Armes chimiques : Washington sanctionne 271 scientifiques syriens

Les Etats-Unis ont annoncé des sanctions financières lundi contre 271 scientifiques d’un centre syrien de développement d’armes chimiques en réponse à l’attaque au gaz toxique début avril en Syrie, a indiqué le Trésor américain.

Il s’agit des sanctions parmi les plus importantes jamais adoptées par le Trésor en terme de nombre de personnes visées, a précisé un haut responsable.

Source:  Liberation.fr

Diop divorce avec IRA et crée le FRUD

Entre Diop Amadou Tidjane et IRA, le divorce vient d’être scellé ! C’était déjà dans l’air du temps ! L’ancien vice-président de l’organisation abolitionniste a annoncé, samedi soir lors d’une conférence de presse dans un réceptif hôtelier de Sebkha, sa «rupture officielle avec IRA ». Ce fut une véritable démonstration de force. Les partisans, sympathisants, proches de Diop ont répondu en masse à son appel. « Des divergences stratégiques d’ordre politiques» avec Biram Dah Abeïd sont à l’origine de cette rupture. « L’on peut dire qu’avec le président Biram Dah Abeïd, nous n’adaptons plus la même approche stratégique et ne fixons, peut-être plus le même horizon. Nous considérons cela comme un phénomène propre à la vie humaine, à la vie des organisations politiques », a justifié Diop.
Après l’échec de plusieurs efforts et tentatives visant à faire d’IRA, dit-il, une «organisation capable de décider suivant les principes mus par l’esprit d’équipe et de collégialité », Diop a jugé « utile de définir clairement ses ambitions politiques. Ainsi, il a décidé, suite à une concertation avec ses camarades, de la création d’une nouvelle mouvance dénommée : Le Front Républicain Pour l’Unité et la Démocratie (FRUD) dont la devise est Volonté, Unité et Solidarité». Le congrès constitutif se tiendra dans trois mois.
Cette mouvance, qui côtoie l’ensemble des forces vives de la Nation, résolument engagée dans une dynamique qui permette de répondre aux aspirations fondamentales de nos concitoyens pour une société de liberté, de paix, de progrès, de travail, de justice et de solidarité, a indiqué son président. Cette mouvance va promouvoir strictement la démocratie en interne avant de promettre une démocratie institutionnelle.
A l’entame de son propos liminaire, Diop a exprimé sa pensée militante à ses anciens compagnons de détention « toujours privés de liberté» et incarcérés à Bir Moghreïn : Moussa Biram et Abdallahi Matalla Saleck, leur réaffirmant son « total et constant soutien jusqu’à leur prochaine libération ».

« Solidarité militante » et « compassion » avec le mouvement des jeunes.
Sur son compagnonnage avec IRA , Diop qui estime avoir « combattu loyalement, avec ferveur et courage(…) n’éprouve aucun « sentiment de regret pour avoir servi IRA en tant qu’organisation». Car, fait-il remarquer, force est de reconnaître que le combat mené par IRA a largement contribué,à l’échelle nationale, à l’émancipation de l’homme opprimé, à rétablir la justice et l’égalité ». Sans faire de déballage ou d’attaques personnelles, contrairement aux vagues qui ont quitté le navire IRA, Diop qui a tenu un discours responsable a souhaité bon vent à ses anciens camarades.

