Le Président arrive à Djigueni en provenance d’Amourg et de Bassiknou …PHOTOS

Aziz-Djiguenny Aout 2013-rimweb.net

Le Président de la République M. Mohamed Ould Abdel Aziz est arrivé samedi matin, dans le cadre de sa visite de la wilaya du Hodh Charghi, à la moughataa de Djigueni, en provenance des moughataa de Bassikoun et d’Amourj.

 Il a été accueilli à son arrivée par des milliers d’habitants de la ville ainsi que par  d’importantes personnalités parmi les notables et les cadres de la moughataa.

 Le Président de la République a été également accueilli dans les moughataa d’Amourj et de Bassiknou par de milliers de cavaliers et de méharistes ainsi que par des masses  populaires considérables qui lui ont souhaité de vive voix la bienvenue, exprimant aussi leur immense joie pour  cette visite accordée à la wilaya

Source : leveridique

Néma à l’heure de la rencontre avec le peuple : un plébiscite ! – [PhotoReportage]

Nema recoit Aziz

Pour l’édition 2013 de sa rencontre avec le peuple, le président Aziz a choisi la ville de Néma pour des raisons d’autant plus évidentes en période électorale, qu’elle consacre la réputation de réservoir électoral de la wilaya du Hodh Echarghi.

Les sept Moughataa étaient présentes à travers leurs notables, cadres, chefs religieux et surtout à travers leurs ressortissants à l’étranger, venus en masse exprimer leur soutien au président Aziz.

La compétition entre collectivités et entre personnalités influentes au sein de la majorité et de la CAP, préfigure sans aucun doute d’une mobilisation permanente en faveur du chef de l’Etat tout comme elle constitue un plébiscite plaçant ce dernier en tête des favoris à la prochaine élection présidentielle.

L’accueil fut à la mesure des enjeux liés à l’interprétation que se font les analystes de la situation politique dans les régions de l’Est. Quant aux enseignements qu’on peut en tirer, ils confirment l’opportunité de la dynamique constatée ces derniers mois et qui vient de déboucher sur l’envoi de missions UPR de préparations des élections législatives et municipales.

Tout spectacle ayant son clou, celui de la visite de Néma a été l’émotion et l’attention manifestée par le président Aziz aux pleurs d’une femme des Ehel Ahmed Leswed venu lui soumettre le sort de son fils détenu au Mali pendant les événements de la guerre.

Les personnalités qui ont contribué à la réussite, sans précédent, de la visite du Hodh Echarghi en faisant preuve d’une capacité de mobilisation sans commune mesure avec ce que nous avons connu jusqu’à là, sont :

Isselkou Ould Ahmed Izidbih (Ehel Ahmed L’Neya), El Adala, (Bassiknou), Ahmedou Ould Mohamedou Ould Moctar et ahmedou Ould Hademine Ould Jelvoun (Timbedra), Isselkou Ould Abdi Ould Jiyid (Djigueni), Moulaye Ould Mohamed Laghdaf (Bengou), Mohamed Elghaith (Béribavat), Sid’El Moctar Ould Bouradda (Achimim), Mohamed Ould Didi (Néma), Ehl L’Khou, Sid’Ahmed El Bekaye et Abidine Ould L’Kheir (Néma), Sènateur Cheikh Ould Hanena (Bassiknou).

M.S.Beheite

RIMWEB VOUS Y MENE EN IMAGES………..

Mediha Mint Amar menace de publier sa photo sur les réseaux sociaux

fille voilee
Une fille mauritanienne portant le pseudo Mediha Mint Amar a pris la ferme décision de publier sa photo sur tous les réseaux sociaux de la toile. Mobile : apporter son soutien total à la lutte contre la prostitution et le célibat, populairement dit « Libbar », qui sévit énormément chez les femmes mauritaniennes.

Mediha promet toutefois de publier sa photo à visage voilé selon atlasinfo qui rapporte l’info, en guise de protestation contre l’indifférence des responsables publics et religieux devant ce phénomène ainsi que pour les pousser à se pencher sur le problème cruel du célibat en vue de lui trouver des solutions qui réduisent ses effectifs alarmants au sein de la société, renforcés également par les nombres considérables de divorces abusifs, parfois non accompagnés de prise en charge de la mère et des enfants.

Mediha, 33 ans, se plaint du célibat qui selon ses confessions continue de la poursuivre, soulignant que sa situation psychologique est en déchéance rapide, jusqu’à se sentir parfois dans la peau d’une icerveléee. Elle a décidé de passer à cette menace pour jouer des pressions sur les dirigeants du pays, à commencer par l’homme fort de la Mauritanie, espérant que cette alerte soit le déclic d’une attention accrue accordée à la résolution de ce phénomène social très répandu.

Certaines filles recourent aux réseaux sociaux pour rencontrer l’âme sœur. Une pratique jusqu’à là occidentale, mais qui se répand comme une traînée de poudre dans le monde musulman, où les « hajalatt » (femme célibataire), tout en veillant à préserver leur dignité religieuse, se déclarent sur la toile pour rencontrer l’idéal mari.

Source : Essiraje

Soiree « taille basse » à la senegalaise (Photos. )

Photos. Soiree « taille basse » avec Ngone Ndiaye Gueweul !

Photos. Soiree « taille basse » avec Ngone Ndiaye Gueweul !

Photos. Soiree « taille basse » avec Ngone Ndiaye Gueweul !

Photos. Soiree « taille basse » avec Ngone Ndiaye Gueweul !

Photos. Soiree « taille basse » avec Ngone Ndiaye Gueweul !

Photos. Soiree « taille basse » avec Ngone Ndiaye Gueweul !

Photos. Soiree « taille basse » avec Ngone Ndiaye Gueweul !

Photos. Soiree « taille basse » avec Ngone Ndiaye Gueweul !

Photos. Soiree « taille basse » avec Ngone Ndiaye Gueweul !

Photos. Soiree « taille basse » avec Ngone Ndiaye Gueweul !

Photos. Soiree « taille basse » avec Ngone Ndiaye Gueweul !

Dense du ventre senegalais

 

 

 

 

 

———————————————————–DAKARACTU

 

Les images de la grande nuit de la taille basse

 

Les images de la grande nuit de la taille basse
0
inShare

 

Les images de la grande nuit de la taille basse

 

Les images de la grande nuit de la taille basse

 

Les images de la grande nuit de la taille basse

 

Les images de la grande nuit de la taille basse

 

Les images de la grande nuit de la taille basse

 

Les images de la grande nuit de la taille basse

 

Les images de la grande nuit de la taille basse

 

Les images de la grande nuit de la taille basse

 

 

ATTENTAT : La violence des explosions de Boston en images

 

bonston un blaissé grave

 

Les coureurs du marathon de Boston à quelques mètres de l'arrivée, lorsqu'une des deux explosions a retenti, lundi 15 avril.

1/18 Les coureurs du marathon de Boston (Massachusetts, Etats-Unis) à quelques mètres de l’arrivée, lorsqu’une des deux explosions a retenti, lundi 15 avril. REUTERS

Des passants soufflés par le souffle de l'explosion, gisent à terre, encore sous le choc.

2/18 Des passants projetés par le souffle de l’explosion gisent à terre, encore sous le choc. KEN MCGAGH / AP / SIPA

Les secours évacuent une personne blessée.

3/18 Les secours évacuent une personne blessée. DAVID L. RYAN / AP / SIPA

La ligne d'arrivée du marathon après que les deux explosions ont retenti.

4/18 La ligne d’arrivée du marathon après que les deux explosions ont retenti. SUART CAHILL / AP / SIPA

Le coureur Bill Iffrig, 78 ans, à terre alors que les policiers entendent la deuxième explosion et se précipitent.

5/18 Le coureur Bill Iffrig, 78 ans, à terre alors que les policiers entendent la deuxième explosion et se précipitent. JOHN TLUMACKI / AP / SIPA

Des secouristes évacuent une femme blessée par une des deux explosions.

6/18 Des secouristes évacuent une femme blessée par une des deux explosions. CHARLES KRUPA / AP / SIPA

Un homme blessé par l'explosion.

7/18 Un homme blessé par l’explosion. KENSHIN OKUBO / AP / SIPA

Un blessé est évacué après les explosions qui ont touchées le marathon de Boston, lundi 15 avril.

8/18 Un blessé est évacué après les explosions qui ont touché le marathon de Boston. JIM ROGASH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Des coureurs choqués sont rassemblés sur Kenmore Square, à Boston, après les deux explosions.

9/18 Des coureurs choqués sont rassemblés sur Kenmore Square, à Boston, après les explosions. ALEX TRAUTWIG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Des ambulances stationnent près du lieu des explosions.

10/18 Des ambulances stationnent près du lieu des explosions. DOMINIC REUTER / REUTERS

Un homme à la jambe déchiquetée est évacué en urgence.

11/18 Un homme à la jambe déchiquetée est évacué en urgence. CHARLES KRUPA / AP /SIPA

Deux hommes portent secours à une blessée tout près de la ligne d'arrivée du marathon.

12/18 Deux hommes portent secours à une blessée tout près de la ligne d’arrivée du marathon. JOHN TLUMACKI / AP / SIPA

Les secours évacuent un petit blessé après les explosions.

13/18 Les secours évacuent des blessés après les deux explosions qui se sont produites quatre heures après le départ de la course. CHARLES KRUPA / AP / SIPA

La rue de Beacon Street, proche du parcours du marathon, a été évacuée pour permettre aux secours de circuler.

14/18 La rue de Beacon Street, proche du parcours du marathon, a été évacuée pour permettre aux secours de circuler. ALEX TRAUTWIG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Les secours se pressent près de la ligne d'arrivée du marathon de Boston, où ont retenti les deux explosions.

15/18 Les secours se pressent près de la ligne d’arrivée du marathon. Trois personnes sont mortes et une centaine ont été blessées. CHARLES KRUPA / AP / SIPA

Une coureuse du marathon, choquée, se repose près de la ligne d'arrivée à Boston.

16/18 Une coureuse du marathon, choquée, reprend ses esprits près de la ligne d’arrivée à Boston. MICHAEL DWYER / AP / SIPA

Boylston street, alors que les forces de l'ordre continuent de sécuriser le périmètre.

17/18 Boylston street, alors que les forces de l’ordre continuent de sécuriser le périmètre. JESSICA RINALDI / REUTERS

Un homme réconforte une enfant après les explosions près du parcours du marathon, peu après le drame.

18/18 Un homme réconforte une enfant après les explosions près du parcours de la course, peu après le drame. JESSICA RINALDI / REUTERS

 

 

<!–:fr–>MIRACLE : Les versets du Saint Coran sur le Corps d’Ismaël Kandé, un enfant de 18 mois<!–:–>

Son nom : Ismaël Kandé. Père Sinaly Kandé planteur de profession et sa mère Abiba Kandé est ménagère. Le petit est âgé de 18 mois et il fait l’objet de curiosité depuis sa naissance. En effet ce bout de chou voit apparaitre tous les jours des écritures du livre saint des musulmans, le saint coran, sur son corps. Depuis un moment, les médias islamiques en parlent et les musulmans se posent des questions.

Miracle _enfant-corp-coranCe mardi 19 février 2013, il a été présenté aux imams avec à leur tête le guide de la communauté musulmane de Côte d’Ivoire, Le Cheick Aboubacar FOFANA. C’était au cours de leur rencontre hebdomadaire à Treichville, au siège du COSIM. Sa Mère Abiba raconte : « durant ma grossesse, je voyais régulièrement en songe le coran posé sur mon ventre. A partir de sa première année, les versets ont commencé à apparaitre sur son corps. J’avais peur et je voulais même l’abandonner.

Au début on croyait qu’en le lavant, les versets allaient disparaitre. Au contraire, chaque fois c’étaient de nouveaux versets. ». A la question de savoir « s’ils avaient des érudits dans leur descendance ? » elle nous informe que « le grand père maternel du père d’Ismaël était imam à Ouédallah, leur village, là où ils vivent toujours. Il s’appelait Kandé Moustapha ». Ouédallah est spielautomaten un village de la sous préfecture de Tiénigoué dont il est distant de 7 km et situé dans le département de Mankono, région du Béré. Distant d’Abidjan d’environ 400 km et 105 km de Bouaké, à Ouédallah, les Kandé représentent la Famille royale.

Nous rappelons les quatre derniers versets de la sourate Pré-Hégirienne N° 41 « FUSSILAT (les versets détaillés) » aux quels nous fait penser cet évènement.

51. Quand Nous comblons de bienfaits l »homme, il s »esquive et s »éloigne. Et quand un malheur le touche, il se livre alors à une longue prière.

