Campagne d’assainissement de Nouakchott : Le Commissariat aux Droits de l’Homme et à l’Action Humanitaire combat les ordures à Basra

assainis1

La campagne d’assainissement de la capitale entre dans sa deuxième semaine depuis le lancement de l’opération pour une ville propre par le Président de la République. Toute l’administration s’est mobilisée pour donner à la ville un visage reluisant, digne de celui d’une capitale. Le Commissariat aux Droits de l’Homme et à l’Action Humanitaire n’a pas été en reste. Mobilisé autour de sa patronne, la soixantaine  de cadres et autres travailleurs du département ont combattu, ce 1er novembre dans les quartiers de Basra, les ordures ménagères et autres déchets non biodégradables.

Jamais une opération d’assainissement n’a connu autant d’ampleur dans la capitale. Depuis son lancement par le Chef de l’Etat, tous les départements ministériels sans exception et même le principal parti au pouvoir, l’UPR, sont descendus sur le terrain pour répondre à l’appel et suivre les instructions du Chef de l’Etat pour une ville propre.

assainis2

A l’instar des autres départements ministériels, le Commissariat aux Droits de l’Homme et à l’Action Humanitaire s’est lancé dans cette opération d’assainissement qui l’a conduit dans les coins et recoins des quartiers de Basra, où ses fonctionnaires, armés de râteaux, de pelles, de brouettes et autres matériels ont nettoyé tout sur leur passage, offrant de l’oxygène aux populations. Sous la conduite de Mme Aïchetou Mint M’Haïham, Commissaire aux Droits de l’Homme et à l’Action  Humanitaire et la coordination de son adjoint, M. Rassoul Ould Khal, l’opération a été une réussite totale.

assainis6

«Active comme un homme», Mme la Commissaire n’a observé aucun instant de répit. Même pour parler à la presse, elle a préféré laisser le soin à son adjoint qui coordonnait les opérations. Eh oui, si toutes les femmes pouvaient en être ainsi, le pays changera dans le bon sens. Car pour Mme la commissaire, la santé des populations est menacée par les ordures et le Président de la République a vu juste en instruisant les fonctionnaires à descendre sur le terrain pour les combattre. «Il faut s’inspirer des autres pays. C’est pourquoi, nous demandons aux populations de se mobiliser et de s’impliquer davantage dans cette campagne tout azimut», indique un cadre du Commissariat en tenue de combat contre les ordures.

assainis4

Une action louable et salutaire …

Le coordinateur des opérations d’assainissement au niveau du Commissariat, M. Rassoul Ould Khal, adjoint au Commissaire, a d’abord salué le déroulement de cette campagne d’assainissement lancée par le Président de la République avant de tirer des enseignements. «Je salue la mobilisation de l’administration et le déroulement de la campagne qui se propage même à l’intérieur du pays», a-t-il dit. Il a soutenu que toutes les administrations ont été informées du déroulement des opérations d’assainissement dans les communes. Un acte citoyen qu’il incite aux populations de se joindre pour rendre la capitale propre voire le pays tout entier.  Casquette à la tête et masque au nez pour se protéger de la poussière, Rassoul Ould Khal, qui vient d’atterrir au Commissariat n’a pas manqué d’appeler les citoyens à suivre à la lettre les instructions du Chef de l’Etat pour des actions citoyennes du genre. Tirant les enseignements de cette campagne, il a déploré le manque d’implication des populations et la rupture de cette synergie d’actions qui devrait être une chaîne continue. Toutefois, assure-t-il, des dispositions seront prises de concert avec les populations et les autorités locales pour un suivi des actions menées.  Ce qui fait dire à un conseiller du Commissaire que «le Chef de l’Etat doit faire de l’assainissement un acte constitutionnel afin d’inculquer une culture de l’assainissement aux citoyens». Il a ajouté que le Ministère de la Santé doit s’impliquer davantage car la propreté est un des facteurs de la santé publique.

La seule fausse note …

assainis5

Malgré la détermination des travailleurs du Commissariat, au premier chef Mme la Commissaire, qui a joué un véritable rôle dans la mobilisation et l’encouragement de ses collaborateurs pour rendre le quartier propre, les populations ont été aux abonnés absents. La faute, à n’en pas douter, est à imputer aux élus locaux, l’administration locale chargée d’informer et de sensibiliser les populations de cette campagne. «Le déficit d’implication des populations et des autorités locales a créé un manque à cette action citoyenne»,  déclare un fonctionnaire.

assainis3

«Les populations sont restées indifférentes à la campagne parce qu’elles n’ont pas été informées du calendrier les concernant», poursuit-il. Elles n’ont fait que promener leurs regards au passage des nettoyeurs. Alors qu’elles devraient se joindre à ceux-là qui sont venus donner un coup de balaie important pour leur santé. «Les populations restent insensibles à ce que nous faisons dans leurs quartiers mêmes. Il faut donc mettre en place un mécanisme de sensibilisation qui doit concerner au premier plan, les chefs de ménages en prenant des dispositions pour que les ordures ne reviennent plus élire domicile autour des ménages», soutient un conseiller. Pourtant, depuis que le Chef de l’Etat a instruit toute l’administration, tous les départements ministériels se sont orientés vers les 09 communes de Nouakchott, chacun s’activant dans sa zone de prédilection. Mais  ce sont surtout au niveau des autorités locales que l’action s’est estompée, déplorent les infatigables nettoyeurs du Commissariat.

Badiane

 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge