Candidats à la présidentielle 2014 : Le puzzle commence à prendre forme

candidats presidentielL’élection présidentielle se tiendra dans les délais légaux. Cette affirmation réitérée à plus reprises par le ministre de la communication et des relations avec le parlement Me Ould Maham, vient d’être corroborée de nouveau hier mercredi 23 avril courant par l’homme de Nouakchott Ould Abdel Aziz.

Une assertion choc intervenue alors que l’opinion attendait du Président de la République une décision permettant de sauver in extremis le dialogue du bourbier dans lequel il s’est enlisé ces dernières semaines.

Dans ses précisions Ould Abdel Aziz a confirmé l’irréversibilité de l’agenda électoral pour la tenue de la future présidentielle fixé par la Ceni au 21 juin prochain et officiellement entériné par les pouvoirs publics suite à la convocation du collège électoral à la même date par décret présidentiel.

Des allégations officieuses en premier temps qui ont été médiatisées par des médias publics, leur conférant désormais un cachet officiel. Des éclairages qui placent clairement le pays dans un contexte préélectoral, conduisant les futurs prétendants à la magistrature suprême à se faire connaître et à sortir de l’incognito.

Le puzzle est encore loin d’être totalement connu mais, en plus des candidats de l’IRA et de l’AJD MR, respectivement Biram Ould Dah Ould Abeid et Ibrahima Moctar Sarr, l’allusion faite hier par le Président de la République à propos de sa candidature à sa propre succession conduit les observateurs à dire qu’il commence à prendre forme.

C’est d’autant vrai que ce trio dispose d’un poids politique non négligeable qui pourrait donner à cette échéance les allures d’un véritable duel de titans, à la différence des campagnes antérieures plutôt moroses et ternes.

Certes le Président de la République Ould Abdel Aziz peut se glorifier d’avoir une longueur d’avance par rapport à ses challengers Biram et Sarr à ces futures élections, surtout en admettant que l’opposition optera pour le boycott ou ira en rangs dispersés à ces consultations, minimisant considérablement sa popularité.

Mais, ces adversaires déjà annoncés à cette présidentielle de l’IRA et de l’AJD ne seraient pas faciles à abattre aux premières empoignades électorales, du fait qu’ils jouissent tous les deux d’une popularité appréciable et qu’ils peuvent toujours être tentés par adouber les chances de l’un d’entre eux de relever le pari très cher à ces deux organisations de l’alternance politique au pouvoir.

Si cet objectif est impossible, Biram et Sarr veilleront au moins présenter à travers à l’opinion un score honorable qui sert d’élément de conviction de leurs grandes cotes de popularité.

A propos de cette intention du président mauritanien, de briguer de nouveau les suffrages des électeurs à la future présidentielle de 2014, notons que Ould Abdel Aziz a précisé hier mercredi qu’il n y aura pas de report de l’agenda électoral et qu’il ne boycottera pas personnellement ces élections.

Bien qu’il pourrait tenir ces propos dans l’unique objectif d’ironiser l’opposition, les analystes qui créditent cette hypothèse de candidature du Président, estiment aussi que ces allusions peuvent être interprétées comme une déclaration implicite de l’homme de Nouakchott destinée à rassurer ses soutiens qu’il est candidat à la future présidentielle et qu’il est l’heure de préparer cette bataille de longue haleine qui promet des duels présidentiels inédits de l’histoire démocratique de la Mauritanie.

Les observateurs sont catégoriques sur ce point qui a été d’ailleurs confirmé officiellement par l’AMI citant les propos mêmes du président selon lesquels, il a levé tout équivoque sur sa candidature à sa propre succession .

Toutefois, ces analystes estiment que même s’il sera réélu, Ould Abdel Aziz n’aura pas de répit à cette dure présidentielle qui s’annonce à la différence des expériences électorales passées délicate, imposant du joker du pouvoir de prendre très au sérieux la puissance populaire de ces challenger.

Avec des centaines de milliers de négromauritaniens mécontents qui continuent de réclamer des conditions dignes notamment en décidant de marcher de Boghé jusqu’à Nouakchott pour obtenir gain de cause et des centaines d’autres milliers d’anciens esclaves auxquels Sarr et Biram promettent immédiatement à leur plébiscite monts et merveilles, le bien être et la justice sociale, ce serait utopique pour le pouvoir de crier victoire avec le décompte du dernier bureau de vote.

A moins que le régime active son plan D. Dans ce cas, l’IRA et l’AJD n’auront qu’à consommer l’affront et éviter de déranger le pouvoir s’ils ne veulent pas faire l’objet de tracasseries plus ou moins pénibles selon leur docilité ou non au terme de ces élections.

Md O Md Lemine

Source : Le Rénovateur Quotidien

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge