Mauritanides 2012 : Discours de Monsieur Mohamed Abdellahi Ould Oudaâ, ADG de la SNIM.

Excellence Monsieur le Premier ministre0  Messieurs les ministres
Excellences Messieurs les ambassadeurs
Mesdames, Messieurs les représentants des partenaires au développement
 Honorables invités .

C’est un grand honneur pour moi, de vous souhaiter la bienvenue au nom des employés du Groupe SNIM, à l’occasion de la tenue de la deuxième édition de la conférence-exposition Mauritanides, qui est devenue un forum privilégié pour la promotion des secteurs minier et pétrolier de notre pays.

La SNIM, qui s’apprête à fêter le cinquantenaire de l’exploitation de nos mines de fer, vient de se doter d’une nouvelle vision ambitionnant pour notre pays l’intégration du top 5 mondial des exportateurs de minerai de fer à l’horizon 2025, avec une capacité de production de 40 millions de tonnes par an et un coût total de production inférieur à 40 US$/T.

Cette vision est fondée sur des ressources géologiques suffisantes, un personnel qualifié et expérimenté, des choix technologiques pertinents et financièrement soutenables.

Excellence Monsieur le Premier ministre

La réalisation de cette nouvelle stratégie, qui bénéficie de l’appui de votre gouvernement, constituera un changement d’échelle majeur pour la SNIM qui verra ses revenus multipliés par 3.

L’ambition de croissance portée par la SNIM doit non seulement assurer l’augmentation de la capacité de production dès 2019 avec un palier de 25 millions de tonnes par an, mais aussi renforcer le rôle socioéconomique de notre entreprise.

Tout en contribuant davantage au développement et à la diversification du tissu industriel national, la stratégie de croissance de la SNIM créera globalement (direct et indirect) plus de 10 000 opportunités d’emplois. Elle s’inscrit en droite ligne avec l’ambition de son excellence le président de la République pour le pays qui se concrétise sur le terrain par des réalisations importantes dans les domaines politique, social et économique.

Excellence Monsieur le Premier ministre

Avant de finir, je voudrais remercier, au nom des opérateurs miniers, les pouvoirs publics pour le climat favorable aux investissements dans tous les secteurs, qui fait aujourd’hui de la Mauritanie une destination privilégiée et un modèle en Afrique dont les politiques de développement sont saluées par l’ensemble des partenaires.

Je vous remercie

Source:Cridem

71 % des Espagnols désapprouvent la gestion de Mariano Rajoy

Les trois quarts des Espagnols, soit 71 %, désapprouvent la gestion de Mariano Rajoy comme Chef de gouvernement, et seulement 23 % se disent favorables à son action, indique un sondage dont les résultats ont été publiés lundi.

A la question « quelle confiance vous inspire le chef du gouvernement Mariano Rajoy », 84 pc des personnes interrogées répondent « peu ou aucune », contre 15 qui disent « beaucoup », selon le sondage « Metroscopia », publié par le quotidien espagnol « El Pais ».

Concernant la gestion de la crise par Rajoy et en réponse à la question: « le gouvernement sait il faire face de manière adéquate à la situation économique? », 73 % des personnes interrogées se sont prononcés pour un « non » contre 22 pour le « oui ».

Selon la même enquête, 71 % des sondés estiment que le gouvernement mène une politique d' »improvisation ».

Source:Atlasinfo

Cameron s’élève contre une hausse du budget européen

Le Premier ministre britannique David Cameron a menacé dimanche d’opposer son veto au budget de l’Union européenne, assurant au journal The Sunday Telegraph qu’il ne tolèrerait pas des tentatives « scandaleuses » pour l’augmenter.

Dans une interview parue quelques heures avant l’ouverture dimanche du congrès annuel de son parti conservateur à Birmingham (centre de l’Angleterre), M. Cameron a déclaré qu’il bloquerait le budget s’il n’était pas conforme à l’intérêt des Britanniques. Il a ajouté qu’il considérerait comme « scandaleuses » les tentatives d’augmenter le budget total de l’UE lors des prochaines négociations pour la période 2014 à 2020.

« En ce qui concerne l’accord-cadre multi-annuel de finance, il ne serait pas acceptable de prélever de grosses quantités d’argent auprès des contribuables des pays européens pour alimenter un budget central en progression », a dit le Premier ministre britannique.

« Et c’est pourquoi nous allons nous battre très durement contre ça, tout comme nous allons nous battre très durement et nous ne baisserons pas les bras, pas du tout, sur le rabais britannique », a-t-il martelé. « Ce serait scandaleux de voir de grosses augmentations du budget européen alors que nous devons faire des coupes dans le budget national », a-t-il insisté.

Selon lui, le parti Libéral Démocrate, partenaire minoritaire de la coalition au pouvoir, est d’accord avec cette ligne politique. David Cameron suggère aussi une réflexion pour que les 27 Etats membres de l’UE établissent deux budgets séparés, l’un pour les 17 pays de la zone euro, et le second pour les 10 autres, dont le Royaume-Uni.

Source:7sur7