’armée française au Cameroun de 1950 à 1960.
Les chiffres fournis dans Libération du 30 juin 2015, -dans une tribune de Thomas Deltombe-, parlent de 20 000 morts (estimation française). D’autres évoquent 76 000 civils (estimation britannique), massacrés au Cameroun, par la France entre 1050 et 1960.

Source: Koaci.com

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge