BIRAME DE RETOUR :

Vers 15h30, Mr Birama s’approche des sympathisants et militant de son mouvement en cri de joie de le revoir.

Birama de retour le 20-12-2012_rimweb.info

après un bain de foule, il s’est adresser aux centaines de sympathisant venues nombreux l’accueillir, les militants décident de l’accompagner pour certains a pieds jusqu’à son domicile au pk12, juste avant le départ du cortège il fait un discours de 5mn pour remercier les militants de l’accueil chaleureux qui lui a été réservé (vidéo en cours de montage).

Source : la rédaction

RIMWEB VOUS Y MÈNE EN IMAGES………………….

PHOTO4

PHOTO 5

PHOTO 6

PHOTO 7

PHOTO 8

PHOTO 9

PHOTO 10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PHOTO 11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PHOTO 12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PHOTO 13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

INAUGURATION DE LA CENTRALE 36 MW DITE EMPOWER (PHOTODS)

Le président de république  Monsieur Mohamed ould Abdel Aziz a inauguré cet après-midi la centrale de 36 MW de la Somelec Dite centrale Empower.

Cette Centrale est composée de 9 groupes et chaque groupe a une puissance de 4 MW d’où l’origine du nom de 36 MW.

Une population acquise au président de la république est venue nombreuse l’acclamer devant la porte de la centrale et ce malgré la distance qui la séparé de la ville.

Le charger de communication de la Somelec Mr Dahane est le premier à prendre la parole avant d’invité le ministre de l’énergie à prononcer son discours dans lequel  il a brossé les réalisations en énergie depuis 2007 et qui a par la suite a  invité le président à couper le ruban.

RIMWEB VOUS Y MÈNE EN IMAGES……………………..

AZIZ ÉCOUTE LE DG DE LA SOMELEC

Source : Moussa M’Bareck (www.rimweb.info)

RDC : aux portes de Goma, le M23 impose ses exigences à Kinshasa

 À la suite d’une grande offensive durant le week-end, les rebelles du M23 sont arrivés à 5 km du centre de Goma, où les scènes d’exode se multiplient. Les mutins menacent de prendre complètement la ville si les FARDC les attaquent et si leurs exigences ne sont pas satisfaites.

Ils avaient beau promettre qu’ils ne cherchaient pas à « prendre Goma », les soldats du Mouvement du 23 mars (M23) sont désormais aux portes de la ville. Les conditions qu’ils exigent du gouvernement congolais pour qu’ils arrêtent leur progression comprennent notamment une démilitarisation totale de la capitale du Nord-Kivu, la Monusco ne devant conserver à leurs yeux que son rôle de protection des populations civiles.

Selon une source militaire occidentale, les rebelles se seraient arrêtés à 5 km du centre-ville, sur les hauteurs, à la suite d’un accord passé avec l’armée congolaise. De fait, de nombreux chefs des Forces armées de la RDC (FARDC) ont déjà fui la ville, dimanche, en compagnie de civils par milliers et de réfugiés d’un camp voisin, qui comptait 30 000 personnes avant les combats. Des scènes d’exode qui suivent une offensive majeure du M23 durant le week-end – la plus grande depuis le début de la mutinerie en mai dernier.

Selon le vice-gouverneur provincial, Feller Lutaichirwa, les militaires congolais se sont retirés afin « d’éviter un bain de sang » dans Goma, « ville de déplacés, prise en étau », entre le lac Kivu et la zone occupée jusqu’à présent par le M23. Le porte-parole de l’armée à Goma a cependant affirmé que les FARDC étaient en position aux abords de la ville, notamment à Munigi, au Nord, près de l’aéroport, où les rebelles disent avoir pris position. « Si les FARDC nous attaquent, on prendra la ville », a expliqué le colonel Innocent Kayina, un responsable du M23 dans le secteur.

Des Casques bleus de l’ONU en mission en RDC observent les manoeuvres des rebelles du M23, le 18 novembre 2012, aux abords de Goma.

Hélicoptères de l’ONU

Munigi jouxte également une base de l’ONU occupée par un bataillon sud-africain. Selon un porte-parole des Nations unies à New-York, Kieran Dwyer , la Monusco a essayé samedi de stopper l’avancée rebelle en utilisant « quatre hélicoptères de combat ». Sans succès. Les responsables civils de la ville sont partis par bateaux sur le lac Kivu vers Bukavu, la capitale du Sud-Kivu, distante d’environ 80 kilomètres au Sud où ils sont arrivés en fin d’après-midi. Les chefs militaires, quant à eux, se seraient regroupés à Sake (20 km à l’est de Goma).

« Nous sommes en panique générale », a déclaré un chauffeur de taxi. Le porte-parole de la province du Nord-Kivu, Célestin Sibomana n’a pas hésité à évoquer « une débandade » et à dénoncer l’inaction des Casques bleus. Lesquels « resteront dans Goma (est) », a assuré dimanche le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, ajoutant qu’aucune action visant les forces de l’ONU, qui disposent de 6 700 hommes dans le Nord-Kivu, « ne sera tolérée ».

Une réfugiée congolaise arrive à la base de l’ONU à Munigi, le 18 novembre 2012.

Pas de « brassage »

Le Conseil de sécurité de l’ONU a d’ailleurs demandé samedi l’arrêt de l’avance de la rébellion vers Goma et que « tout soutien extérieur et toute fourniture d’équipement au M23 cessent immédiatement ». Des propos qui visent indirectement le Rwanda voisin, accusé par l’ONU et Kinshasa de soutenir les rebelles, ce que Kigali dément.

La représentante de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, ainsi que les diplomaties française et anglaise ont également mis en garde le M23 et ses soutiens contre la poursuite des violences et l’aggravation de la situation. Les mutins réclament une meilleure application des accords de 2009 avec le gouvernement congolais portant sur l’intégration des anciens membres de la rébellion pro-rwandaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) au sein des forces loyalistes. Ils exigent notamment le maintien de tous les officiers dans leurs grades et refusent le « brassage » que veut leur imposer Kinshasa ce qui les éloignerait de leur zone d’influence dans l’est de la RDC.

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : RDC : aux portes de Goma, le M23 impose ses exigences à Kinshasa | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Source:JeuneAfrique

Liberté provisoire accordée pour Birame et ses co-détenus(Photos)

Des nombreux militants de l’IRA,sont venus soutenir leur leader à sa sortie de prison à 18h45  ce jour le 03-09-2012.

la demande de liberté provisoire introduite par les avocats de Birame Ould Abeid aurait été accept Mais à quelle condition?

a sa sortie sa premiere declaration fut: Je suis entrée en prison par le nom de ALLAh et j’en ressort par le nom d’ALLAH, pour rendre grace à dieu ‘ai decider de marcher jusqu’à chez moi .

je donne rendez à la presse chez moi.

Pour rappel, Birame et ses compagnons sont, entre autres, poursuivis pour « Apostasie, atteinte à la sûreté de l’Etat, activité hors la loi… », infractions pour lesquelles ils encourent la peine capitale. Ils ont été arrêtés le 28 avril dernier.

R I M W E B   V O U S   Y   M È N E   E N   I M A G  E S ………………………………………..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moussa M’Bareck

Rédaction de RIMWEB

DEPECHE TRARZA: Keur Madiké menacé par les eaux de pluies et Baghdad enclavé ! – (Photos-Commune de Rosso)

Keur-Madiké est un village de près de 400 familles situé à environ une dizaine de km au sud-est de Rosso juste sur la berge. Aujourd’hui ces populations et celles de Baghdad ne savent plus à quel saint se vouer.

Pour Keur Madiké c’est une question de survie ; car le périmètre de Brahim Ghadour, (président de la fédération des agriculteurs et éleveurs de Mauritanie FAEM), qui détient plus 400 ha, alors que la population se partage 40 ha, ceinture le village au point qu’il n y a plus d’espace vital(les limites du périmètre en question se situent à moins de vingt mètre du village).

Population de Keur Madické accompagné du Maire de Rosso (Mr Fassa) en visite suite aux inondations

La localité est non seulement enclavée car la route qui y menait est sous l’eau mais du fait de la digue de protection construite par le sieur cité plus haut l’issue des eau x de ruissèlement est bouchée ; de cause à effet ces dites eaux se déversent sur le village et ont envahi la quasi-totalité des périmètres agricoles.

Baghdad est inaccessible tandis que Keur Madiké risque d’être rayé de la carte. En effet, pour se prémunir d’une éventuelle inondation, ces pauvres citoyens livrés à eux-mêmes, ont conçu une diguette de 20 cm de hauteur environ, qui cédera à la première goutte de pluie. Pire selon les services météo du Sénégal le niveau d’alerte dans la zone a été dépassé (8,75m).

Face à cette situation de détresse les responsables de ces localités ont tapé à toutes les portes des autorités locales de Rosso et prennent leur mal en patience.

Pour se rendre en ville les habitants de ces localités sont contraints de patauger sur deux kilomètres pour arriver au niveau de la route remblayée par la SNAAT et l’AAAID.

Pour l’instant, le maire est la seule autorité qui s’est rendue sur place (voir reportage photos).

