CANDIDAT À 68 ANS AU BAC  »Je veux juste rajouter le baccalauréat à mon palmarès »

Il s’est retrouvé sous les feux de l’actualité pour avoir eu le courage de se présenter au baccalauréat 2012, à l’âge de 68 ans. Diomaye Sène, rencontré au lycée Lamine Guèye, son centre d’examen, tient à être traité, sans égards pour son âge, comme tous les candidats.On peut le considérer comme le candidat au baccalauréat le plus célèbre de cette année, mais cette notoriété laisse de marbre l’homme. Diomaye Sène affiche une mine impassible, résultante, sans doute, de son titre d’ancien soldat de la deuxième classe du Groupement aérien sénégalais (GAS). 

DIOMAYE SÈNE, CANDIDAT À 68 ANS

Avec l’allure d’un véritable homme de tenue, à cheval sur les règles de la bienséance et de la rigueur, le candidat le plus âgé de cette année, se passe du regard des autres de même que des commentaires nourris par sa candidature au baccalauréat.  »C’est tout naturellement que les gens parlent de moi », confie-t-il d’emblée, d’un air désinvolte et avec une assurance digne de son statut. Traits fins, barbe blanchie par le poids de l’âge, tout de blanc de vêtu avec un ensemble  »trois pièces » bien assorti avec les sandales, Diomaye Sène donne l’air d’un homme avide de connaissances. Il ne dégage plus cet élan juvénile caractéristique des candidats à l’obtention du premier diplôme universitaire, mais sa farouche volonté à obtenir ce sésame a fini par lui octroyer une belle renommée au lycée Lamine Guèye, son centre d’examen. 

 »Il préfère être traité au même pied que les autres candidats »

Tous soulignent qu’il constitue une référence pour les jeunes.  »Cet un homme qui impose le respect. Il est ponctuel, rigoureux. En guise d’exemple, je lui ai accordé le privilège de garder son sac par devers lui durant l’examen, mais il a refusé soulignant qu’il préfère être traité au même pied que les autres candidats. Il tient à ce que son sac soit toujours ramassé. J’ai été séduit par ce signe d’humilité digne des grands hommes », confie le surveillant de la salle 61, le professeur Bara Gaye. Élégant dans le verbe, le geste et l’accoutrement, le vieux Diomaye Sène gravit, chaque jour, avec souplesse, les marches des escaliers, pour rallier la salle 61 située au deuxième étage de l’immeuble qui abrite son jury. Originaire de la région de Fatick, l’homme qui a obtenu son Brevet de fin d’études du premier cycle (BEPC), l’ancêtre du BFEM, il y a 32 ans, serait déjà bardé d’autres diplômes.  »Je suis titré académiquement », lâche-t-il avec une voix pleine d’assurance.  »J’ai obtenu plusieurs diplômes en France au sein de l’armée de l’air. Je suis titulaire, entre autres, d’un diplôme de mécanicien propulseur d’avion, obtenu en France. J’ai eu à étudier les langues étrangères au Sénégal. Je parle couramment l’anglais… J’ai été fonctionnaire occupant le poste d’emploi réservé au sein de l’Office des anciens militaires du Sénégal… ». Il ne termine pas sa phrase car l’heure de retourner en classe a sonné. Le titulaire de l’Ordre national du Mérite et de l’Ordre national du Lion de se conformer à la règle, non sans souligner :  »Je veux juste rajouter le baccalauréat à ce palmarès car c’est le diplôme que je n’ai pas réussi à obtenir. »MATEL BOCOUM

Source : seneweb

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind