CAMEROUN :: Redynamisation des forces de défense: Biya et l’armée, une histoire d’amour

Promotions_emia250415440Le chef de l’Etat a rendu hommage aux soldats morts au front lors de la cérémonie de remise des épaulettes aux élèves des 33e et 34e promotions de l’Ecole militaire interarmées (Emia).

Faste et solennité étaient au rendez-vous vendredi 24 avril à la cour d’honneur du Quartier général (Qg) à Yaoundé. C’était à l’occasion de la cérémonie de triomphe des élèves officiers des promotions «Lieutenant Youssouf Mahamat Bahar » et «Cinquantième anniversaire de la Réunification» de l’Emia. En présence des grands corps de l’Etat, des membres du corps diplomatique, de nombreux invités, des parents et amis des promus, le chef suprême des armées a rappelé le contexte de la tenue de cette cérémonie, marqué par l’engagement du Cameroun dans une guerre sans merci contre la secte islamiste Boko Haram. Pour cela, il a prié l’assistance d’observer une minute de silence à la mémoire de ces vaillants soldats, morts pour la patrie, et à la mémoire de ces compatriotes, victimes des atrocités de cette organisation terroriste. En outre, Paul Biya a reconnu que «Nos soldats ont fait mieux que se défendre et nous défendre. Ils ont infligé à l’ennemi des pertes considérables et l’ont obligé d’évacuer notre territoire».

Il leur a rendu hommage «pour leur courage et leur esprit de sacrifice». Le président de la République félicite également le «peuple camerounais, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, qui s’est massivement mobilisé, et se mobilise encore, dans l’enthousiasme et la spontanéité, pour apporter, dans un bel élan de solidarité, une contribution généreuse à l’effort de guerre».

Nouvelle cuvée

Ce sont donc au total 263 jeunes, frais émoulus de l’académie militaire de Ngoa-Ekelle, qui font leur entrée dans le noble métier des armes. La 33e promotion, forte de 140 élèves- officiers dont 21 de sexe féminin et 8 étrangers, a été baptisée «Lieutenant Youssouf Mahamat Bahar», jeune officier du Bataillon d’intervention rapide (Bir) mort sur le champ d’honneur le 20 mars 2011, au cours d’un affrontement avec des pirates dans la péninsule de Bakassi. Quant à la 34e promotion de l’Emia, elle a reçu pour nom de baptême «50e anniversaire de la Réunification». Elle comprend 138 élèves-officiers dont 16 de sexe féminin et 6 étrangers.

Cette nouvelle vague d’officiers va certainement renforcer dans les prochains jours, les troupes au front dans l’Extrême-nord. Des troupes qui, le 20 avril, ont été récompensées par le chef de l’Etat. En effet, six décrets du président de la République Paul Biya attribuent des médailles à ceux qui sont engagés dans la guerre contre la secte islamiste. L’un des décrets du chef de l’Etat attribue cette distinction à titre collectif aux étendards de certaines formations et unités des différentes armées et de la gendarmerie nationale.

Réforme

Un autre décret du président de la République attribue une bonification de deux annuités de service aux personnels ayant servi dans les forces de défense entre le 17 mai 2014, date à laquelle le chef de l’Etat, chef des armées, avait déclaré la guerre à la secte islamiste et le 24 avril 2015.

Voilà qui va remettre du baume au cœur des forces de défense. Surtout que, le chef de l’Etat a mis sur pied un comité de gestion dont le but est de collecter, identifier les besoins et mettre ces dons à la disposition des bénéficiaires. Sur les missions de cette structure, il est question de superviser la collecte et la centralisation des dons reçus des populations, des États étrangers et des organisations humanitaires nationales et internationales ; d’identifier, en liaison avec les autorités administratives locales et la hiérarchie militaire, les besoins en vivres et autres matériels ; de superviser les opérations de distribution des dons aux populations et aux personnels des forces de défense ; servir de cadre de concertation entre le gouvernement et les donateurs nationaux et internationaux.

Décidément, entre Paul Biya et l’armée c’est une histoire d’amour. Le chef de l’État a donné toutes ses lettres de noblesse à ce corps de métier. Il y a une trentaine d’année, l’armée était réservée pour les laisser-pour-comptes. Aujourd’hui, les militaires font partie de l’élite. C’est l’une des professions qui attirent le plus de jeunes.

© La Météo : Yves Marc Kamdou

Source: Camer

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge