L’espace Diadié Camara : une exposition pour célèbrer le Mandela day 2017

Pour marquer, la célébration de cette journée dédiée à Nelson Madela alias Madiba 1er président noir de l’Afrique du Sud,  l’espace  Diadié Camara  a organisé le 18 juillet dernier, une exposition en collaboration avec l’école AL AL ANSAR et le programme Promotion des droits humains et dialogue sur les droits humains de la GIZ . Une expo consacrée à la déclaration universelle des droits de l’homme réalisée par les jeunes de Al Ansar sous l’encadrement des doyens peintres Mokhis et Mamadou Hanne.

Selon le directeur de l’espace culturel diadié Camara, Siré Camara les objectifs de cette action visent « l’initiation des enfants à la peinture et la sensibilisation des collégiens sur la thématique des droits humains ». Ces travaux de peinture seront aussi seront promus dans d’autres occasions prochainement.

 

Source: Rimweb

L’espace Diadié Camara : une exposition pour célèbrera le Mandela day 2017

Pour marquer, la célébration de cette journée dédiée à Nelson Madela alias Madiba 1er président noir de l’Afrique du Sud,  l’espace  Diadié Camara  a organisé le 18 juillet dernier, une exposition en collaboration avec l’école AL AL ANSAR et le programme Promotion des droits humains et dialogue sur les droits humains de la GIZ . Une expo consacrée à la déclaration universelle des droits de l’homme réalisée par les jeunes de Al Ansar sous l’encadrement des doyens peintres Mokhis et Mamadou Hanne.

Selon le directeur de l’espace culturel diadié Camara, Siré Camara les objectifs de cette action visent « l’initiation des enfants à la peinture et la sensibilisation des collégiens sur la thématique des droits humains ». Ces travaux de peinture seront aussi seront promus dans d’autres occasions prochainement.

 

Source:  Rimweb

Semaine de l’Entrepreneur : Note d’information

Organisée pour la première fois en Mauritanie, la Semaine de l’Entrepreneur est une opportunité d’échanges d’expériences et de discussions techniques sur la thématique de l’entreprenariat des jeunes comme vecteur d’inclusion socio-économique et de croissance durable.

En plus de récompenser les lauréats de la compétition  Marathon de l’Entrepreneur initié depuis quelques mois dans le pays, cet évènement auquel sont associés des intellectuels nationaux et internationaux permettra de faire des recommandations pratiques pour promouvoir l’entreprenariat, l’innovation et le développement des PME dans une orientation globale de l’économie verte.

La Semaine de l’Entrepreneur se tiendra du 18 au 19 juillet 2017 à Azalai Hôtel Marhaba de Nouakchott. Sous le haut patronage du Ministère de l’Economie et des Finances en partenariat avec le Groupe Banque Mondiale, la Fédération des Services et Professions Libérales et l’Incubateur HADINA RIMTIC en charge de la dite compétition.

Les invités incluent la jeunesse mauritanienne dans sa diversité mais aussi des représentants des secteurs public et privé, les partenaires au développement et plusieurs acteurs régionaux comme les incubateurs et les fonds d’investissements.

Hadina RIMTIC

La communication

Des cérémonies vaudou pour purger le Togo de son passé violent

Torse nu et perles autour du cou, un vaudoussi, un adepte du vaudou, se tient debout au milieu de la place publique de Bè, un quartier populaire de Lomé où se déroule une cérémonie visant à purger le Togo de son passé violent.

Entouré d’une dizaine de grands prêtres traditionnels, l’homme prononce des incantations et verse sur le sol une boisson en offrande aux divinités.

Dans un grand silence, un bélier et un coq sont immolés.

« C’est fini, le sang humain ne doit plus couler sur la terre de nos aïeux à la fin de la cérémonie de purification du pays », lance cet initié.

Le gouvernement togolais a annoncé la semaine dernière que des « cérémonies de purification » menées par les quatre grandes religions du pays (catholique, évangélique, musulmane et vaudou) seraient organisées du 3 au 9 juillet. L’objectif: purger le pays de son passé violent et promouvoir la réconciliation.

En 2005 – au moment d’une élection présidentielle – le Togo a été secoué par une série de violences politiques.

Le gouvernement n’a jamais donné de bilan officiel des troubles qui ont entaché ce scrutin remporté par l’actuel chef de l’État Faure Gnassingbé.

Les estimations varient de 105 morts, selon une association proche du pouvoir, à 811 selon l’opposition. L’ONU a de son côté estimé qu’il y avait eu « entre 400 et 500 morts ».

« Beaucoup de cérémonies ont eu lieu depuis dimanche dans les couvents entre initiés vaudou. Le pays est désormais purifié », confie une adepte d’Hébiosso, le dieu du tonnerre.

Ces cérémonies de « purification » devaient se poursuivre avec des prières vendredi dans les mosquées et dimanche dans les églises.

Un lieu symbolique

A Lomé, une centaine de grands prêtres vaudou et chefs traditionnels ont assisté aux rituels sur une place publique au bord de la lagune de Bè. Poitrine découverte, des prêtresses ont chanté et dansé avant d’asperger la foule d’eau bénite des couvents vaudou.

« Ce sont les oracles qui nous ont indiqué la berge pour les cérémonies. Et nous savons tous ce qui s’est passé dans cette lagune à une époque donnée », explique Togbui Gnagblondjro III, président de la confédération nationale des prêtres vaudou du Togo.

Le 11 avril 1991, au lendemain d’une manifestation de l’opposition, 28 corps avaient été repêchés dans cette lagune, dans une autre flambée de violence politique de l’histoire récente de cette ancienne colonie française.

Les opposants avaient accusé les militaires d’avoir «massacré» des manifestants la nuit, avant de jeter leurs corps dans cette lagune. Accusation rejetée par le pouvoir, pour qui ces corps avaient été retirés de la morgue pour être jetés dans la lagune.

« Les cérémonies se sont déroulées à côté de cette lagune pour apaiser les esprits des personnes et de tous les enfants de ce pays qui ont versé leur sang », explique Gnagblondjro, qui porte un pagne et un chapeau traditionnels.

« Chez nous en Afrique, il faut toujours des cérémonies de purification après des mortes violentes », ajoute le patron des vaudou.

« Après cette cérémonie, le sang humain ne doit plus couler. Les oracles demandent aux forces de l’ordre de ne plus tirer sur les gens. Ils invitent aussi la population à ne plus les provoquer », précise-t-il.

‘Une supercherie’

Bien avant de faire appel à la religion, le Togo a mis en place une Commission vérité, justice et réconciliation, chargée de faire la lumière sur les violences politiques de 1958 – date à laquelle la France promet d’accorder l’indépendance – à 2005, et voir comment indemniser les victimes.

En 2011, la Commission a tenu une série d’audiences privées et à huis clos, qui lui ont permis d’identifier 22.415 victimes à indemniser.

Environ 2.475 le seront lors d’une première phase à hauteur de deux milliards de FCFA (3 millions d’euros), d’autres doivent l’être après les purifications, selon le gouvernement.

Aucun auteur présumé des violences n’a été poursuivi en justice depuis 2005 et, à plusieurs reprises le président Gnassingbe a été invité à mettre un terme à l’impunité.

Le recours au vaudou et aux autres cultes n’a pas convaincu tout le monde.

Francis Pedro Amuzu, membre du principal parti d’opposition, l’Alliance nationale pour le changement, a demandé à ses militants de rester loin des cérémonies.

« C’est de la supercherie, ajoute-t-il, les bourreaux doivent d’abord reconnaître qu’ils ont commis des crimes et demander au peuple pardon ».

 

Source: Webnews

Zi-yara de Daharatou ; l’unité de la famille de Ceerno El hadj Mamadou Said Ba de Madina Gounasse magnifiée (photos reportage)

Daharatou, encore connu sous l’appellation de  Wuro Ceerno de  la commune de Beele au  Sénégal  a célébré ce  mardi, 4 jullet 2017 sa zi’arra  annuelle, dédiée à Ceerno Demmba Dugel. A l’occasion, l’émissaire du Khalife Tidjane  de Madina Gounasse, Ceerno Jelaldine Ba a salué l’unité retrouvée de la famille. Il a aussi renvoyé les fideles, les Sénégalais, notamment  les disciples, aux enseignements de l’islam pour lesquels s’était consacré, toute sa vie durant   Ceerno El Hadj Mamadou Said Ba.

A la tète d’une importante délégation, venue  donner un cachet particulier à cet événement religieux, le représentant de  Ceerno Ahmed Tijane  Mamadou Said Ba de Medina Gounasse a invité à l’unité des cœurs. Car, dira-t-il, ‘‘le diable ne pourra jamais s’interposer entre des gens, lorsqu’il y a une unité sincère’’. Tout en soulignant que l’union est la base de toute réussite, le guide religieux a rappelé que les  précurseurs n’ont cessé de faire des appels dans ce sens. C’est pourquoi, dit-il, il est temps de concrétiser ce vœu de ces derniers. ‘‘Nous devons nous organiser et coordonner nos efforts pour protéger notre cher héritage légué par El Hadj Mamadou Said  Ba’’, avance-t-on à chaque prise de parole. Nombreux sont  ceux  à se déplacer parmi les disciples  qui   n’ont d’ailleurs  pu cacher leur émotion et exprimer leur satisfaction face à cette unité fortement saluée.