Mauvais procès

Diop a balayé d’un revers de la main les accusations colportées par des «personnes de mauvaise foi » à son encontre concernant sa supposée « infiltration au sein de IRA » et sa mission de mettre sur pied une aile négro-africaine au sein du mouvement abolitionniste.
Selon Diop, ses accusations ne datent pas d’aujourd’hui. J’ai été découvert par qui et entrain de faire quoi ? S’est-il interrogé. « Si je suis un agent de renseignement, le candidat pour qui j’étais directeur de campagne n’est-il pas un agent de renseignement ? Y-a-il quelque chose à renseigner à IRA ? Tout est sur la place publique. Il n’y a aucune discrétion. J’aimerais qu’on apporte les preuves de ces accusations. La vérité finira par éclater. Le jour viendra où chacun sera découvert. Et les masques vont tomber », s’est défendu Diop.
Diop a battu en brèche les « dénigrements des personnes de mauvaise foi » réitérant son ‘esprit nationaliste » et son aspiration d’une « Mauritanie pluraliste, culturelle, unie et solidaire ». Les divergences avec Biram sont apparues au moment du procès en appel à Zouérate, a révélé Diop. Alors que lui et sept autres de ses co-détenus avaient prôné la participation au procès, cinq autres de leurs camarades sous l’influence de Biram étaient favorable à un boycott. « A travers ce procès en appel, notre objectif était de prouver à la nation mauritanienne que nous étions innocents du point de vue technique que juridique. Notre culpabilité n’était pas établie. Il fallait aussi donner l’occasion contrairement au procès en première instance à nos avocats de démonter l’accusation en appel».
Diop n’a pas aussi digéré le laxisme et le silence coupable de IRA au moment de l’embastillement de ses 13 cadres et militants. Une seule manifestation en cinq mois d’incarcération. Pourquoi un tel silence?
Nous avons organisé 82 manifestations et 72 marches lors de l’arrestation et de la détention de Biram et Brahim quoi qu’ils puissent être des présidents, a tonné Diop.
Abordant l’épineuse question de la révision constitutionnelle, Diop a indiqué qu’il fallait tenir en considération beaucoup d’autres problèmes que ceux qui sont mis sur la place publique notamment la citoyenneté, les problèmes socio-économiques. « Ould Abdel Aziz doit quitter le pouvoir à la fin de son mandat », a-t-il scandé.

Le Calame 

Syrie: la France dit avoir des preuves de l’attaque chimique sur Khan Cheikhoun

La France apportera prochainement la « preuve » que le régime de Bachar el-Assad est à l’origine de l’attaque chimique qui couté la vie à 87 personnes dont 31 enfants le 4 avril dernier en Syrie. C’est le ministre français des Affaires Etrangères qui l’a affirmé ce mercredi 19 avril. Le pouvoir syrien a démenti toute responsabilité, trois ans après s’être officiellement débarrassé de son arsenal chimique.

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) l’affirme désormais catégoriquement : c’est du gaz sarin ou agent toxique similaire qui a tué 87 habitants du village syrien de Khan Cheikhoun.

A ce stade, l’OIAC ne désigne pas l’auteur de l’attaque. Pour de nombreux pays, la responsabilité du régime de Bachar el-Assad ne fait aucun doute. Les Etats-Unis ont même bombardé une base syrienne en représailles.

La France accuse également Damas et ce mercredi, sur La Chaîne parlementaire, le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a promis des preuves dans les prochains jours.

« En ce qui concerne les services de renseignements français et les renseignements militaires, c’est une question de jours, mais nous apporterons la preuve qu’effectivement le régime a bien organisé ces frappes avec des armes chimiques. J’exprime une conviction : dans quelques jours, je pourrais vous apporter des preuves. Pour l’instant, je ne peux pas les communiquer, parce que les analyses sont en cours mais nous avons des éléments qui nous permettrons de démontrer que le régime Assad a sciemment utilisé des armes chimiques. »

A quelques jours de l’élection présidentielle en France, Jean-Marc Ayrault a critiqué au passage la « complaisance » dont font preuve selon lui certains candidats à l’égard de Bachar el-Assad et de son allié russe.

Source: RFI

Donald Trump recevra le président palestinien le 3 mai

Le président américain Donald Trump recevra son homologue palestinien Mahmoud Abbas le 3 mai, deux mois et demi après sa rencontre à Washington avec Benjamin Netanyahu, pour tenter de relancer l’effort de paix moribond avec Israël.

« Cette visite permettra de réaffirmer l’engagement des Etats-Unis, comme des dirigeants palestiniens, à rechercher – et à terme conclure – un accord visant à mettre fin au conflit », a déclaré mercredi Sean Spicer, porte-parole de l’exécutif américain.

M. Abbas, qui a rencontré à Ramallah plusieurs responsables américains, dont Mike Pompeo, le chef de la CIA, et Jason Greenblatt, représentant spécial de M. Trump, a récemment estimé que la nouvelle administration américaine pensait « sérieusement à trouver une solution à la question palestinienne ».

Lors d’une conversation téléphonique avec M. Trump mi-mars, il avait explicitement évoqué la solution dite à deux Etats, avec laquelle le président américain a semblé prendre ses distances.

