G7: bilan d’un sommet atypique

Le sommet du G7 s’est achevé ce samedi 27 mai en Sicile. Alors que le consensus a toujours prévalu lors des précédents sommets, plusieurs désaccords ont été remarqués, notamment sur la question de la lutte contre le réchauffement climatique.

Malgré les divergences profondes qui ont marqué ce G7, Paolo Gentiloni se veut positif. Dans le communiqué final de cette 43e édition, le président du Conseil italien et hôte de ce sommet a déclaré qu’il avait été un succès en termes d’organisation et de sécurité.

C’est bien l’un des seuls points positifs que l’on peut retenir. Car sur les grands dossiers, les désaccords persistent, surtout sur le climat. Paolo Gentiloni a tout de même cherché à les minimiser, expliquant que Donald Trump avait été très attentif aux arguments distillés par ses homologues. La décision des Etats-Unis de sortir ou non de l’accord de Paris sera annoncée la semaine prochaine, a précisé le président américain sur les réseaux sociaux.

Concernant le commerce, les dirigeants du G7 sont parvenus à maintenir les Etats-Unis de Donald Trump, tenté par une forme d’isolationnisme, dans un cadre multilatéral, ce qui peut être considéré comme un succès. Mais sur ce dossier, les six autres pays membres attendaient peut-être plus d’engagement de la part des Américains. Autre succès : la lutte contre le terrorisme, certainement le dossier ou le consensus a été obtenu le plus rapidement avec la signature d’une déclaration dès la première journée du sommet.

La question migratoire, en revanche, n’a enregistré aucune réelle avancée. Pour Emmanuel Macron, la résolution de la crise migratoire passe par une vraie politique de sécurité et de stabilisation des zones où les crises politiques font qu’il y a des afflux massifs de réfugiés, par la lutte contre le réchauffement climatique et pour le développement, mais aussi par une autre politique migratoire. Mais d’après lui, il s’agit d’un problème européen. « Ce n’est un sujet ni pour le Japon, ni pour le Canada, ni pour les Etats-Unis, c’est une responsabilité européenne », a-t-il déclaré.

Ce sommet restera donc certainement comme l’un des plus atypiques, non pas parce qu’il s’est déroulé dans un site idyllique, mais parce que peu de décisions y auront été prises.

Source: RFI

Éliminatoires CAN 2019 : Les 23 Mourabitounes pour le Botswana

FFRIM – Le staff des Mourabitounes a dévoilé ce dimanche 21 mai la liste des joueurs convoqués pour un stage en Afrique du Sud, qui va déboucher sur la rencontre face au Botswana, comptant pour la 1ère journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations « Cameroun 2019 ».

Le sélectionneur national, Corentin Martins, a opté pour un groupe 23 joueurs sans énormes surprises, qui se rapproche à peu de choses près à celui retenu pour les deux derniers matchs amicaux à Nouakchott contre le Bénin et le Congo. Deux réservistes ont été choisis (Mohamed M’Bareck et Moctar Salem de l’ASAC Concorde) pour palier à d’éventuels forfaits.

L’équipe nationale de Mauritanie va s’envoler le samedi 27 mai en direction de l’Afrique du Sud, où elle va effectuer un stage de préparation dans la ville de Pretoria, avec un match amical le dimanche 4 juin face au Lesotho. Les Mourabitounes vont regagner Francistown le 8 juin, et y démarrer officiellement leur campagne des éliminatoires de la CAN 2019 contre les Zèbres du Botswana, le samedi 10 juin à 13h30 GMT.

