Nouadhibou : distribution de terrains aux enseignants

Calles de Nouadhibou. Mauritania

Le gouvernement mauritanien a distribué ce lundi 568 parcelles à des enseignants du fondamental, du secondaire et de l’enseignement technique en service dans l’aire géographique relevant de la zone franche de Nouadhibou.

Le président Mohamed O. Abdel Aziz a remis les titres de propriété à certains bénéficiaires en présence de responsables de la famille pédagogique à Nouadhibou.

Intervenant à cette occasion, le président de l’autorité de la zone franche de Nouadhibou, Mohamed O. Daf a dit que cette distribution de terrain permettra de résoudre le problème du logement des travailleurs du secteur éducatif, ce qui sera de nature à améliorer la prestation de ce secteur vital.

O. Daf a réaffirmé le caractère transparent de l’opération de distribution à toutes les étapes, une opération qui s’est déroulée en présence d’un huissier et des représentants des autorités administratives et scolaires.

La ministre de l’élevage visite des installations vétérinaires à Idini et Nouakchott

Mme Fatma Vall Mint Soueinae, ministre de l’élevage a entrepris dimanche, en compagnie de Me Mohamed Ben Oubeid Al Mazroui, président de l’autorité arabe pour l’investissement et le développement agricole une visite au centre de formation et de recyclage vétérinaire de la localité d’Idini relevant de la moughataa de Ouad Naga où les deux hôtes ont pu s’informer sur les composantes de ces installations vétérinaires mis en place dans le cadre de la coopération avec la République Populaire de Chine.

La capacité d’absorption de ce centre est de 1800 bovins. Le centre dispose de pavillons destinés à la culture de plantes servant à l’alimentation du bétail mais aussi de légumes ainsi que d’un enclos pour la traite des vaches laitières.

Le centre s’attelle à la formation des vétérinaires et des éleveurs sur les procédés des cultures servant à l’alimentation du cheptel et sur la traite mécanique.

La visite a également englobé la société nationale laitière de Nouakchott où la mission a suivi des explications techniques sur la capacité d’absorption de l’usine composée de deux unités : la première pour les laits frais et caillé et la seconde pour les Yaourts .

La société produit entre 50 et 60 tonnes de lait par jour et la capacité de son usine varie entre 100 et 120 tonnes/jour. Elle compte pour son approvisionnement en lait sur deux unités de collecte et emploie environ 500 travailleurs dont des ingénieurs, des cadres et techniciens de différentes spécialités, tous des nationaux.

Source: AMI

Pénurie d’eau : Les habitants du PK22 de Rosso barrent la route qui mène vers Nouakchott

Dimanche 23 avril, à 8 heures, plusieurs dizaines des habitants des localités situées au PK22 , sur la route Rosso-Nouakchott ont tenu un sit-in sur la route pour réclamer l’approvisionnement en eau potable ,a-t-on constaté.
Les protestataires ont déclaré qu’ils sont victimes d’une marginalisation sans précédent depuis des années et qu’ils accusent certains responsables politiques d’être derrière le blocage de l’exécution du projet de ravitaillement de leurs localités en eau potable.
Selon des sources proches des autorités municipales de la ville de Rosso, un groupe de cadres politiques influents perturbent son lancement alors tous les moyens sont réunis.
Des éléments de la brigade de la gendarmerie à Rosso ont intervenu pour lever les barricades érigées sur la route afin de faciliter le trafic routier, selon notre source présente dans la capitale du Trarza.
Les habitants du PK 14 de Rosso avaient organisé des manifestations similaires le dimanche dernier dans la même optique. Rappelons que les populations des localités qui se situent le long de l’axe Rosso-Nouakchott connaissent un manque cruel en eau potable en cette période de forte canicule dans la zone.

La Mauritanie prend part à la réunion annuelle de la Banque Mondiale et du FMI

La Mauritanie va prendre part à partir d’aujourd’hui, mardi, aux réunions annuelles de la Banque Mondiale (BM) et du Fonds Monétaire International (FMI) qui se tiennent à Washington dans la période du 18 au 23 avril courant.

L’ordre du jour de ces rencontres comporte la discussion des moyens propres à approfondir les relations de coopération dans le domaine de l’éducation entre notre pays et ces institutions financières internationales.

M. Isselmou Ould Sid El Moktar, ministre de l’éducation nationale a quitté Nouakchott mardi matin pour la capitale américaine afin de participer aux travaux de ces réunions.

Le ministre est accompagné au cours de ce voyage par Mme Oum Salamata Mint Cheikh, directrice des stratégies et de la programmation au ministère de l’éducation nationale.