La rédaction.

Keur-Madiké et  Baghdad

RIMWEB VOUS Y MÈNE EN IMAGES……………………….


Tempête Isaac: la pluie s’est arrêtée sur Haïti, les autorités craignent les glissements de terrain

La tempête tropicale Isaac s’est abattue ce samedi 25 août sur Haïti, causant la mort de quatre personnes. La côte sud-est du pays a été touchée d’abord, mais les dégâts sont considérables dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, où plusieurs centaines de milliers de sinistrés du séisme de 2010 survivent toujours, depuis deux ans et demi, dans des camps de fortune.

Tempête Isaac: le 25-08-2012

La pluie s’est finalement arrêtée sur la région métropolitaine de Port-au-Prince. Mais compte tenu des quantités d’eau déversées sur la capitale haïtienne entre vendredi soir et samedi matin, l’inquiétude est grande quant au sort des familles vivant dans les camps.

Une large majorité des tentes et abris n’a pas résisté aux rafales de vent de la tempête Isaac. Par dessus-tout, au Nord, la rivière Grise – qui traverse la plaine de Port-au-Prince – s’est transformée en véritable torrent, charriant terres et ordures et inondant les zones avoisinantes.

Les autorités maintiennent l’alerte rouge sur l’ensemble du territoire, en raison des risques de glissements de terrain. La population est appelée à observer la plus grande prudence.

Dans la plaine de Port-au-Prince, les sinistrés du camp Marassa 14 ont lourdement souffert du passage d’Isaac. Parmi eux : Ernst Sagesse, 36 ans, père de cinq enfants. Il s’inquiète car le camp est situé à quelques mètres de la rivière Grise.

Port-au-Prince, le 25 août 2012.

REUTERS/UN/MINUSTAH/Logan Abassi/Handout

Port-au-Prince, le 25 août 2012.

REUTERS/UN/MINUSTAH/Logan Abassi/Handout

Port-au-Prince, le 25 août 2012.

REUTERS/UN/MINUSTAH/Logan Abassi/Handout

Port-au-Prince, le 25 août 2012.

REUTERS/UN/MINUSTAH/Logan Abassi/Handout

Port-au-Prince, le 25 août 2012.

REUTERS/UN/MINUSTAH/Logan Abassi/Handout

Port-au-Prince, le 25 août 2012.

REUTERS/UN/MINUSTAH/Logan Abassi/Handout

« Nous sommes en danger, explique-t-il, la rivière peut déborder. J’aimerais que les autorités viennent ici voir nos tentes pour nous aider. Donnez-nous un autre endroit où aller, parce qu’ici nous sommes en danger, on pourrait tous mourir. »

En aval du camp se trouve Cité-Soleil. La commune la pauvre pauvre de la métropole est en partie sous les eaux. Bénito Toussaint, 44 ans, a tout perdu, à l’instar des centaines de ses voisins. Il se désole :

« On savait que la tempête allait passer mais on n’avait pas idée que l’eau nous envahirait comme ça. Ca a commencé à 3 heures du matin. A cette heure-là, tout le monde était au lit. Toutes nos affaires sont parties. Ceux qui avaient des animaux, des papiers importants, même les lits, tout le monde a tout perdu. On a couru et on a tout perdu, on n’a sauvé que notre vie. On n’a plus qu’à rester ici au bord de la rue pour attendre de voir ce qui va se passer. »

Les équipes de secours poursuivent les évacuations, mais il n’y a de toute façon pas assez de place dans les abris d’urgence pour héberger tous les sinistrés de la tempête.

Atar : Assainissement / pavage VS pluie – [Reportage photos]

Le projet assainissement /pavage que viennent de réaliser les sociétés Macoba TP (Mauritanie) et Franjuan (Espagne), pour le compte de la mairie d’Atar a incontestablement dépoussiéré, aéré et embellit la capitale du tourisme.Cependant sa réalisation n’a pas manque d’enregistrer quelques ratés. C’est ainsi que certaines zones dénivelées du goudron ont accueilli des flaques d’eau en plusieurs endroits de la ville, tandis que des caniveaux de drainage d’eau mal inclinés ont refoulé l’eau a l’extérieur.

ATAR aprés une pluie

Mercredi dernier 32 mm de pluie se sont abattus en moins de 2 heures sur la ville d’Atar. De quoi tester le tout nouveau projet d’assainissement de la ville qui a couté plus de un milliard d’Ouguiyas, financés par la banque mondiale, dans le cadre du Plan de Développement Urbain ( PDU ) des capitales régionales.

Aujourd’hui, grâce a ce projet en cours de finition, la ville d’Atar offre aux visiteurs une belle image de propreté et modernisme : Trottoirs larges en pierres multi couleurs, goudron propre et complet, banquettes de repos, parkings de stationnement, placettes publiques panoramiques, éclairage suffisant, peinture de sécurité e bordure de route, facilite de nettoyage et entretien…

Il n’en demeure pas moins que bien des choses restent a faire notamment les corrections a apporter a toutes les anomalies et manquements constates par suite de la pluie. Dans ce cadre il est important que le département de l’Urbanisme qui pilote le projet, implique les services de l’hydraulique et assainissement, premiers concernes et meilleurs connaisseurs de ce genre de travaux.

Les plus importantes modifications a faire sont visibles au niveau de l’entrée du palais de justice ,la route goudronnée reliant les bureaux de la Moughataa au marche central et Le projet assainissement /pavage que viennent de réaliser les sociétés Macoba TP (Mauritanie) et Franjuan (Espagne), pour le compte de la mairie d’Atar a incontestablement dépoussiéré, aéré et embellit la capitale du tourisme.

Cependant sa réalisation n’a pas manque d’enregistrer quelques ratés. C’est ainsi que certaines zones dénivelées du goudron ont accueilli des flaques d’eau en plusieurs endroits de la ville, tandis que des caniveaux de drainage d’eau mal inclinés ont refoulé l’eau a l’extérieur.

Mercredi dernier 32 mm de pluie se sont abattus en moins de 2 heures sur la ville d’Atar. De quoi tester le tout nouveau projet d’assainissement de la ville qui a couté plus de un milliard d’Ouguiyas, financés par la banque mondiale, dans le cadre du Plan de Développement Urbain (PDU) des capitales régionales.

Aujourd’hui, grâce a ce projet en cours de finition, la ville d’Atar offre aux visiteurs une belle image de propreté et modernisme : Trottoirs larges en pierres multi couleurs, goudron propre et complet, banquettes de repos, parkings de stationnement, placettes publiques panoramiques, éclairage suffisant, peinture de sécurité e bordure de route, facilite de nettoyage et entretien….

Il n’en demeure pas moins que bien des choses restent a faire notamment les corrections a apporter a toutes les anomalies et manquements constates par suite de la pluie. Dans ce cadre il est important que le département de l’Urbanisme qui pilote le projet, implique les services de l’hydraulique et assainissement, premiers concernes et meilleurs connaisseurs de ce genre de travaux. Les plus importantes modifications a faire sont visibles au niveau de l’entrée du palais de justice ,la route goudronnée reliant les bureaux de la Moughataa au marche central et celle passant entre les petites maisons blanches et l’ancienne station Sakaly frères.

Au niveau des caniveaux de drainage d’eau , tout le réseau Sud Ouest compris entre le commissariat de police et le marche Ainina nécessite des travaux correctifs supplémentaires. Les fosses réceptives dans la BTeihit Agnomrit , devant la maison de Nine Mint abdoullah et entre la mairie et le PDDO sont a aménager autrement. Une fois ces travaux réalisés , la ville d’Atar serait la 1ere capitale regionale a profiter d’un assainissement celle passant entre les petites maisons blanches et l’ancienne station Sakaly frères.

Au niveau des caniveaux de drainage d’eau , tout le réseau Sud Ouest compris entre le commissariat de police et le marche Ainina nécessite des travaux correctifs supplémentaires. Les fosses réceptives dans la BTeihit Agnomrit , devant la maison de Nine Mint abdoullah et entre la mairie et le PDDO sont a aménager autrement. Une fois ces travaux réalisés , la ville d’Atar serait la 1ere capitale regionale a profiter d’un assainissement positif.

Ely Salem Khayar

RIMWEB VOUS Y MÈNE EN IMAGES…


WikiLeaks: Assange nargue la police britannique depuis le balcon de l’ambassade équatorienne à Londres

[Video] – Très attendu depuis ce dimanche 19 août, Julian Assange est bien apparu au balcon de l’ambassade de l’Equateur à Londres où il se cache depuis deux mois, après la demande d’extradition formulée par la Suède où il est poursuivi pour viol.

Assange à partir d’une fenêtre de l’ambassade de l’Équateur

C’est la première déclaration publique du fondateur de WikiLeaks depuis le mois de mars dernier. Assange a d’abord remercié tous ceux qui l’ont aidé. Il a réclamé que Etats-Unis cessent la « chasse aux sorcières » contre son réseau.

