Pèlerinage 2013: Les 684 mauritaniens devant se rendre à la Mecque sont connus sur tirage

mecque-rimweb.net
Les opérations du tirage pour définir les 684 pèlerins mauritaniens qui doivent se rendre aux lieux saints de l’Islam pour l’année en cours ont eu lieu, ce samedi, à 14 heures, dans l’enceinte de la Mosquée Ibn Abass de Nouakchott.

Sur les 1727 inscrits seuls 684 partiront en pèlerinage cette année. Les autorités du pays ont procédé à cette opération suite aux travaux d’extension qui se font dans les environs de la grande mosquée à la Mecque, selon les autorités mauritaniennes.

Après avoir arrêté le nombre défini de pèlerins, 100 seront choisis sur tirage pour la liste d’attente à fin de remplacer ceux qui ont déjà effectué le pèlerinage ou qui renoncent d’y aller.

« Nous avons procédé à cette mesure pour une question de transparence entre les mauritaniens », a déclaré Sidi Mohamed Ould Chewaf, le conseiller chargé des affaires islamiques et du pèlerinage. Il a ajouté que la commission mise sur pied pour le tirage et qu’il préside d’ailleurs est composée de deux imams de mosquée, du directeur de la cellule du pèlerinage, du hakem et du commissaire de police Ksar 2 et des fonctionnaires de son département.

Ould Chewaf a signalé, que le ministère des affaires islamiques a signé un accord avec les responsables des agences du Hadj, qui défini qu’elles peuvent ajouter une marge de deux cents milles ouguiyas aux frais fixés par l’Etat, soit un million quatre cents milles ouguiyas, et pas plus.

C’est devant des centaines de citoyens que l’opération s’est déroulée et en présence d’un impressionnant dispositif de la police.

Source : Tawary

Tagant: irruption de gendarmes dans une mosquée où se déroulait une conférence religieuse

Ould Deddew

Des gendarmes ont fait irruption, Jeudi soir, dans une mosquée à Al Rachid, une ville au Tagant (Centre Mauritanie) et y ont interrompu une conférence religieuse de l’association El mostqbal, dirigée par l’érudit mauritanien, Mohamed Hassan Ould Deddew, rapportent des témoins à Alakhbar.

Les gendarmes ont interrompu le conférencier, Abdallah Ould Zakaria, de façon provocatrice “, selon les témoins qui ajoutent: “Ils l’ont ensuite interrogé sur place “.

Selon ses membres, l’association El-Mostqbal pour la prédiction, la culture et l’enseignement envoie, chaque année, des oulémas pour animer des conférences et mener des activités religieuses dans les villes de l’intérieur du pays.

Source : Point chaud

Mouridisme : 9e édition du Magal de Sar-sara

Sar - Sara 2013
Cette année, la célébration de cet événement religieux-culturel se tiendra du 13 au 24 aout au musée national et à Sar-sara, le lieu de pèlerinage des fidèles mourides. en Mauritanie. La cérémonie de lancement s’est tenue ce mardi en présence de l’Ambassadeur sénégalais en Mauritanie Mamadou Kane, de Sérigne Sidi Moktar Mbacké (petit fils de Cheikh Ahmadou Bamba) , de représentants de ministères mauritaniens et de partisans du mouridisme.

Cette manifestation placée sous « la bénédiction » du khalife général des mourides est consacrée cette année à Cheikh Ahmadou Bamba et ses alliés mauritaniens. Une thématique qui vise à promouvoir les liens de sérigne touba avec la RIM. D’ailleurs le fondateur du mourisme a transmis son 1er wird à un mauritanien à Sar-sara selon Abou Diop, Coordinateur de la fédération de daara Cheikh el Khadim  en Mauritanie.

Ce magal est soutenu par les autorités sénégalaises en Mauritanie comme l’a souligné l’Ambassadeur Mamadou K pour qui « cet événement revêt d’une importance dans le calendrier de l’Ambassade du Sénégal » confie t-il souhaitant une suite à ce magal qui mise sur deux milles visiteurs cette année . Des talibés fidèles financent cette activité qui bénéficie pourtant de l’appui administratif des autorités sénégalaises et mauritaniennes a témoigné Abou Diop qui ajoute que la confrérie est incarnée ici à travers la maison de l’islam ou keur sérigne touba.

Fier d’être mouride, ce dernier estime que : « le monde allait meilleur si tout le monde était mouride » . Une vision partagée par Mahamadou Bachir Kane qui déclara que « le mouridisme n’a aucun problème au vrai sens du terme » précise t-il comme quoi à chacun son remède.

Awa Seydou Traoré

Zouerate: La troupe du Medih Ennebewi enregistre son premier CD – [Telechargement audio]

Troupe Medih Ennebewi de Zouerate-rimweb.net

La sortie du premier CD de la Troupe du Medih Ennebewi de Zouerate est prévue pour le moi prochain. Le CD est composé de 11 titres des chants de Mohamed Ould Mbareck et Mahjouba Sid’Ahmed les deux voix d’or de la troupe.

Il s’agit du premier enregistrement de cette troupe mythique qui a remporté trois fois successives le festival du Medih Ennebewi. L’enregistrement et le mixage sont réalisés par ZAZA Production dirigée par Monsieur Kane Liman dit Monza.

Ce CD qui est produit par la Commune de Zouerate consacre plusieurs années de travail qui visent entre autres la préservation de ce patrimoine culturel et sa modernisation.

Le soir de la fête d’El Id El Vitre, la municipalité a offert une soirée Medih Ennebewi à la tribune officielle durant laquelle deux des 11 titres du CD ont été présentés au public.

Vous pouvez écouter les deux premiers titres

1/ Yenebi Ana Zeret Edkhila.
2/ Kheirou Elwera Mohamedi.
3/ Wellah Ella Mouch Taghinou.
4/ Rassoulou Allah Eski Anou.
5/ Lenebi Malou Gaa Emthil.
6/ Lenebi Tebligh Esselam.
7/ Bismi Lahi Lahi Nemdah.
8/ Yenloud Yenloud.
9/ Weni Benebi Lajehdan.
10/ Dani Dani.
11/ Moulana Anek Chewevni.

 

 

Manuel de conversation par Habib Ould Mahfoudh

Habib Ould Mahfoudh
On parle beaucoup en Mauritanie. On ne fait même que ça. On parle, on parle, on oublie qu’on a parlé. On parle pour savoir si on a parlé et on parle. Parler est une saine activité. D’autant plus saine que c’est la seule que nous ayons. C’est une gymnastique du corps et de l’esprit. Les Mauritaniens ont des langues très musclées, grosses comme des valises. Des langues body-buildées. Le Mauritanien ne doit jamais dire ‘‘je ne sais pas’’.

Cela le mettrait tout de suite au ban de la communauté. Il sera montré de la langue comme un lépreux, mâché et craché, blâmé et agoni d’injures ou ignoré et méprisé. Parce qu’il ose ne pas savoir. Ne pas savoir quoi ? N’importe quoi. Tout. Rien. L’essentiel est de parler. Non pas ‘‘dire’’ mais parler. C’est ici que l’on peut conjuguer le plus exactement et le plus sereinement le verbe parler au présent.

Je parle, Tu parles, Il parle,
Nous parlons, Vous parlez, Ils parlent.

Vous aurez remarqué que personne n’écoute dans tout ça, ni n’entend. Une garantie pour le parleur – le par¬lant – qui n’en sera que plus à l’aise pour parler, étant assuré que la vacuité de ses propos ne sera pas perçue par des oreilles malveillantes. Ce sont les oreilles qui tuent les mots. Un mot prononcé vivra éternellement s’il ne vienne à tomber dans une oreille. Les oreilles sont les cimetières des mots. Il y a, hélas, deux fois plus d’oreilles que de bouches. Un problème urgent à résoudre. On pourra toujours les accuser d’être à la solde de l’Etranger. Ça justifie n’importe quel abus.

En attendant je me permets de donner quelques conseils à ceux qui s’obstinent encore à dire ‘‘je ne sais pas’’ afin de leur permettre de parler normalement en évitant soigneusement d’être entendus. Ces conseils revêtent la forme d’un petit guide classique comprenant les su¬jets les plus courants de notre ‘‘parlement’’ classés de A à Z. Les ‘‘dites’’ correspondent au ‘‘politiquement cor¬rect’’, les ‘‘ne dites pas’’ sont les énormités qu’il faut éviter de proférer pour ne pas paraître fou à lier, idiot ou, pire, ‘‘à la solde de l’Etranger’’.

A – comme Arabe
Dites : La Mauritanie est un pays arabe.
Ne dites pas (NDP) : La Mauritanie est un pays multiracial.

B – comme Baathisme
Dites : Les baathistes voulaient détruire le pays.
NDP : Le pays est déjà en ruine.

C – comme Coca-Cola
Dites : Il y a des distributions automatiques de Coke à Nouakchott maintenant, signe évident de progrès.
NDP : Il était plus urgent d’installer des distributeurs de riz. Et puis le boutiquier est beaucoup plus ‘‘auto¬matique’’ que le distributeur. Il aurait été plus judicieux d’installer des distributeurs de thé. Et ne dites pas que le Coca ‘‘coupe les intestins’’.

D – comme Démocratie
Dites : Par rapport aux autres pays africains et arabes, notre pays a plutôt bien réussi son ‘‘processus démoc¬ratique’’.
NDP : Nous ne vivons pas dans les autres pays afri¬cains et arabes, nous vivons ici. Et si l’on tient tant à faire de la démocratie quelque chose de ‘‘relatif’’, pour¬quoi ne pas nous comparer à des démocraties normales comme la France par exemple, la Suède, la Suisse ou le Canada ? La santé d’une personne ne se juge pas par rapport à la mauvaise santé d’une autre. Ceux qui se contentent de peu ne bâtissent pas les Nations.

E – comme Economie
Dites : Par rapport aux autres pays africains on s’en tire plutôt bien : on paye nos fonctionnaires.
NDP : Il n’y a pas d’économie mauritanienne. Deux ou trois personnes profitent de l’argent prêté à l’Etat. Des voitures tout-terrain, quelques boutiques et des fausses factures ne sont pas ‘‘une économie’’. C’est une fuite en avant.

F – comme Fraude
Dites : Tout le monde fraude.
NDP : Ceux qui sont au pouvoir ont plus fraudé que les autres, parce que, justement, ils sont au pouvoir. La délinquance politique semble être, hélas, la pierre an¬gulaire de notre système qui est si démocratique qu’on en pleurerait.

G – comme Gri-gri
Dites : Une façon comme une autre de se protéger. Même les très rationalistes Européens y font recours.
NDP : Nous avons renoué avec ‘‘la pensé magique’’ avec la fin des années fastes et du poisson roi. Il ne serait pas étonnant que l’on voie, au début du siècle prochain, des marabouts spécialisés en exorcisme in¬formatique.

H – comme Hodh
Dites : Tous les habitants des Hodh votent PRDS.
NDP : On aurait quand même pu leur demander leur avis.

I – comme Impérialisme
Dites : C’est un gros mot et précisez pour que l’on vous comprenne: un gros mot est un mot ‘‘qui ne se dit pas’’, qui ‘‘disperse les assemblées’’.
NDP : Rien n’a structurellement changé depuis le XIXème siècle.

J – comme Journaux
Dites : C’est de la merde.
NDP : La presse est le reflet fidèle de la société.

K – comme Kadihines
Dites : Ces anarcho-mao-stalino-guevaristes, ont tous été récupérés par le système et sont devenus des petits-bourgeois pépères et rondouillards.
NDP : Le mouvement kadihine a été le moment le plus important de l’histoire politique de la Mauritanie avec le mouvement almoravide et la guerre de Charr-Baba . Les kadihines ont fait entrer le pays dans le XXème siècle. Même s’ils étaient plutôt mal rasés.

L – comme Lois
Dites: Il faut respecter les lois (et toussez après ça).
NDP : Personne ne les respecte ici, à commencer par ceux qui sont chargés de les faire respecter et ceux qui les promulguent. On ne peut même pas parler de loi de la Jungle. Pas parce qu’on est au Sahara, mais parce que la loi de la Jungle est, tout compte fait, une loi.

M – comme Messaoud Ould Boulkheir
Dites : C’est un ancien ministre mécontent.
NDP : C’est le leader charismatique des anciens es¬claves qui refusent de rester à la traîne de leurs anciens maîtres. Le problème de l’esclavage reste un problème sérieux en Mauritanie et ne pas en parler, ne pas le re¬connaître, n’arrangera rien. Messaoud est bien le porte-¬parole des Exclus.

N – comme Négro-africains
Dites : Ils sont comme les autres Mauritaniens. Ils sont au PRDS.
NDP : Il y a 60.000 négro-africains qui ont été expulsés de chez eux en 89 et 90 et qui survivent aujourd’hui dans des camps au Sénégal et au Mali. L’Etat maurita¬nien qui les a spoliés, chassés, torturés, bannis, leur re¬fuse jusqu’au statut de réfugiés. Et se fiche de les savoir ici ou ailleurs. Un mépris ‘‘démocratique’’.

O – comme Opposition
Dites : Elle n’existe plus.
NDP: On ne lui donne pas l’occasion de montrer qu’elle existe. Les élections sont truquées, les meetings presque interdits, les média publics interdits d’accès aux non-gouvernementaux. L’Etat distribue les prébendes pour s’assurer une clientèle ‘‘fidèle’’ et écarte tout opposant éventuel des postes significatifs de la fonction publique. Malgré ça, on continue de parler de l’opposition. Une preuve au moins qu’elle existe.

P – comme PPM
Dites : Le Parti du Peuple Mauritanie (PPM) a saigné ce pays à blanc jusqu’en 1978.
NDP : A 80% les dignitaires du PPM sont ceux du PRDS, comme ils ont été ceux des SEM .

Q – comme Qui est-ce ?
Dites : C’est un citoyen mauritanien comme les autres.
NDP : C’est un ministre qui surgit d’on ne sait où et qui retournera au néant après s’être acheté une voiture de service et avoir promu le cousin de sa femme.

R – comme République
Dites : Nous sommes une République démocratique.
NDP : République (du latin res publica, ‘‘chose pub¬lique’’) n’a jamais moins mérité son nom qu’ici. On au¬rait très bien pu l’appeler Réprivée (du latin res privata, ‘‘chose privée’’) et avoir le ‘‘privé’’ contraire de ‘‘public’’ mais aussi le ‘‘privé de tout’’.

S – comme Scandale
Dites : Ce n’est pas un scandale, tout le monde fait comme ça.
NDP : Ce n’est pas vrai, tout le monde n’est pas comme ça, on ne doit pas brûler le troupeau à cause de quelques brebis galeuses.

T – comme Tartufferie
Dites : c’est un dévot sincère, ah, si je pouvais être comme lui.
NDP : C’est un tartuffe qui se laisse passer un bouc et porte la culotte et le chèche blancs pour tromper son monde et avoir l’argent des Saoudiens.

U – comme Union du Maghreb
Dites : C’est indispensable.
NDP : Oui, mais on en a encore pour un siècle avant de pouvoir dire qu’elle est peut-être réalisable.

V – comme Victimes de la répression
Dites : Igassar amarhoum , ces nègres se plaignent tout le temps.
NDP : Ils ont raison de se plaindre : un millier de morts, des milliers de déportés, expropriation, tortures, vexations, purges administratives… Et ils ne sont pas les seules victimes, malheureusement.

W – comme Woodstock
Dites : C’est quoi ça ?
NDP : Le plus grand festival rock des sixties. Mais pas en Mauritanie.

X – comme Xavier Coppolani
Dites : Un salaud de colonialiste.
NDP : Le ‘‘créateur » de la Mauritanie.

Y – comme ‘‘Y-a-t-il un pilote dans l’avion’’?
Dites : Si, si, y en a un…
NDP : Le pilote a raté l’avion. L’avion ne le ratera pas, lui.

Z – comme Zuleikha
Dites : Je ne connais pas cette jeune femme.
NDP : C’est le charmant prénom d’une charmante demoiselle que je connais. C’est aussi le prénom de la femme de Putiphar qui séduisit Joseph.

Voilà très rapidement des choses à dire à chaque fois que l’occasion ne s’en présente pas. Vous pouvez vous-mêmes composer votre petit manuel de ‘‘conversation’’. Vous me l’enverrez. J’en ai vraiment besoin.

Feu Habib Ould Mahfoudh
Extrait des Mauritanides

Noorinfo

Nimzatt : Les pèlerins sénégalais satisfaits des conditions de traversée du bac de Rosso

Bac de Rosso - rimweb.net
Les pèlerins sénégalais ont salué les conditions de traversée du bac de Rosso à l’occasion du pèlerinage de Nimzatt qui s’est déroulé du 3 au 8 août.

Plusieurs pèlerins qui ont quitté Dakar ou d’autres villes du Sénégal ont rallié la cité de Cheikhna Cheikh Saadbou où l’Aïd el Fitr, marquant la fin du Ramadan, a été célébré jeudi.

Fatou Fall se dit ‘’surprise de n’avoir pas passé toute une journée à la frontière comme lors des précédentes éditions”.

‘’Cette année, a-t-elle dit, on dirait que tout a été presque réglé à l’avance. Les forces de sécurité mauritaniennes étaient présentes. On a traversé la frontière en moins de trois heures’’.

Jeuddou Fall, arrivé à Nimzatt lundi soir, a soutenu qu’il n’a eu ‘’aucune difficulté pour faire le voyage à part le mauvais état de la route entre Tinguinte et Nimzatt’’.

Pour sa part, Abdou Kâ, chauffeur, a salué ‘’une nette amélioration des conditions de la traversée du bac cette année par rapport à l’année précédente’’, soulignant que ‘’tout a été réglementé’’.

Toutes les mesures ont été prises pour un bon déroulement de la traversée du bac de Rosso à l’occasion du pèlerinage de Nimzatt, avait assuré mardi le chef de service du bac de Rosso-Mauritanie, Yadali Fall.

’’Pendant une semaine, les deux bacs vont effectuer une rotation journalière jusqu’à deux heures du matin’’, avait-t-il indiqué, dans un entretien avec l’APS.

’’Aucun désagrément n’a été constaté à ce jour à la frontière de Nimzatt. Tout se passe très bien depuis l’ouverture du bac il ya quelques jours car toutes les dispositions ont été prises’’, avait ajouté Yadali Fall.

’’Les bacs de Rosso font des rotations régulières pour permettre aux pèlerins d’effectuer la traversée sans difficulté’’, avait-t-il soutenu, précisant que les éléments de la police et de la gendarmerie mauritanienne sont sur place pour assurer la sécurité.

Le Président de la République: « les comportements observés durant le Ramadan devront se poursuivre au-delà de ce mois béni »

Aziz- ramadan 2013

Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz a souligné le devoir qui nous incombe à tous de puiser dans l’école du Ramadan les ressorts de l’esprit de la tolérance, de l’amour et du sacrifice afin de nous acquitter de nos devoirs nationaux dans les meilleures conditions.

Le Président de la République a ajouté mercredi soir dans un discours adressé à la nation à l’occasion de l’Aid El Fitr que les comportements observés durant le mois du Ramadan devront se poursuivre au-delà de ce mois béni.

Il a également exprimé les remerciements à tous ceux, ulémas, médecins et journalistes, qui ont contribué à animer ce mois de miséricorde et de tolérance. Voici en intégralité le discours du Président de la République:

« Mauritaniens,
Mauritaniennes,
Nous voilà, Allah en soit loué, parvenus au terme du mois béni de Ramadan, avec, Inchaallah, l’immense récompense de son jeûne et le pardon pour les péchés; après qu’Allah nous ait permis d’accomplir les devoirs qui y sont liés et de faire revivre sa pratique dans un climat de sérénité, de fraternité et de solidarité.

C’est là, pour moi, une occasion d’adresser les félicitations à tous les membres de notre peuple musulman et, aussi, une occasion pour exprimer les remerciements à tous ceux, ulémas, médecins et journalistes, qui ont contribué à animer ce mois de miséricorde et de tolérance.

Mauritaniens,
Mauritaniennes,
Au cours de ce mois béni, certains pays musulmans ont malheureusement connu des crises. Nous espérons qu’ils arrivent à en sortir pour que leurs peuples vivent dans la quiétude et la paix, loin de la violence et de l’extrémisme.

Mauritaniens,
Mauritaniennes,
Les valeurs de notre sainte religion nous édictent la solidarité avec nos frères en religion hors du monde musulman et que le fanatisme, l’extrémisme et l’oppression empêchent de jouir de leur droit légitime à pratiquer leur religion en toute sécurité.

C’est pour nous le lieu de solliciter que l’Organisation de la Coopération Islamique et les organisations internationales des droits de l’Homme prêtent main forte aux minorités musulmanes afin qu’elles jouissent de leurs droits entiers.

Il nous incombe à tous de puiser dans l’école du Ramadan les ressorts de l’esprit de la tolérance, de l’amour et du sacrifice afin de nous acquitter de nos devoirs nationaux dans les meilleures conditions. De même, les comportements observés durant le Ramadan devront se poursuivre au-delà de ce mois béni.

J’implore Allah de faire revivre le Ramadan, aux Oummas arabe et islamique et à nous, dans la prospérité, la miséricorde et la bénédiction.« 

Source : Agence Mauritanienne d’Information

LA GÉOGRAPHIE DE LA FEMME

FEMME - GEOGRAPHIE

 

Entre 18 et 25 ans

La femme est comme le Continent africain:
Une moitié a déjà été découverte tandis que l’autre moitié
cache une beauté encore sauvage et des deltas fertiles ..

Entre 26 et 35

La femme est comme l’Amérique du Nord :
Moderne, développée, civilisée
et ouverte aux négociations.

Entre 36 et 40

Elle est comme l’Inde :très chaude et sûre de sa beauté.

Entre 41 et 50

La femme est comme la France:
plus rien à découvrir, mais beaucoup d’amateurs pour la visiter quand même.

Entre 51 et 60

Comme l’ex-Yougoslavie, elle a perdu la guerre, est tourmentée par les fantômes du passé,
mais s’engage dans sa reconstruction.

Entre 61 et 70,

Elle est comme la Russie:
spacieuse, sans gardes frontières.
La couche de neige cache de grands trésors.

Entre 71 et 80

La femme est comme la Mongolie :
elle possède un passé glorieux, de nombreuses conquêtes,
mais n’a plus d’espoir pour l’avenir.


Et après, elle est comme l’Afghanistan:

tout le monde sait où ça se situe,
mais personne ne veut y aller.

La Géographie de l’Homme maintenant :

Entre 15 et 80 ans, l’homme est comme CUBA :

Il est gouverné par un seul membre !!!

————————————————————————————————————————–IL Y  EN A D’AUTRES  QUI DISENT  QUE  LA FEMME:

1– Entre 15 et 18 ans, la Femme est comme l’Afrique : à moitié
sauvage, naturellement belle.
C’est la mine d’or que tous veulent explorer.

2– Entre 19 et 21 ans, la Femme est comme l’Amérique :
développée et ouverte à tout genre de négoce. Le marché est
conquis par le plus conquérant.

3– Entre 22 et 25 ans, la Femme est comme l’Italie : sensuelle,

décontractée, épanouie. Convaincue de sa beauté, elle se
prend vraiment au sérieux. C’est elle qui dicte ses principes
aux soupirants.

4– Entre 26 et 34 ans, la Femme est comme la France : fière
d’elle, elle se prend pour le nombril du Pape, car elle est un
territoire enviable que plusieurs voudraient visiter, ou aller
chercher fortune.

5– Entre 35 et 40 ans, la Femme est comme la Yougoslavie : la
guerre est aujourd’hui perdue. Les erreurs du passé la
hantent. De gros travaux de reconstruction doivent être
lancés. Désormais flexible, la porte est ouverte à tous ceux
qui voudraient y investir.

6– Entre 41 et 45 ans, la Femme est comme la Russie étendue,
aux limites incontrôlées. Mais le climat froid décourage les
visiteurs.

7– Entre 46 et 50 ans, la Femme est comme la Mongolie : un
glorieux passé, de grandes conquêtes, mais hélas plus
d’avenir. Elle raconte son histoire au passé.

8– Âpres 50 ans, la Femme est comme l’Afghanistan : tout le
monde sait où elle se trouve, mais personne ne veut y
aller…même pas les alliés d’hier…

Tous pour l’éradication des séquelles de l’esclavage contre la pauvreté :Déclaration

marche contre l'esclavage

Au niveau de l’ONG « Tous pour l’éradication des séquelles de l’esclavage pour l’insertion  et contre la pauvreté », nous avons suivi avec inquiétude les derniers événements survenus à Kaédi suit à

unebanalealtercation entre deux citoyens. Ce genre d’événements se passe quotidiennement, même entre deux frères germainssans que ça dégénère en conflit ouvert.