Rappelant  les enseignements de  l’islam et du prophète (p s l), après avoir dirigé la prière d’El Asr, le guide  religieux  a formulé des prières   pour l’ensemble des musulmans et les disciples  venus de divers  pour exprimer leur attachement à la confrérie Tidjania.  La cérémonie  a été aussi marquée par  la reconnaissance de maitrise du saint coran par des  enfants ne dépassant pas la douzaine d’années. Et d’appeler  au respect  des préceptes de l’islam.  La  Zi-arra  de Wuro Ceerno  a été  une occasion pour les guides religieux d’inciter   les fidèles au culte du travail et la recherche du savoir. En un mot Wuro Ceerno  a refusé du monde à l’occasion  de la célébration de sa zi’arra annuelle  de 2017.

 

RIMWEB,VOUS Y MÈNES EN IMAGES……….

 

 

Amadou Bocar Ba depuis Daharatou.

Communiqué : du 29 juin au 9 juillet 2017 se tiendra la 10ème édition du festival Assalamalekoum

Pour cette nouvelle édition, le festival proposera 4 jours de concerts, le 1er, 2, 7 et 8 juillet, une sélection de projections de films en collaboration avec le festival Ciné Droit Libre, mais aussi la 1ère édition du FOCUS, Forum des Cultures Urbaines du Sud, qui accueillera près de 30 structures culturelles d’Afrique et d’ailleurs, un défilé de créateurs, une exposition, des ateliers et conférences.
Cet événement est porté par l’association Assalamalekoum Cultures, en collaboration avec le label musical ZAZA Productions. Le Festival Hip-Hop Assalamalekoum est à l’heure actuelle l’une des manifestations les plus importantes de Mauritanie.
Il a pour objectif de faciliter les échanges interculturels et la circulation des artistes africains, en contribuant à la valorisation du savoir-faire, la promotion et la production de spectacles vivants. Il prend pour thème cette année la défense des droits humains sous le prisme des cultures urbaines, en proposant une programmation variée, détaillée comme suit :

Jeudi 29 Juin
Conférence de presse d’Ouverture
11h – à la Communauté Urbaine de Nouakchott

Du 29 juin au 2 juillet
ASSALAMALKEOUM – CINÉ DROIT LIBRE
4 soirées de Projections de films & débats
l’Institut Français de Mauritanie – le Cinéma Saada – l’Université de Nouakchott

Du 30 juin au 1er juillet
FOCUS – Foire des Cultures Urbaines du Sud
Rencontres Professionnelles – Open Mics – Projections – Conférences – DJ sets

Samedi 1er juillet
Grand Concert d’Ouverture au Parc de la Biodiversité
DIIP (Sénégal) – KILLA ACE (Gambie) – EVA FROM MOROCCO (Maroc)
Entrée : 1000 UM

Dimanche 2 Juillet
Finale du Tremplin Assalamalekoum Découvertes
programmation 100% mauritanienne

Du 3 au 7 Juillet
Ateliers & Formations contre les exclusions sociales
Institut français de Mauritanie – Studio Assalamalekoum
sur inscription

Mercredi 5 juillet
Inauguration du programme « Nouakchott, Ville Africaine Créative »
Exposition Plein’Art – Marché Couscous

Vendredi 7 juillet
Grand Concert au Parc de la Biodiversité
ONYX (USA) – DIDIER AWADI (Sénégal) – IBA ONE (Mali)
Entrée : 1000 UM

Samedi 8 juillet
Grand Concert à l’Institut français de Mauritanie
M.O.P (USA) – MEDINE (France) – SOUL BANG’S (Guinée) – JOKKO FAM (Mali/Sénégal/Mauritanie/Maroc)
Entrée : 1000 UM

 

 

 

 

Source : Festival Assalamalekoum

Nimzatt : 20.000 fidèles dans l’antre sacré de Cheikh Saadbouh

L’Aïd el-fitr, appelée Korité au Sénégal, cette fête marquant la fin du ramadan, a été célébrée dimanche à Nimzatt (Mauritanie) où 20.000 de nos compatriotes se sont rendus pour consolider leur foi et leur appartenance à la Fadiliya, la branche soufie de la Khadriya.