52. Dis : « Voyez-vous? Si ceci (le Coran) émane d »Allah et qu »ensuite vous le reniez; qui se trouvera plus égaré que celui qui s »éloigne dans la dissidence? »

53. Nous leur montrerons Nos signes dans l »univers et en eux-mêmes, jusqu »à ce qu »il leur devienne évident que c »est cela (le Coran), la Vérité. Ne suffit-il pas que Ton Seigneur soit témoin de toute-chose?

54. Ils sont dans le doute, n »est-ce pas, au sujet de la rencontre de leur Seigneur?

C »est Lui certes qui embrasse toute chose (par Sa science et Sa puissance).

El Hadj Yacouba  SYLLA •

Ismaël Kandé, un enfant de 18 mois avec le corps couvert de versets du Saint Coran

Ismaël Kandé, un enfant de 18 mois avec le corps couvert de versets du Saint Coran

Ismaël Kandé, un enfant de 18 mois avec le corps couvert de versets du Saint Coran

Ismaël Kandé, un enfant de 18 mois avec le corps couvert de versets du Saint Coran

Ismaël Kandé, un enfant de 18 mois avec le corps couvert de versets du Saint Coran

Ismaël Kandé, un enfant de 18 mois avec le corps couvert de versets du Saint Coran

BIRAME DE RETOUR 2

Vers 15h30, Mr Birama s’approche des sympathisants et militant de son mouvement en cri de joie de le revoir.

Photo 1

Birama de retour le 20-12-2012_rimweb.info

après un bain de foule, il s’est adresser aux centaines de sympathisant venues nombreux l’accueillir, les militants décident de l’accompagner pour certains a pieds jusqu’à son domicile au pk12, juste avant le départ du cortège il fait un discours de 5mn pour remercier les militants de l’accueil chaleureux qui lui a été réservé (vidéo en cours de montage).

Source : la rédaction

RIMWEB VOUS Y MÈNE EN IMAGES…………………

PHOTO 2

PHOTO 3

PHOTO 4

PHOTO 5

PHOTO 7

PHOTO 8

Birama de retour le 20-12-2012_rimweb.info

après un bain de foule, il s’est adresser aux centaines de sympathisant venues nombreux l’accueillir, les militants décident de l’accompagner pour certains a pieds jusqu’à son domicile au pk12, juste avant le départ du cortège il fait un discours de 5mn pour remercier les militants de l’accueil chaleureux qui lui a été réservé (vidéo en cours de montage).

Source : la rédaction

RIMWEB VOUS Y MÈNE EN IMAGES………………….

 

BIRAME DE RETOUR :

Vers 15h30, Mr Birama s’approche des sympathisants et militant de son mouvement en cri de joie de le revoir.

Birama de retour le 20-12-2012_rimweb.info

après un bain de foule, il s’est adresser aux centaines de sympathisant venues nombreux l’accueillir, les militants décident de l’accompagner pour certains a pieds jusqu’à son domicile au pk12, juste avant le départ du cortège il fait un discours de 5mn pour remercier les militants de l’accueil chaleureux qui lui a été réservé (vidéo en cours de montage).

Source : la rédaction

RIMWEB VOUS Y MÈNE EN IMAGES………………….

PHOTO4

PHOTO 5

PHOTO 6

PHOTO 7

PHOTO 8

PHOTO 9

PHOTO 10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PHOTO 11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PHOTO 12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PHOTO 13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

INAUGURATION DE LA CENTRALE 36 MW DITE EMPOWER (PHOTODS)

Le président de république  Monsieur Mohamed ould Abdel Aziz a inauguré cet après-midi la centrale de 36 MW de la Somelec Dite centrale Empower.

Cette Centrale est composée de 9 groupes et chaque groupe a une puissance de 4 MW d’où l’origine du nom de 36 MW.

Une population acquise au président de la république est venue nombreuse l’acclamer devant la porte de la centrale et ce malgré la distance qui la séparé de la ville.

Le charger de communication de la Somelec Mr Dahane est le premier à prendre la parole avant d’invité le ministre de l’énergie à prononcer son discours dans lequel  il a brossé les réalisations en énergie depuis 2007 et qui a par la suite a  invité le président à couper le ruban.

RIMWEB VOUS Y MÈNE EN IMAGES……………………..