Les 23 Mourabitounes convoqués :

Gardiens (3) : Souleimane Brahim (Fc Nouadhibou), Saleck Mohamed Salahdine (Fc Tevragh-Zeïna), Assane Aly (Red Star Fc 93/France)

Défenseurs (8) : Abdoul Ba (Rc Lens/France), Sally Sarr (Fc Lucerne/Suisse), Bakary N’diaye (Fc Tevragh-Zeïna), Diadié Diarra (Fc Gueugnon/France), Harouna Sy (Gs Marseille-Consolât/France), Ousmane Samba (Jeanne D’arc De Drancy/France), Aly Abeid (Ud Levante/Espagne), Mohamed Wade (Fc Nouadhibou)

Milieux (7) : Dialo Guidileye (As Nancy Lorraine/France), Khassa Camara (Skoda Xanthi/Grèce), Mohamed Taghiyoullah Denna (Fc Tevragh-Zeïna), Yali Mohamed Dellahi (Futbola Klubs Liepāja/Lettonie), Moussa Sidi Baghayogho (Acs Ksar), El Hacen El Id (Ud Levante/Espagne), Abdoulaye Silèye Gaye “Palaye” (Futbola Klubs Liepāja/Lettonie)

Attaquants (5) : Amadou Niass (Salam Zgharta/Liban), Babacar Baguili (Acs Ksar), Adama Ba (Aj Auxerre/France), Mohamed Abdallahi Soudani (Us Tataouine/Tunisie), Khalil Moulaye Ahmed “Bessam” (Fc Nouadhibou)

Réservistes (2) : Mohamed Mohamed M’bareck (Asac Concorde), Moctar Salem Sidi (Asac Concorde)

 

Elhourriya.net

Sommet du G7 : urgence à résoudre la crise libyenne pour les présidents nigérien et tunisien

Sept pays parmi les plus riches du monde réunis en Sicile, l’île où s’échouent quotidiennement des centaines de migrants: le symbole est criant. Mais l’Afrique restera reléguée à quelques paragraphes dans le communiqué final du G7.

« Jamais un G7 ne s’est tenu aussi proche de l’Afrique, mais jamais l’Afrique n’a été aussi loin des préoccupations du G7 », se désole Friederike Röder, responsable de l’ONG One, qui suit les réunions des sept grands (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Italie, Allemagne, Japon et Canada) depuis des années.

Et pourtant, l’Italie, pays hôte du sommet, a fait de l’Afrique une de ses priorités et avait choisi à dessein la Sicile, « au coeur de la Méditerranée » et « pont entre l’Europe et l’Afrique », selon les mots du président du Conseil Paolo Gentiloni.

Un ou deux paragraphes consacrés à l’Afrique

Selon des sources diplomatiques italiennes, une déclaration séparée sur l’Afrique et la « mobilité humaine », une façon positive d’envisager les migrations, était en projet. Mais « les Américains ont tué le projet et ont fait savoir fin avril qu’ils refusaient toute déclaration séparée », selon Friederike Röder, déplorant que la vision sécuritaire constitue l’alpha et l’omega de la relation avec l’Afrique.

« Nous devons être durs et vigilants » sur l’immigration, a lancé cette semaine le président américain Donald Trump en tournée européenne, liant une nouvelle fois immigration et terrorisme: « des milliers et des milliers de personnes se répandent dans nos différents pays et se dispersent, et dans de nombreux cas, nous ne savons pas qui ils sont », a-t-il déclaré à Bruxelles.

« Le problème n’est pas tant Trump que les autres pays, qui n’ont rien fait pour sauver le projet italien et qui se laissent faire », déplore la responsable de One.

Résultat, la question des migrations et de l’Afrique en général devrait faire l’objet d’un ou deux paragraphes dans le communiqué final du G7, selon des sources italiennes.

« Éteindre le chaudron libyen »

Pourtant, cinq chefs d’Etat et de gouvernement africains étaient invités à Taormina. Le Niger, l’Ethiopie, le Kenya, la Tunisie et le Nigeria -d’où vient le plus gros contingent de migrants en Italie- ont participé samedi matin à une réunion avec les membres du G7.

« La lutte contre le terrorisme dans les pays du Sahel et du bassin du Lac Tchad exige que des mesures urgentes soient prises pour éteindre le chaudron Libyen », a déclaré le président nigérien Mahamadou Issoufou lors d’une réunion entre cinq pays africains et les dirigeants du G7 réunis à Taormina. Cet appel intervient alors que la Libye continue à s’enfoncer dans le chaos et que de violents combats ont secoué vendredi Tripoli, faisant 28 morts.

