Mauritanie: un syndicat déplore les résultats catastrophiques du baccalauréat

 Les années passent et le système éducatif mauritanien poursuit sa descente dans les abysses de la médiocrité. Une réalité implacable comme l’atteste la cuvée du baccalauréat de l’année scolaire qui vient de s’achever.
Illustration avec cette déclaration du Syndicat national de l’enseignement secondaire (SNES), rendue publique mercredi. Celui-ci déplore les résultats catastrophiques enregistrés au BAC 2017, dans toutes les séries.
Dans les séries Lettres modernes (LM) et Lettres originelles (LO), le nombre de 625 admis, ne représente que 4,4% des candidats. Pour le Bac «C» (Mathématiques), sur un total de 371 postulants, on a enregistré un taux de réussite de 15,43%. Sur ce point, le syndicat dénonce une appréciation de satisfaction du ministre de l’Education nationale parlant «d’une amélioration du taux de réussite dans la filière mathématiques, qui atteint 19,64%, contre 17,69% l’année précédente».
Mais dans les faits, le syndicat affirme «que le taux de réussite de cette filière a connu une baisse passant de 18,13% en 2016, à seulement 15,43% cette année».
Par ailleurs, le SNES relève que la déclaration d’auto satisfaction des autorités a été rendue publique quelques heures avant la publication des résultats de la série«D» (Sciences expérimentales) qui compte 25.720 candidats, soit plus de la moitié du total des postulants au BAC 2017, toutes options confondues, «qui finalement, n’a enregistré que 1.282 admis, soit un taux de réussite de 5%». 
Sur la base de ce constat, le SNES appelle les autorités gouvernementales à prendre des mesures urgentes de nature à améliorer la qualité de l’enseignement et exhorte «à la mobilisation des enseignants et des parents d’élèves en vue de sauver un système éducatif» qui envoie signaux d’alarme et de détresse depuis plusieurs dizaines d’années.
Depuis 1967, le système éducatif mauritanien a subi plusieurs réformes. Toutefois, toutes ces réformes n’ont eu pour effet que de dégrader la qualité de l’enseignement.
Ainsi, cet expert en sciences de l’éducation pose un préalable: «Il faut donner un objectif à l’éducation à partir du type de citoyen qu’on voudrait former : un intégriste ou un citoyen moderne.
C’est sur la base de ce principe qu’on peut définir un programme et exiger des résultats. Actuellement on tourne en rond et passe à côté de l’essentiel. Ce qui fait que toutes les réformes se soldent par des échecs et la dégradation du niveau des élèves».

Nouakchott Cheikh Sidya

 

 

 

Source : Le360

Mauritanie : la meilleure note dans l’histoire du baccalauréat série scientifique obtenue par une jeune fille

Une jeune candidate mauritanienne a décroché la meilleure moyenne dans l’histoire du baccalauréat scientifique dans le pays en obtenant une moyenne de 19,88.
Meyma mint Mohamed Yenjah, 18 ans, a par ailleurs décroché la meilleure moyenne d’orientation avec 17,97.
La jeune fille a obtenu 16 en physique,  et 17,75 en mathématiques pour totaliser une moyenne générale de 16,41.
Par ailleurs le taux d’admission de la série scientifique est passé de 6,4% en 2016 à 8,7% en 2017.
Ce résultat est du à l’amélioration des moyennes dans les séries scientifiques et l’apport des établissements d’excellence

Quel avenir pour l’école mauritanienne ?

Si rien n’est fait  pour  sauver  urgemment l’école mauritanienne, l’avenir  de ce pays est compromis. Le développement de la Mauritanie repose sur sa jeunesse. La jeunesse est l’espoir de notre pays. Et  cette dernière  n’est pas formée, elle n’est pas  instruite.
Quel est le sort réservé à ce pays ? Aucune nation ne peut se développer sans l’instruction de ses enfants. Les  taux d’admission aux examens nationaux  prouvent  à suffisance  qu’il n’y a pas d’espoir pour assurer la relève car ils sont  dramatiquement faibles. Et ceci d’année en année.
 A ce rythme, s’il n’y a pas de changement, l’école mauritanienne  va fermer ses portes. Les résultats ne sont pas du tout encourageant. C’est ce qui pousse à dire que  Mauritanie   dans sa majorité n’est pas  instruite. Le manque de  sérieux et de rigueur dans la surveillance  pouvaient tout  justifier que  les échecs et la faiblesse des taux de réussite.  En aucune manière, l’évaluation ne reflète le niveau exact des élèves, il faut  donc chercher d’autres moyens. La situation est inquiétante, il y a impérieuse nécessité de renverser la tendance si non  notre école risque de passer à trépas dans quelques années.
Les résultats des examens doivent  interpeler tous les acteurs de l’école à savoir : le Ministre de l’Education Nationale, les enseignants, les parents d’élèves et les élèves. Les conséquences des échecs seraient dus au fait que l’école  est  devenue du n’importe quoi   : fonds de commerce, arène politique  où se jouent le clientélisme, le favoritisme et le népotisme  avec  des  recrutements qui s’ajoutent  à  la non maitrise et l’ignorance des programmes par certains enseignants ou chargés de cours. L’impréparation  des cours ou des leçons de jour, le manque de suivi pédagogique des enseignants, le faible niveau des élèves  des enseignants et  la prolifération des écoles  en sont aussi pour quelque chose. Notre système éducatif souffre de tous les maux. L’école mauritanienne  est malade à cause des pratiques précitées .les résultats  des examens deviennent  une honte nationale. Il est inadmissible, inacceptable et inconcevable que  nos candidats  échouent  ou soient à chaque fois dé libérables. Tous les acteurs doivent  donc  se remettre en cause.
Cette situation n’est pas une fatalité, on peut   l’éviter  si tout le monde   jouerait sa partition. Les  décideurs et les  acteurs doivent murir des réflexions sur la question de l’école. L’école doit être aujourd’hui au centre de nos préoccupations  et les enseignant  doivent être  tirés de ce chaos.les plus hautes autorités du pays  doivent situer les responsabilités  pour  d’éviter le pire. Actuellement, c’est la compétitive entre les nations, mais si les mauritaniens  ne sont  ne sont pas denses dans le domaine scolaire, cela est grave pour notre nation qui compte sur sa jeunesse.il faut un sursaut national. L’école est l’avenir, elle est tout pour un pays en voie de développement comme le notre .les décideurs doivent s’impliquer  et trouver des solutions aux problèmes de l’école. Cela permettra  de rehausser le niveau des élèves  et de redresser la barre.
Disons le, l’instruction des  enfants  est hypothéquée  et leur avenir n’est pas radieux.
 
 Amadou Bocar Ba/Gaynaako

Fuites au bac : Le prof vendait les épreuves à 200 000 la matière

Au total, 28 personnes ont été arrêtées dans le cadre de l’enquête sur les fuites au bac. Parmi elles, un professeur du lycée Yalla Suur-en, interpellé lundi dernier. Ce dernier est accusé par plusieurs élèves de leur avoir vendu les épreuves à 200 mille francs par matière.

Seize des 28 mis en cause ont été déférés au parquet. Ils ont bénéficié d’un deuxième retour de parquet hier, mardi 11 juillet.

L’enquête sur les fuites au bac est menée conjointement par la Dic et la Section de recherches de la gendarmerie. Elle a permis l’arrestation d’une trentaine de personnes dont une majorité d’élèves, un professeur, un président de jury et des agents de l’Office du bac.

L’affaire a débuté avec les anticipées de philosophie. Elles concernent, officiellement, les épreuves de français et d’histo-géo, qui ont été reprises lundi dernier.

Celle de mathématiques serait également touchée. Mais le directeur de l’Office du bac, Babou Diakham, avait démenti cette information.

 

 

 

Source:  Seneweb.com

Bac : Excellence, notre Enseignement est soufrant je vous invite le 15juillet à Maaden pour le soulager. De quoi souffre-t- il ? voici des chiffres expressifs.

Cette année la moyenne d’admission au Bac D annoncée ce jour est de 4%..
Dans la sous région la moyenne  du Bac est de 35%.
Dans certains pays européens , le taux d’admission au Bac atteint les 95%.
L’évaluation des systémes éducatifs par les institutions spécialisées  nous classe dernier du monde avec Quatar en tête du monde Arabe.
 Cela n’est point étonnant quand on sait que  notre Inspection Générale fixe 700 h de présence annuelle du professeur en classe équivalent 87,5 jours de 8 heures (soit moins de 3 mois) pour enseigner le programme officiel.
Ce diagnostic je l’avais relevé en 1995 , après  constat que notre école primaire avait fait plus de 20 ans sans fournir un seul bachelier pour l’Oasis de Maaden El Ervane et conçu le systéme Oughoul El Ouahatt au 4 grands systémes( anglo-saxon, ,cartésien asiatique et mahdhari) intensif (de 2300h/an au lieu de 700h/an), gratuit et à cursus  de 3 ans en moyenne (au lieu de 7ans)qui avait donné à notre unique école primaire brusquement un nombre de bacheliers scientifiques supérieur et durant 11années successives (1998 à2008) au nombre d’admis des 3 lycées publics réunis de d’Aoujeft, Chinguetti et Ouadane qui encadraient 100 écoles primaires.
Cette initiative qui avait démontré la faisabilité et performance du systéme s’était arrêtée en 2008 pour cause du 1er AVC que j’avais eu qui a porté préjudice à mes capacités financières d’autofinancement du Systéme.
La solution immédiate du 15 juillet 2017.
Excellence,  A défaut de financer un projet pilote vulgarisateur du systéme que j’avais soumis aux autorités concernés sans suite, je vous invite personnellement le samedi 15 juillet 2017  à assister à l’ouverture réouverture officielle de notre systéme éducatif novateur , intensif et gratuit réducteur des coûts de l’Education et du cursus secondaire de prés de 70% tout en étant multiplicateur par 7 des résultats d’admission au Bac scientifique du fait de la garantie d’un taux d’admission au Bac D  70%  tous les 3 ans au lieu de 5%tous les 7 ans..
 En cas d’empêchement majeur  de répondre à mon humble invitation,  je vous prie d’autoriser nos deux Ministres de l’Education nationale, de la jeunesse et du Wali de l’Adrar de vous représenter.  
Nouakchott le  8 juillet 2017
Cheikhany Ould Sidina
 
Maire  de Maire de Maaden El Ervane

Fuites au bac : Ce qu’en dit le DG de l’enseignement supérieur

Pr Babacar Guèye, directeur général de l’enseignement supérieur a, face à la presse à Thiès, soulevé quelque inquiétude devant la désertion, par les élèves, des filières scientifiques en baisse constante, de 24,% à 18,4%, depuis 2013, soit moins de 20% des candidats au baccalauréat.

Il s’exprimant à l’auditorium de l’université de Thiès, ce vendredi, lors d’une cérémonie de graduation qui mettait à l’honneur soixante-deux (62) étudiants diplômés de l’Ufr des Sciences et Technologie (SET) de l’université de Thiès. Le recteur Matar Mour Seck a saisi l’occasion pour féliciter les récipiendaires, avant de saluer les engagements et réalisations de l’Etat dans les différents chantiers de l’université à Thiès.

Directeur de l’Ufr Set, Pr Cheikh Sarr pour sa part, a souligné l’importance que revêtent les filières scientifiques ainsi que l’apport de la science dans la vie courante.

« Le baccalauréat sénégalais est très respecté »

Interrogé sur les fuites à l’examen du baccalauréat cette année, Pr Babacar Guèye  d’indiquer que « C’est un problème sérieux, mais le dossier est pendant devant la justice. Le baccalauréat, dit-il, revêt une importance qu’aucun diplôme n’a. Et l’Etat prendra ses responsabilités. Parce que le baccalauréat sénégalais est très respecté », réitère l’enseignant du supérieur.

Non sans rappeler que le phénomène des fuites aux examens est très récurrent. Il cite les cas de fuites au baccalauréat  2017 en France, une référence en matière d’éducation.

Revoir les temps forts de la cérémonie.