 

Source: AMI

 

 

Mauritanie: les réserves du Fonds national des recettes des hydrocarbures chutent de 43,50%

Le Fonds national de revenus des hydrocarbures (FNRH) en Mauritanie a enregistré une baisse annuelle de 43,50% à 55,5 millions de dollars. En cause, les ponctions continues du gouvernement pour faire face aux dépenses budgétaires.

Les recettes pétrolières de la Mauritanie alimentant le Fonds national de revenus des hydrocarbures (FNRH) sont de plus en plus maigres comme en atteste le dernier rapport publié par le Trésor et couvrant les opérations du mois de décembre 2016.

Selon ce rapport, le solde de ce compte s’élève à 55,5 millions de dollars, soit 18,7 milliards d’ouguiyas à la date du 31 décembre 2016, contre 79,63 millions de dollars à la même période en 2015. Le solde du FNRH avait même atteint 113 millions de dollars en avril 2014.

Cette baisse s’explique notamment par les ponctions effectuées par le gouvernement sur le Fonds pour couvrir des dépenses budgétaires dans un environnement marqué par la baisse des recettes consécutives à la chute des cours du pétrole et du niveau encore bas des cours des minerais (fer, or, etc.) qui assurent plus du tiers des ressources budgétaires du pays.

Il faut souligner que le FNRH est alimenté par l’ensemble des revenus de l’Etat, issus directement ou indirectement des activités dans le secteur en amont des hydrocarbures, en particulier dans les domaines de l’exploration, de l’exploitation, du développement et de la commercialisation.

Or, la production pétrolière du pays a connu une chute extraordinaire. Alors que Petronas ciblait une production de 75.000 barils par jour en 2008, lors de l’acquisition du champ pétrolier, la production est aujourd’hui tombée à moins de 5.000 barils par jour.

Ainsi, pour le mois de décembre, le chiffre global de la production pétrolière s’est établi à 145 905 barils, soit une moyenne journalière de 4.707 barils. Sur le compte du FNRH, cette production a généré des recettes s’élevant à 717.313 dollars, soit un peu plus de 255 millions d’ouguiyas. Un montant largement inférieur à celui ponctionné par l’Etat durant le même mois pour couvrir une partie des dépenses budgétaires.

Une chose est sûre, à défaut d’une évolution favorable des cours du baril de pétrole et de la production du champ pétrolier de Chinguitti, les jours du FNRH sont comptés.

 

le360.ma

Identifier les besoins en matière de réhabilitation et de creusement de puits pastoraux au Gorgol

Un atelier d’une journée organisé par le ministère de l’élevage et le programme régional d’appui pastoral (PRAPS) a été ouvert aujourd’hui samedi à Kaédi.

Cet atelier, qui pour objectif de recenser les besoins des éleveurs en matière d’élevage, identifier les besoins au niveau local en matière de réhabilitation, de forage et de creusement de puits et forages pastoraux, profite aux représentants de la société civile, aux délégués de l’élevage, de l’agriculture, de l’environnement et de l’hydraulique.

MM. Mohamed El Béchir, délégué régional de l’élevage au Gorgol par intérim et M. Youssef Ould Moussa, représentant du ministère de l’élevage assurent l’encadrement de cet atelier animé par l’expert M. Abdellahi Fall.

Il convient de rappeler que ce genre de rencontres a été déjà organisé dans 5 wilaya a savoir les deux Hodhs, le Trarza, le Brakna, l’Assaba. Notons que le PRAPS accorde un pourcentage de 30 pour cent pour toutes ses activités aux femmes.durée une journée.

 

Source: AMI

Mauritanie : vers la signature d’un accord de partenariat avec la CEDEAO

Interrogé lors d’un entretien accordé à radio France international, le président Mohamed O. Abdel Aziz a révélé que la Mauritanie avait entamé depuis quelques années déjà des négociations avec la communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (ECOAS) pour la signature d’accords de partenariat.

O. Abdel Aziz qui répondait à une question de notre consœur Marie Pierre Olfand, a précisé que ces accords seront signés très prochainement.

A propos d’un retour probable à cet ensemble, le président Aziz a dit que cette question n’a pas été évoquée quand bien même a-t-il dit nous appartenons aux deux ensembles maghrébin et ouest africain.

Pour rappel la Mauritanie est membre fondateur de cette organisation qu’elle a cependant quitté pour adhérer à l’union du Maghreb arabe.

Il faut également rappeler qu’un autre pays, de l’espace maghrébin, en l’occurrence le Maroc, a demandé, il y a peu, son adhésion à l’ECOAS qui n’ a pas encore tranché.

Saharamedias

Scandale au projet eau de la SNDE

Le projet de distribution eau de la ville de Nouakchott constitue l’un des projets phares du programme du Président de la République. Son exécution a été confiée à la SNDE.

En plus des dépassements des délais d’exécution des 9 lots de ce projet, celui-ci continu à connaitre sans cesse des insuffisances de gestion et un tâtonnement dans la méthodologie de travail.