Mahamadou Issoufou, dont le pays frontalier avec la Libye est en première ligne, a réclamé une stratégie globale « sécuritaire, idéologique et socio-économique » pour lutter contre le terrorisme. Il a également appelé le G7 et l’ONU à « doter de moyens nécessaires » la force conjointe d’intervention rapide que veulent créer les pays du G5 Sahel (Niger, Mali, Mauritanie, Tchad, Burkina Faso) pour luter contre les groupes jihadistes dans la zone.

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a également insisté sur « le défi sécuritaire » posé par la Libye lors d’une bilatérale avec son homologue français Emmanuel Macron, peu avant la rencontre Afrique/G7.

Les engagements pris en 2015 lors d’un précédent G7 en Allemagne restent encore à tenir. Les pays riches avaient alors promis d’allouer 0,7% de la richesse nationale à l’aide publique au développement, et s’étaient engagés à œuvrer pour sortir 500 millions de personnes de la faim et de la malnutrition d’ici à 2030.

 

 

jeuneafrique.com

Education-Riyadh : L’Ecole Taleb Abdallah prime ses meilleurs élèves Samedi, 27 Mai 2017 11:35

L’Ecole Taleb Abdallah de Riyad (Nouakchott-Sud) a procédé, hier, vendredi 26 mai, à une remise de prix à ses meilleurs élèves au titre de l’année scolaire 2016-2017 qui tire à sa fin.

Selon le directeur de l’Ecole Tabel Abdallah, Mr Kalidou Barry, il s’agit d’un effort personnel de la direction pour initier les apprenants à la concurrence.

Le personnel de l’école a contribué à cette initiative par une volonté manifeste commençant par l’accomplissement de leur devoir, la ponctualité et la détermination pour la réalisation des objectifs fixés, a-t-il dit.

A cette occasion, les parents d’élèves ont salué cette décision prise par le directeur à qui ils ont attribué une étiquette de reconnaissance. Ils ont salué par la suite la volonté, le courage et la disponibilité du DREN de Nouakchott-Sud et l’Iden de Riyad, respectivement Mr Mohamed Saleck Ould Taleb et Mr Mohamed El Moktar Ould Békaye pour avoir mis à la disposition de l’école des enseignants compétents et assidus.

Notons que l’Ecole Taleb Abdallah de Riyad est créée en 1995 et elle comprend 12 salles de classe qui habite 10 divisions pédagogiques. En compte un effectif de 527 élèves dont 280 filles encadrés par un personnel complet.

Les élèves primés sont au nombre de 25 malgré les moyens.

A.SIDI

 

 

 

Source: Tawary

Tintane : Des signaux forts et des acteurs influents pour la réforme constitutionnelle

D’aucun n’ignore le rôle et l’importance que joue la Moughataa de Tintane dans la carte politique, économique et sociale dans les deux hodhs et dans certaines wilays del’Assaba.

A ce titre, il ne serait pas étonnant que l’UPR choisisse cette Moughataa pour envoyer des signaux forts et précis autour de certaines questions sensibles, intéressant les intérêts suprêmes de la nation.

«Le régime d’Ould Abdel Aziz est une continuité…..», devait préciser Monsieur Yahya Ould Hademine en toute confiance et sérénité, devant les populations de Tintane.

Cette déclaration à prendre au sérieux dans toutes ses dimensions, était bien préméditée et hautement concertée au niveau des acteurs et différents intervenants.

C’était au cours des journées du 21 au 24 Mai en cours en effet que, une importante équipe de l’UPR s’est rendue dans la Moughataa de Tintane dans le cadre de la campagne de sensibilisation menée par les pouvoirs publics pour la réussite de la réforme constitutionnelle qui sera introduite, par voie référendaire, au mois de juillet 2017.

Le fait aurait été banal devant la multiplicité des Initiatives d’appui ou de refus de ce projet ayant pourtant fait l’objet de plusieurs controverses et de polémiques non encore tranchées, n’eurent-été le choix par le PM de la Moughataa de Tintane pour faire cette déclaration révélatrice d’une part, du niveau de représentation et du degré d’influence socio-politique des cadres qui se s’y sont rendus, d’autre part.