Julian Assange, durant une intervention d’une dizaine de minutes, a vigoureusement critiqué les Etats-Unis. Il les a accusés de menacer la liberté de la presse dans le monde. « WikiLeaks est sous le coup de menace, tout comme la liberté d’expression et la santé de l’ensemble de nos sociétés » a-t-il déclaré.

« Je demande au président Obama de prendre la bonne décision: les Etats-Unis doivent renoncer à la « chasse aux sorcières » lancée contre WikiLeaks », a-t-il ajouté.

Devant des centaines de personnes venues l’écouter, il a aussi longuement remercié les partisans de WikiLeaks, les considérant comme les « témoins » qui ont surveillé sa situation, et surtout l’Equateur, un pays qui s’est « levé pour la justice ». Julian Assange a remercié aussi ses enfants et les a assurés qu’ils seraient « bientôt réunis », ainsi que les habitants des Etats-Unis, du Royaume-Uni ou de Suède qui l’ont soutenu.

Le cofondateur de WikiLeaks est réfugié depuis le 19 juin à l’ambassade d’Equateur, dans le quartier de Knightsbridge à Londres. L’ancien « hacker » australien est menacé d’arrestation sur le sol britannique, suite d’une demande d’extradition de la justice suédoise.

Julian Assange, 41 ans, est réclamé par la Suède où il doit être interrogé sur des accusations de viol et d’agression sexuelle portées contre lui par deux jeunes femmes. Il a jusqu’à présent refusé son extradition, disant craindre que la Suède ne l’extrade ensuite vers les Etats-Unis. Il redoute d’être poursuivi dans ce pays pour espionnage, et de risquer ainsi la peine de mort.

Sa faute ? Avoir diffusé en 2010 par WikiLeaks des centaines de milliers de télégrammes diplomatiques américains dont certains embarrassants pour diverses chancelleries.

Avant de se réfugier dans les locaux équatoriens, Julian Assange a levé les deux pouces en direction des médias internationaux.

Source: RFI

 

A Sebkha, la Marmite du Partage bat le record de distribution de repas – [Maxi Reportage Photos]

La Marmite du Partage a distribué vendredi plus de 2.500 repas lors de sa dernière sortie au quartier Sebkha dans le Ve arrondissement de Nouakchott. L’initiateur du projet Khally Diallo a jugé « extraordinaire et positive » cette dernière sortie de la Marmite du Partage et salué « la chaleur humaine » et « l’esprit de partage » qui ont régné au sein de l’équipe durant tout le mois de ramadan.

MARMITTE DU PARTAGE SEBKHA 18_8_12

« Les jeunes ont compris l’essence du jeûne qui est un moment de partage, de recueillement, de don de soi et d’aide envers les démunis« , a affirmé Mohamed Barro, fonctionnaire au Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA).

De son côté, la militante des droits de l’Homme, Lalla Aicha Sy, s’est félicité de l’initiative de la Marmite du Partage lancée au mois de juillet dernier à Nouakchott. « C’est une idée géniale« , a-t-elle déclaré, …

…rappelant que la Marmite du Partage colle à l’esprit du droit à l’alimentation saine et suffisante qui est un droit de l’homme reconnu par le droit international qui protège le droit de chaque être humain à se nourrir dans la dignité.

La dernière sortie de la Marmite du Partage a réuni des voix féminines de la musique mauritanienne à l’image de Thiédel Mbaye et de Hawa Djiméra. « Les jeunes sont à encourager. Ils portent une détermination très noble« , a affirmé Thiédel Mbaye, avant d’inciter les mauritaniens à « participer pleinement » à ce genre de solidarité. « En tout cas moi, je suis à leur entière disposition« , a assuré Thiédel Mbaye.

En quatre sorties, la Marmite du Partage a distribué au moins 5.200 plats à des familles réparties entre Sebkha, Kebbas Marbaat, Gazra Lemghéity et Tarhil.

Babacar Baye Ndiaye

RIMWEB VOUS Y MENE EN IMAGES…

Source :Cridem

QUAND UN MINISTRE VIT SIMPLEMENT COMME TOUT LE MONDE (VOIR PHOTOS)

Aly aidar dansun restaurant populaire _ gargote

C’était à la sortie de Tambacounda dans une gargote installée dans la rue, les jeunes de la localité ont profité de l’occasion pour faire payer le « ndogou » a notre cher ministre de l’écologie et de la protection de la nature. .

C’était à la sortie de Tambacounda dans une gargote installée dans la rue, les jeunes de la localite ont profité de l’occasion pour faire payer le « ndogou » a notre cher ministre de l’écologie et de la protection de la nature. .

Ali Aidar ministre

Ali Aidar ministre

Ali Aidar ministre

Ali Aidar ministre

Ali Aidar ministre