Recevant le Premier ministre israélien, M. Trump avait indiqué mi-février que les Etats-Unis, acteur historique de l’effort de paix entre Israéliens et Palestiniens, ne s’accrochaient plus à cette solution, rompant là avec un principe directeur de la diplomatie américaine officiellement adopté par les présidents depuis au moins 2001.

Ces déclarations avaient semé le trouble, la création d’un Etat palestinien coexistant en paix avec Israël est en effet la solution de référence de la plus grande partie de la communauté internationale pour résoudre l’un des plus vieux conflits territoriaux de la planète.

Les Palestiniens réclament un Etat indépendant dans les frontières de 1967, ayant pour capitale Jérusalem-Est, ce qui signifie la fin de 50 ans d’occupation de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et de la partie majoritairement palestinienne de la Ville sainte.

source (©AFP / 19 avril 2017 19h55)

SÉCURITÉ ROUTIÈRE: GARE AUX CHAUFFARDS

Dans le cadre de la nouvelle organisation du secteur des transports, le ministère de l’Equipement et des Transports lance une campagne de sensibilisation sur la sécurité routière sur toute l’étendue du territoire. Des mesures dissuasives sous forme d’amendes et verbalisations seront appliquées. Ces amendes vont de 06 à 20 mille ouguiyas, en plus de la mise en fourrière des véhicules contrevenants.

Seront désormais verbalisées de 6000 Ouguiyas les infractions suivantes :

–          Les stationnements interdits

–          La conduite des motos sans casque

–          Absence de feux de stationnement et de signalisation

–          Dépassement des lignes de séparation

–          Utilisation du téléphone au volant

–          Le non port de la ceinture de sécurité en milieu inter urbain

Seront punis aussi d’une amende de 10.000 Ouguiyas, les chauffeurs qui auront commis les infractions suivantes :

–          – Non respect du feu rouge

–          – Refus d’obtempérer à l’ordre de la force publique

–          – Conduite en contre sens

–          – Excès de vitesse

–          – Dépassement de la vitesse maximale en milieu urbain qui est de 60 Km/h autorisée

Une amende de 20.000 Ouguiyas est infligée à toute personne qui appliquerait une peinture de couleur différente à celle indiquée dans la carte grise de son  véhicule.

Une amende de 20.000 Ouguiyas et une réquisition du véhicule pendant 24h sanctionneront les infractions suivantes :

– Conduite sans permis de conduire

– Absence plaque d’immatriculation

– Utilisation d’un verre fumé (shadowing) au niveau du pare-brise ou des portières avant chauffeur et passager

M21

 

futureafrique.net

Mauritanie : vers la signature d’un accord de partenariat avec la CEDEAO

Interrogé lors d’un entretien accordé à radio France international, le président Mohamed O. Abdel Aziz a révélé que la Mauritanie avait entamé depuis quelques années déjà des négociations avec la communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (ECOAS) pour la signature d’accords de partenariat.

O. Abdel Aziz qui répondait à une question de notre consœur Marie Pierre Olfand, a précisé que ces accords seront signés très prochainement.

A propos d’un retour probable à cet ensemble, le président Aziz a dit que cette question n’a pas été évoquée quand bien même a-t-il dit nous appartenons aux deux ensembles maghrébin et ouest africain.

Pour rappel la Mauritanie est membre fondateur de cette organisation qu’elle a cependant quitté pour adhérer à l’union du Maghreb arabe.

Il faut également rappeler qu’un autre pays, de l’espace maghrébin, en l’occurrence le Maroc, a demandé, il y a peu, son adhésion à l’ECOAS qui n’ a pas encore tranché.

Saharamedias

Maroc : le roi Mohammed VI attendu par Donald Trump ce week-end

En vacances en Floride, le souverain marocain sera l’hôte d’un déjeuner offert par le président américain, dimanche 16 avril.

Après une semaine de vacances à Cuba, le roi du Maroc est arrivé, jeudi 13 avril, à Miami, en Floride. Selon des sources proches du Palais, il doit rencontrer le président américain, Donald Trump, ce week-end.

Mohammed VI sera l’hôte d’un déjeuner offert par le président américain, dimanche 16 avril.

Le roi du Maroc sera ainsi le deuxième chef d’État africain à rencontrer Donald Trump, après le président égyptien Abdefettah Al-Sissi. Lundi 27 mars, ce dernier a été reçu à la Maison Blanche et félicité par Trump pour « son travail fantastique » à la tête de son pays.