En effet, outre la présence de son éminence Mr Yahya Ould Hademine et une partie restreinte de proche staff « privé », se trouvait, Madame Sellama Mint Lembrabott, ancienne ministre des Affaires Sociales, de l’Enfance et de la Famille, membre du Bureau exécutif de l’UPR et actuelle Présidente du Conseild’Administration de l’Imprimerie Nationale.

Personnalité qualitativement influente au sein de la tribu de TINWAJIW, Madame Sellama Mint Lembrabott bénéficie d’une grande audience au sein de toutes les fractions de la Tribu de Tinwajiw et ce, en dépit des divergences et des distensions politiques qui caractérisent cette grande Tribu.

Fin stratège et cartésien de premier rang, Monsieur Hademine savait bien à quoi s’en tenir quant à la présence à ses côtés de Madame Sellama. Le choix mûri de celle-ci par celui-là, ne procède, loin s’en faut d’ailleurs, pas du vide car la tribu de Tinwajiw constitue une large majorité au sein de la Moughataa de Tintane sans occulter l’estime dont bénéficie cette militante distinguée du Parti en la personne de Sellama Mint Lembrabott, au-delà même de Tintane, précisément au sein des Moughataa d’Aîoun et de Kobeni.

Aussi et devant la rude tâche qui attend les militants de l’UPR et le reste desforces vives de la Nation pour faire arriver à bon port les réformesconstitutionnelles à entreprendre , tout dicte de permettre à Madame Sellama de pouvoir pleinement jouer son rôle pacificateur et fédérateur pour la garantie d’un électorat des plus importants sur l’échiquier politiquenational, à savoir celui qu’offre la respectueuse tribu de Tinwajiw.

Par Sidi Ould Cheikh, Militant de l’UPR à Nouadhibou, Tel : 43254343

 

 

 

Source: tawary

Le ministre de la santé participe à Genève à la remise du prix des Emirats pour les sciences médicales au Pr Baidy Boubou Lô

Le Palais des Nations Unies à Genève a abrité vendredi, en présence du ministre de la santé, Pr Kane Boubacar, la cérémonie de remise du prix des Emirats pour les sciences médicales pour l’année 2017 à notre compatriote, le Pr Baidy Boubou Lô.
La remise de ce prix au Professeur intervient en hommage aux travaux de ce chercheur portant sur la lutte contre les virus de l’hépatite, du VIH Sida ainsi que le transfert du sang dans le pays.
La cérémonie s’est déroulée en présence de notre ambassadrice à Genève, Mme Salka Mint Bilal Ould Yamar et de l’ambassadeur des Emirats Arabes Unis à Genève ainsi que le conseiller du ministre de la santé, le Pr Cheikh baye Ould M’Khaitrat.

 

 

 

Source: AMI

Loi des finances rectificative 2017 : Les députés brillent par leur absence

Le ministre de l’économie et des finances est passé le mercredi 24 mai 2017  devant les députés de l’Assemblée Nationale pour défendre  deux projets dont celui de la loi de finances rectificative 2017. Les débats en plénière ont duré plusieurs heures. Sans surprise, les députés présents ont fait passer comme une lettre à la poste les projets de loi proposés. De source parlementaire, moins de trente députés ont assisté aux débats sur les cent quarante six que compte la chambre basse. Les autres étaient tout simplement absents. La campagne en faveur des amendements constitutionnels et les voyages des ministres du gouvernement à l’intérieur du pays ne sont certainement pas étrangers à ce très préjudiciable retard. Cela pose même la légalité du passage de ces projets de loi  qui ne sont votés que par un nombre de députés qui représente à peine un cinquième du total des représentants du peuple. Une situation tellement visible que l’un des députés de la majorité a ouvertement déclaré qu’il n’est pas acceptable qu’un si grand nombre de parlementaires s’absentent à des plénières au cours desquelles des projets de loi de cette importance sont discutés.