AZIZ ÉCOUTE LE DG DE LA SOMELEC

Source : Moussa M’Bareck (www.rimweb.info)

RDC : aux portes de Goma, le M23 impose ses exigences à Kinshasa

 À la suite d’une grande offensive durant le week-end, les rebelles du M23 sont arrivés à 5 km du centre de Goma, où les scènes d’exode se multiplient. Les mutins menacent de prendre complètement la ville si les FARDC les attaquent et si leurs exigences ne sont pas satisfaites.

Ils avaient beau promettre qu’ils ne cherchaient pas à « prendre Goma », les soldats du Mouvement du 23 mars (M23) sont désormais aux portes de la ville. Les conditions qu’ils exigent du gouvernement congolais pour qu’ils arrêtent leur progression comprennent notamment une démilitarisation totale de la capitale du Nord-Kivu, la Monusco ne devant conserver à leurs yeux que son rôle de protection des populations civiles.

Selon une source militaire occidentale, les rebelles se seraient arrêtés à 5 km du centre-ville, sur les hauteurs, à la suite d’un accord passé avec l’armée congolaise. De fait, de nombreux chefs des Forces armées de la RDC (FARDC) ont déjà fui la ville, dimanche, en compagnie de civils par milliers et de réfugiés d’un camp voisin, qui comptait 30 000 personnes avant les combats. Des scènes d’exode qui suivent une offensive majeure du M23 durant le week-end – la plus grande depuis le début de la mutinerie en mai dernier.

Selon le vice-gouverneur provincial, Feller Lutaichirwa, les militaires congolais se sont retirés afin « d’éviter un bain de sang » dans Goma, « ville de déplacés, prise en étau », entre le lac Kivu et la zone occupée jusqu’à présent par le M23. Le porte-parole de l’armée à Goma a cependant affirmé que les FARDC étaient en position aux abords de la ville, notamment à Munigi, au Nord, près de l’aéroport, où les rebelles disent avoir pris position. « Si les FARDC nous attaquent, on prendra la ville », a expliqué le colonel Innocent Kayina, un responsable du M23 dans le secteur.

Des Casques bleus de l’ONU en mission en RDC observent les manoeuvres des rebelles du M23, le 18 novembre 2012, aux abords de Goma.

Hélicoptères de l’ONU

Munigi jouxte également une base de l’ONU occupée par un bataillon sud-africain. Selon un porte-parole des Nations unies à New-York, Kieran Dwyer , la Monusco a essayé samedi de stopper l’avancée rebelle en utilisant « quatre hélicoptères de combat ». Sans succès. Les responsables civils de la ville sont partis par bateaux sur le lac Kivu vers Bukavu, la capitale du Sud-Kivu, distante d’environ 80 kilomètres au Sud où ils sont arrivés en fin d’après-midi. Les chefs militaires, quant à eux, se seraient regroupés à Sake (20 km à l’est de Goma).

« Nous sommes en panique générale », a déclaré un chauffeur de taxi. Le porte-parole de la province du Nord-Kivu, Célestin Sibomana n’a pas hésité à évoquer « une débandade » et à dénoncer l’inaction des Casques bleus. Lesquels « resteront dans Goma (est) », a assuré dimanche le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, ajoutant qu’aucune action visant les forces de l’ONU, qui disposent de 6 700 hommes dans le Nord-Kivu, « ne sera tolérée ».

Une réfugiée congolaise arrive à la base de l’ONU à Munigi, le 18 novembre 2012.

Pas de « brassage »

Le Conseil de sécurité de l’ONU a d’ailleurs demandé samedi l’arrêt de l’avance de la rébellion vers Goma et que « tout soutien extérieur et toute fourniture d’équipement au M23 cessent immédiatement ». Des propos qui visent indirectement le Rwanda voisin, accusé par l’ONU et Kinshasa de soutenir les rebelles, ce que Kigali dément.

La représentante de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, ainsi que les diplomaties française et anglaise ont également mis en garde le M23 et ses soutiens contre la poursuite des violences et l’aggravation de la situation. Les mutins réclament une meilleure application des accords de 2009 avec le gouvernement congolais portant sur l’intégration des anciens membres de la rébellion pro-rwandaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) au sein des forces loyalistes. Ils exigent notamment le maintien de tous les officiers dans leurs grades et refusent le « brassage » que veut leur imposer Kinshasa ce qui les éloignerait de leur zone d’influence dans l’est de la RDC.

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : RDC : aux portes de Goma, le M23 impose ses exigences à Kinshasa | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Source:JeuneAfrique