Sahara occidental

Mohammed VI est parti de Cuba, jeudi 13 avril, à bord d’un avion du roi Salman d’Arabie Saoudite. Il a profité de son séjour à La Havane pour rencontrer des responsables cubains. Des contacts qui pourraient présager de la normalisation des relations entre les deux pays, après 37 ans de gel à cause du soutien apporté par Cuba au Polisario.

Ce mois d’avril, comme chaque année, le dossier du Sahara est de retour à l’agenda du Conseil de sécurité. Les intentions de la nouvelle administration américaine à ce sujet ne sont pas encore connues.

 

jeuneafrique.com

Mauritanie : Chansons entonnées devant la résidence du président Aziz à Paris

Des mauritaniens ont organisé des manifestations de protestation devant le site de résidence du président, Mohamed Ould Abdelaziz, apprend-on de bonne source. 

Les manifestants essentiellement des négro-mauritaniens victimes des opérations de recensement de l’état-civil et exilés politiques en Europe entendaient, selon la même source, dénigrer la politique d’enrôlement du régime qualifiée de «ségrégationniste». 

Certains de ces protestataires auraient été interpelés par la police française, tient-on de même source.

Le président Mohamed Ould Abdelaziz, rappelle-t-on, est à Paris pour assister à l’inauguration de l’exposition Trésors de l’Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar , organisée par l’Institut du Monde Arabe.

 

pointschauds.info

« On ne peut pas résoudre les problèmes de migration… »

Marcelo Nuno Duarté  de Sousa a donné des esquisses de solution au problème de la migration. Pour le président Portugais, en visite officielle, à Dakar, il faut promouvoir le développement du continent noir pour freiner les flux migratoires de jeunes africains vers l’eldorado européen.

« Nous avons évoqué la question de la sécurité dans la zone du Sahel et du Golf de Guinée dans laquelle le Portugal intervient. Nous avons échangé sur la migration », a confié le chef de l’Etat sénégalais. A ce propos, son homologue portugais a précisé qu’il s’agit d’une alliance stratégique.

« Nous sommes des alliés stratégiques dans les relations entre l’Afrique et l’Europe surtout sur le dossier aussi important qu’est la migration. Car, on ne peut pas résoudre les problèmes de la migration sans le développement économique, social et culturel, la paix, la stabilité politique et la sécurité de l’Afrique », a souligné Marcelo De Sousa. Et d’informer que le Sénégal et le Portugal travaillent ensemble dans le Golfe de Guinée. Il s’agit d’une alliance stratégique politique et militaire comme le Mali.

 

Seneweb.com

Un réseau de trafic d’êtres humains démantelé entre Dakar et l’Espagne

Libération révèle que la Division des investigations criminelles (DIC) a mis fin à un trafic d’êtres humains actif depuis cinq ans à partir du Sénégal. Deux agents de l’aéroport impliqués dans ce réseau qui a des ramifications au Maroc et en Espagne ont été interceptés et interrogés sous le régime de la garde à vue.

Il aura fallu le témoignage d’un rescapé pour que la Division des investigations criminelles (DIC) mette fin aux agissements d’un réseau international actif dans le trafic d’êtres humains.

Deux de ses membres, A. Seck et P. N. Padame, tous les deux agents à l’aéroport Léopold Sédar Senghor ont été interceptés pour interrogatoire sous le régime de la garde à vue dans les locaux de la DIC sis à la Rue Carde (Dakar).

En effet, les candidats au voyage versaient aux membres du réseau la somme de deux millions de FCFA pour espérer rejoindre l’Espagne. C’est ainsi que du Sénégal ils embarquaient dans un avion pour le Maroc avant d’être mis dans des zodiaques pour la traversée en direction de l’Espagne. Mais le dernier « voyage » a été une tragédie. Selon les informations de Libération, le zodiaque transportant 43 candidats au voyage de diverses nationalités a chaviré. 3 Sénégalais sont morts sur le coup dont le nommé A. Dicko. C’est d’ailleurs le père de ce dernier qui a alerté les enquêteurs qui ont pu retrouver, sur ses indications, un des rescapés du drame qui a leur conté sa mésaventure avant de donner le nom des deux membres du réseau qui sont sous le coup d’une procédure pour association de malfaiteurs, trafic d’êtres humains  et homicide involontaire. A noter que le réseau était actif  depuis cinq ans.

 

Source: Seneweb