Ils ont prié sous la direction de leur Khalife général, Cheikhna Cheikh Aya, le continuateur de l’œuvre du vénéré Cheikhna Cheikh Saadbouh (1848-1917) dont le centenaire de la disparition a donné au pèlerinage de cette année une dimension exceptionnelle.

Aïd el-fitre ou Korité. Un grand événement pour la célébration duquel 20.000 fidèles khadres, en provenance du Sénégal, se sont retrouvés, dimanche, à Nimzatt en République islamique de Mauritanie, pour exalter Dieu, se souvenir du prophète Mouhamed (Psl), glorifier Cheikhna Cheikh Saadbouh et rappeler les principes de la Fadiliya, cette branche soufie de la Khadriya.

Ces inconditionnels dudit saint homme ont prié sous la direction de l’actuel Khalife général Cheikhna Cheikh Aya et derrière les autres dignitaires de la confrérie. Après les deux « rakas » rituels, le guide suprême des Khadres est revenu sur le sens du ramadan et les bienfaits qui y sont rattachés.

Dans son sermon, il a aussi averti contre les féroces sentiments corrupteurs des cœurs et des âmes avant d’exhorter les fidèles au respect des préceptes de l’Islam. Cheikhna Cheikh Aya a tenu à remercier tous les pèlerins qui ont fait le déplacement pour venir communier avec la famille de Cheikhna Cheikh Saadbouh, à l’occasion du pèlerinage annuel de Nimzatt.

Il a également mis en exergue « l’estime et la sollicitude des présidents Abdel Aziz (Mauritanie) et Macky Sall (Sénégal) envers la communauté khadre ». L’implication des deux chefs d’Etat a donc été magnifiée, tout comme celle des autorités gouvernementales et administratives directement concernées, des responsables des services publics, des média, des forces de l’ordre et de sécurité des deux côtés de la frontière.

« Ils se sont tous impliqués très activement pour la prise de toutes les dispositions indispensables au bon déroulement du pèlerinage », a souligné Cheikhna Cheikh Aya, qui, au vu de toutes ces marques de sollicitude, a transmis aux uns et aux autres la gratitude de toute la communauté khadre, avec l’assurance de ses ferventes prières.

Le guide suprême de la communauté khadre a rappelé aux fidèles et aux autorités de la Mauritanie et du Sénégal que « le pèlerinage de cette année est exceptionnel puisqu’il marque le centenaire de la disparition (1917) de Cheikhna Cheikh Saadbouh » dont la commémoration va se décliner sous la forme d’un symposium international et d’un colloque organisés pour rendre hommage au saint homme et vulgariser ses enseignements afin de bâtir un monde de paix et de solidarité. Soulignons que la nouvelle lune, dont l’apparition marque la fin du ramadan, a été aperçue samedi en République islamique de Mauritanie.

La célébration de la Korité a été annoncée dans la nuit du samedi au dimanche par une salve de coups de feu et autres fumigènes sous le ciel de Nimzatt où, chaque année, l’on accueille plus de disciples khadres à l’occasion de cette fête.

 

 

Source : Le Soleil

Le ministre de la Culture supervise le lancement des activités du Conseil de la Langue Arabe en Mauritanie

Au cours d’une cérémonie officielle, le ministre de la Culture et de l’Artisanat, porte-parole du gouvernement, Dr Mohamed Lemine Ould Cheikh, a supervisé, samedi soir, à l’hôtel RoyaL Suites , le lancement des activités du Conseil de la Langue Arabe agréé dès le 5 mai dernier.

Dans une allocution qu’il a prononcée pour la circonstance, le ministre exprimé le vœu de voir cette nouvelle institution contribuer activement à l’enrichissement de la scène culturelle eu égard à la place et à la renommée de ceux qui la dirigent, et eu égard aussi à la renommée des oulémas et hommes de lettres mauritaniens connus à travers le monde par leur maitrise de la langue arabe et des différentes sciences, ce qui leur a d’ailleurs permis de rependre l’arabe et la religion islamique en Afrique et partout dans le monde.

Il a ajouté que le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, s’est vite rendu compte que le véhicule de notre civilisation et de nos valeurs n’est autre que notre patrimoine culturel qui jadis accompagnait nos éminents oulémas et poètes dans leurs itinéraires transcontinentaux au point que notre pays a été surnommé ‘’pays du million de poètes’’. Ainsi Son Excellence a donné l’ordre de préserver et de valoriser ce patrimoine à travers la revalorisation des villes anciennes qui étaient, du temps de la décadence culturelle au monde arabo-islamique, la destinée des étudiants et chercheurs en quelque discipline que ce soit.

Il a également souligné que le gouvernement mauritanien qui préside à la mise en œuvre des orientations du Président de la République, a besoin de la conjugaison des efforts de tous les acteurs pour faire de la langue arabe un véhicule permettant d’accompagner le progrès de par le monde.

Pour sa part, le président du conseil de la langue arabe, M. El Khali Enahoui, a loué le soutien dont son institution, tout au long de la genèse de sa création, a bénéficié de la part du département de la culture.

Il a ajouté que le conseil a bénéficié , dès sa création, du soutien de plusieurs institutions arabes, soulignant que le groupe qui a créé , 40 ans plutôt, l’union des poètes et écrivains mauritaniens avait pour objectif de préserver la langue arabe alors que la langue étrangère était dominantes dans les différentes sphères de l’Etat.

La cérémonie a eu lieu en présence du ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Dr Sidi Ould Salem, du président du Conseil supérieur de la jeunesse et nombres de hautes personnalités et de cadres du pays.

Source: AMI

Rencontre entre l’Initiative Jeunesse à l’heure d’Elmina (JAHE) et le Club Excellence et créativité

Près de deux mois, après son lancement, le Club Excellence et créativité se fait découvrir sis à Elmina, d’où cette visite avec Jeunesse à l’heure d’Elmina (JAHE).

Une rencontre de contact pour tisser les bases d’une collaboration communautaire. Ce club de 39 membres présidé par Mohamed Vall, 18 ans (élève au collège) s’active dans le nettoyage des mosquées d’Elmina, non loin de château d’eau.

Les deux structures associatives uniront leurs efforts pour la tenue d’une soirée religieuse, marquant la 27e  nuit du mois de ramadan.

Le Club Excellence et créativité se donne comme priorité l’éducation des enfants, l’engagement des jeunes et des partenariats internationaux dans le cadre de l’exécution de son plan d’action.

 

Awa Seydou Traoré

Préparatifs de la 10e édition d’assalamalekoum festival

Cette 10e bougie sera célébrée du 29 Juin au 9 Juillet prochain à Nouakchott. Un festival organisé par Assalamalekoum cultures en collaboration avec Zaza Productions pour célébrer le hip hop et les cultures urbaines à travers notamment : concerts, expositions, formation, plaidoyers à l’institut français de Mauritanie(IFM) et au parc de la biodiversité.

Pour connaître le menu de ce rendez –vous qui s’annonce à « grand pas », rimweb s’est entretenu avec Kane Limane alias Monza ou Président 2la Rue Publik, le promoteur de ce festival international de hip hop où « les cultures urbaines seront célébrer » à travers un forum du sud  de trois jours.

L’innovation cette année, c’est la désignation aussid’assalamalekoum festival comme une des 100 étapes du grand tour sous le haut patronage de la République française sous la houlette de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie), un projet qui consiste à choisir les 100 évènements les plus visibles dans l’espace francophone. Une occasion pour Monza, de dire que « nous avons placé notre pays au centre de grands rendez-vous » à travers un travail de « diplomate » effectué par ce festival qui a « une appropriation nationale du peuple ».

Un festival de cette dimension au plan interne confie t-il « doit avoir un répondant » indexant « la notion de service publique en mauritanie ».

Le Président 2la Rue Publik souhaite voir émerger des lieux d’expression, de création, de production et dénonce la « distribution de subvention à des individus alors qu’il ya des organisations connues ou non pour avoir fait un travail de terrain ici en capitale et à l’intérieur, et pourtant qui sont mises à côté, exclues. Ce n’est pas des faveurs que nous demandons, nous demandons un traitement ».Suite à la question, avez-vous fait les démarches adéquates auprès de l’état ?, l’initiateur d’assalamalekoum festival réponds : « nous sommes ici la seule organisation dans le secteur culturel qui n’attends pas la veille pour allez démarcher, nous travaillons sur le festival un an à l’avance », ajoutant que « nous ne sommes pas dans une démarche d’aller quémander mais de défendre un projet pour la Mauritanie, pour le jeune mauritanien ».

Des souvenirs de ces 10 ans de festival, Monza se rappelle avec « satisfaction » de cette phrase de l’artisteLa Fouine qui dit « j’ai été partout en Afrique, partout j’ai joué en retard, mais à Asssalamalekoum, j’ai joué à l’heure ».

Awa Seydou Traoré