 

 

Source: lecalame

La SNDP lance l’opération de conservation et d’acheminement du poisson à l’occasion du mois sacré du Ramadan

 Le ministre des pêches et de l’économie maritime, M. Nany Ould Chrougha, a visité vendredi à Nouakchott, les entrepôts de la société nationale de distribution de poisson (SNDP), où il s’est enquis des mesures engagées par la société, en perspective de l’acheminement du poisson, sur toute l’étendue du territoire national, à l’occasion du mois béni du Ramadan.
Le ministre a constaté les quantités embarquées dans les camions frigos, qui desserviront les dépôts de la SNCP, à l’intérieur du pays.
Le directeur général de la société, M. Moktar Ould Ahmed Ould Bouceif, a présenté à cette occasion, toutes les phases de l’opération, visant à intégrer le poisson dans les mets mauritaniens, notamment dans les zones où le poisson reste une denrée inaccessible aux citoyens.
Avec l’ouverture de 53 points de distribution, la SMCP compte approvisionner toutes les capitales des wilayas en poisson, en plus de points de distribution, créés au niveau des moughataas et des points mobiles de vente de poisson.
« Avec une production actuelle de 7.000 tonnes, la société envisage doubler cette quantité, à l’occasion du mois béni du Ramadan, en perspective de sa vente à un prix symbolique aux citoyens, au prix de 50 Um/kg », a-t-il ajouté.
Il a salué enfin la coopération espagnole, pour l’appui apporté à la société, notamment pour la fourniture de moyens de transports dotés d’équipements modernes de froid, pour la conservation du poisson.
Le ministre était accompagné du wali de Nouakchott Ouest, M. Mahi Ould Hamed et du président du conseil d’administration de la société M. Bedboude Ould Sidi.

 

 

 

Source: AMI

Rosso : Une famille sauvagement agressée par un berger

Un couple a été sauvagement agressé par un berger dans la nuit du jeudi au PK 14 de Rosso, au sud du pays, apprend-on de sources locales. Le père de la famille a reçu des coups d’un coupe-coupe à la tête et au bras droit tandis que la femme, elle a été blessé sur plusieurs parties du corps.

L’agresseur n’est autre un berger qui a passé la journée dans la famille à la recherche d’un troupeau de vaches. Et durant son séjour, il a vu le père de la famille remettre une importante somme d’argent à son épouse.

Au crépuscule, il quitte la famille pour revenir tard dans la nuit armé d’un coupe-coupe et réussi à commettre son forfait. Selon les mêmes sources, il est parvenu à dénicher la somme de là, où, la dame l’avait gardée.
Les blessés ont été  transportés à l’hôpital de Rosso pour des soins. Quant à l’auteur du double forfait, il s’est évaporé dans la nature, précise une source.
A en croire que Rosso et ses environs sont devenus le théâtre de cambriolages et de vols à main armée et cela depuis plusieurs mois.

 

 

Source: Tawary

Mauritanie : les professeurs de l’institut supérieur refusent de remettre les résultats des examens

Les professeurs de l’institut supérieur des études et des recherches islamiques leur refus de remettre les résultats des examens du second semestre 2016-2017 à des tierces personnes qui n’ont pas le droit de les recevoir insistant sur le devoir pour les seuls professeurs de l’établissement de gérer les examens.
Dans un communiqué distribué jeudi, les professeurs ont exigé la mise sur pied des commissions d’examen tel que prévu dans les textes organisant l’enseignement supérieur désormais exigibles au niveau de l’institut depuis l’année universitaire 2016-2017.
Ces commissions, selon les professeurs, sont désormais les seules habilitées à recevoir les résultats, à décider des passages et déterminer les conditions d’obtention des diplômes tel que stipulé dans la loi.
Les professeurs ont souligné la nécessité d’exiger le droit que leur confère la loi dans l’accomplissement de leurs devoirs dans un climat de respect et de dignité, insistant sur leur détermination à défendre leurs droits moraux et matériels par toutes les formes légales.
Source: Saharamédias