Source: Seneweb.com

Baccalauréat 2017- Une école privée réalise un taux de réussite de 100% au Bac C

La direction générale des Ecoles privées Menabi El OULOUM a affirmé que ses candidats au baccalauréat série Mathématiques (C), session juin 2017, ont réalisé un taux d’admission de 100% pour la deuxième fois consécutive.

Il s’agit dira le directeur des Écoles Menabi El OULOUM implantées dans la Moughataa de Tevrag-Zeina, Nouakchott-Ouest.

Les moyennes des admis varient entre 15 et 14/20 et c’est le plus grand nombre. Au concours d’entrée en première année du secondaire, le plus faible total est 106 points et le premier a pu réaliser un total de 179 points sur 200, apprend-on. Toujours est-il que 23 admis ont frôlé la barre de 150 points, conclut le directeur.

A cette occasion, la direction a tenu à féliciter ses élèves, son personnel d’encadrement et les parents d’élèves qui ont joué pleinement leur rôle dans l’enseignement de leurs enfants.

A.SIDI

 

Tawary

Bac 2017- Les résultats s’annoncent….

Les résultats des séries mathématiques et techniques pour le baccalauréat 2017 ont été transmis,hier, samedi 1er juillet, aux commissions de contrôle et de secrétariat, avant la saisie, selon une source sûre de l’Agence Tawary d’information.

La correction des autres séries (lettres modernes, originelles, scientifiques) sont terminées. Elles pourront passer à la vérification ce dimanche avant la saisie, selon la source précitée.

Ceci dit que la direction des examens et concours commencera à publier les résultats dès mercredi 5 juillet afin de donner du temps aux admis à la session complémentaire prévue les12 et 13 juillet de retrousser les manches pour pouvoir affronter les épreuves principales .

 

Source: Tawary

L’application des statuts des enseignements fondamental et secondaire, une promesse toujours non tenue du gouvernement mauritanien.

Plus d’un mauritanien   le  souvenir  que le jeudi 25/6/2015  le gouvernement mauritanien  avait adopté, au cours d’un conseil de ministres un nouveau décret applicable au corps de l’enseignement fondamental et secondaire. Mais, bientôt presque  deux années après, on ne sait rien de ces  derniers sauf qu’ils ne sont pas appliqués  S’agit il alors  de promesses à ne pas  tenir ?  Ou de  manque  de visées claires pour  le secteur de l’éducation nationale devenu arène  politique   avec la mise en place des structures  de soutien aux reformes constitutionnelles ? En tout cas l’application des statuts des enseignements fondamental et secondaire reste une promesse toujours  non tenue du gouvernement mauritanien.
Pour mémoire, sur rapport conjoint du Ministre de la Fonction publique, du travail et de la modernisation de l’administration et du Ministre d’état à l’éducation Nationale, à l’enseignement Supérieur et à la recherche scientifique a été engagée l’étude de ces statuts dont les résultats avaient porté  sur  des projets  de décret portant statuts  particuliers applicables  aux corps des deux  enseignements à savoir le  fondamental et le secondaire.
 Ces statuts  ne verront finalement pas jour au motif d’absence de volonté et manque  et de visées précises pour ce secteur qui, à cause du clientélisme, du népotisme et autres comportements   patauge encore. Déçus par des décideurs, les enseignants intéressés par ces dits statuts réclament leur application. Mais reste à savoir s’ils pourront   compter sur leur nombre pour défendre leur cause en ce  moment de mobilisation  du gouvernement  pour faire  passer  les amendements constitutionnels  auxquels tient  l’autoproclamé : président des pauvres.
Amadou Bocar ba Ba

Résultats du concours d’entrée en première année du secondaire

La direction des examens et concours (DEC) chargée de l’organisation et de la gestion des examens et concours de l’enseignement en Mauritanie a rendu public aujourd’hui, jeudi 29 juin, les résultats du concours d’entrée en première année du secondaire.

Après concertation et délibération, les responsables du MEN et de la DECont fixé 85 points comme seuil sur les 200 points.

Selon les premières analyses qui nous sont parvenues, il y a eu cette année, une nette amélioration de façon générale.

Consultez les résultats sur le site de la direction des examens et concours : www.dec.mr

 

 

 

Source: Tawary