Malheureusement cette fois-ci, cet incident anodin, profitant de l’appartenance des deux individus à des races différentes,a été exploité par des forces centrifuges, nostalgiques des regrettables événements raciauxde 1989.

Des manifestations de rues furent organisées à la hâte et le marché centralfut fermé. Plusieurs citoyens ont été arrêtés, jugés et certains condamnés.

Considérant notre attachement à l’unité nationale et à la paix civile entre nos paisibles citoyens de toutes ethnies et de toutes nationalités, nous condamnons avec la dernière énergie les instigateurs de ces événements et nous demandons à l’autorité publique, aux partis politiques de tous bords, ainsi qu’aux organisations de la société civile d’œuvrer ensemble pour endiguer toute escalade préjudiciable à l’unitéde notre peuple, à la paix civile etau développement harmonieux de notre pays.

Nous demandons en fin, à tousnos militants, surtout ceux originaires du Gorgole, de joindre leurs efforts à ceux de tous ceux qui œuvrent pour éloigner le spectre de la division des rangs de notre peuple.

Nous demeurons vigilants et nous suivons de près l’évolution de la situation.

Nouakchott, le 16 juillet 2013

Le Bureau Executif

Spéciales Vacances d’Eté au CIMAN : Promotion de Made en Mauritania

Promotion de Made en Mauritania2
« Spéciales Vacances d’été » tel est l’intitulé d’une exposition de jeunes mauritaniens qui s’est tenue du 6 au 13 juillet dernier au CIMAN (Conservatoire International de Musique et des Arts de Nouakchott). L’exposition organisée en un mois a été soutenue par Super marché Salam , RJ Projet Consulting et JC Marketinf et Publicité.

L’exposition concoctée par les jeunes créateurs de mode dont Medina Ibrahima Ndiaye, Mariame Kane et Babacar Khalifa Diop vise à promouvoir le « Made in Mauritania et in africa » dans un contexte de globalisation avancé.

L’exposition qui se veut un coup de flash sur l’accoutrement local est une occasion, pour ces trois jeunes créateurs de promouvoir la consommation locale. Pour cette exposition collective, ils ont misés entre autre sur le wax, le bracelet perle, les chaussures en basin, des boucles d’oreilles. Une façon de « valoriser les choses minimisées »  me confie  Babacar. Kh. Diop étudiant en Musique et Guitare au CIMAN.

 Cet exposant , qui travaille essentiellement pour le moment à base de basin et de voile prône un retour aux sources vestimentaire sur un air réaliste : «  Je veux qu’on se rappelle de ce que les anciens portaient, même si les gens ne croient pas beaucoup à ce qu’on fait et qu’on n’a pas de moyens » .

Medina : une passionnée de Wax

MedinaLa promotrice du concept « Shakidina » Medina .I. Ndiaye pour cette exposition a créée un sac en wax avec l’Afrique en toile de fond. Une opportunité pour cette jeune photographe de 26 ans d’afficher «  ma culture » tant mauritanienne qu’africaine car pour elle il est important que : «  les gens s’habillent localement ». Comme les autres exposants, cette créatrice s’est attelée à se préparer pour cette présente expo en proposant des accessoires en wax, vêtement, des bracelets perles, des boucles d’oreilles et des bijoux aux visiteurs qui se sont succédés en masse dans la salle d’expo du CIMAN avant le début du carême .

Marieme Kane : de la comptabilité à la  création

Mariem KaneAssistante à la galerie Zeinart depuis un an, Marieme K. est à la 2e exposition. Avec une formation de broderie en main, elle se tourne désormais vers la création de mode « afin de montrer que l’art peut venir de nous aussi » convaincue qu’une « chose jolie peut devenir universelle ». C’est ce qui explique sans doute son désir de « promouvoir le made in mauritania » elle qui porte une attention particulière aux habits d’enfants.

 Les trois jeunes créateurs qui ambitionnent de contribuer à faire de la RIM , la capitale de la mode  misent sur plus de moyens afin que des rêves deviennent des réalités.

En attendant, ils souhaitent décentraliser une telle exposition collective. Une activité que Babi Sarr promoteur du CIMAN, considère comme « une grande première » pour son entreprise qui pourrait abriter de tel rendez-vous artistique par trimestre nous a –il confié lors de notre bref entretien.

Awa Seydou Tra

RIMWEB