Ce fait s’est concrétisé davantage lorsque les populations d’EL MINA et de SEBKHA se sont réveillées, la journée du 10/04/02017, sans aucune goutte d’eau au robinet.

Cette situation grave qui a, d’emblée, conduit à la soif d’une grande partie des abonnés a été provoquée par des pratiques inappropriées opérées, à la fois par les responsables du projet et par la Direction de la Distribution de la SNDE.

Il s’agit d’une action de déclassement ou de déconnexion qui permet d’isoler l’ancien réseau eau par rapport au nouveau réseau, posé sans tenir compte au préalable du basculement de l’ensemble des abonnés sur le nouveau réseau.

Malgré la réticence de l’Ingénieur-conseil qui a recommandé une autre démarche, ce déclassement a été exécuté sans la coordination avec la Direction Commerciale qui est le seul interlocuteur avec les abonnés.

Compte tenu de l’ampleur des réclamations et après avoir constaté l’incident sur le terrain, la SNDE a été contrainte de remettre en service l’ancien réseau de distribution eau.

Aussi, le Ministère de l’Hydraulique et la SNDE ont chacun, en ce qui le concerne, déployé une mission d’inspection pour éclaircir le mobile de ces faiblesses.

atlasinfo.info

Le Fmi demande la réduction des agences publiques

L’Etat du Sénégal n’avait pas atteint ses objectifs concernant la gestion de la dette publique, l’année dernière. Cela est apparu dans les propos du directeur adjoint du département Afrique du Fonds monétaire international (Fmi), Ali M. Mansoor, lors de son point de presse ce mercredi 12 avril 2017, à l’issue d’une mission dudit Fonds à Dakar. Il a, en effet, révélé que «la dette publique, à fin décembre 2016, est plus élevée que prévue. Cela, dit-il, en raison, notamment, du dégonflement des soldes créditeurs des comptes de dépôts et des avances que le gouvernement apporte au groupe La Poste depuis plusieurs années.
L’équipe du Fmi encourage ainsi les autorités étatiques «à prendre des mesures idoines pour renforcer la gestion de la Trésorerie et éviter que les entreprises publiques pèsent lourdement sur les finances publiques et sur l’économie». Cette occasion a été également saisie par ladite mission pour attirer l’attention des autorités sur leur engagement, à privatiser la Sonacos. Aussi, le Fmi recommande à l’Etat de réduire le nombre d’agences publiques.
«Pour atteindre les objectifs de croissance fixés dans le Pse, il serait plus efficient de consacrer les dépenses publiques prioritairement à l’investissement public, y compris en capital humain et à l’inclusion social», indique le Fmi.

 

Seneweb.com

La ministre de l’agriculture s’informe de l’état des travaux de restauration de la ferme de la plaine de Boghé et la station « Sylla », d’expérimentation des récoltes agricoles à Kaédi

La ministre de l’agriculture Mme Lemina Mint Ghotob Ould Momma s’est informée mardi, en compagnie du wali du Brakna M. Abderrahmane Ould Mahfoudh Ould Khattry, des travaux en cours, relatifs à la réhabilitation de la ferme de la plaine de Boghé, financée par la Banque mondiale à hauteur de 800 millions ouguiyas, pour une durée de 15 mois.

Les travaux se rapportent à la réhabilitation des infrastructures de la ferme, notamment les canaux d’irrigation et d’évacuation des eaux, en plus du terrassement des sols et du désenclavement de cette zone agricole.

La ministre a suivi à cette occasion, des explications sur la ferme relatives à l’avancement des travaux et à la station de pompage de l’eau pour irriguer les périmètres ainsi qu’aux problèmes rencontrés.

La ministre avait visité auparavant, dans la moughataa de Kaédi, en compagnie du Wali du Gorgol, M. Yahya Ould Cheikh Mohamed Vall, la station « Sylla », d’expérimentation des récoltes agricoles relevant du centre national des recherches et du développement agricoles, où elle a suivi un exposé présenté par son directeur, sur la production des semences de blé pour la campagne agricole 2016/2017.

La ministre s’est informée sur place sur des espèces expérimentées dont le riz, de haute qualité.

81 espèces de blé ont été également expérimentés cette année sur un hectare et ont donné une production comprise entre 2 et 3 tonnes.

Le directeur du centre national des recherches agricoles, M. Baba Ahmed Ould Neghra, a indiqué, à l’AMI, en marge de cette visite, que la vocation du centre porte sur la multiplication des graines et des autres récoltes, évoquant une offre du blé suffisante pour combler la demande dans ce domaine.

D’autres cultures seront expérimentées à l’avenir dans les domaines du blé et du riz, a-t-il conclu.

 

AMI