G7: bilan d’un sommet atypique

Le sommet du G7 s’est achevé ce samedi 27 mai en Sicile. Alors que le consensus a toujours prévalu lors des précédents sommets, plusieurs désaccords ont été remarqués, notamment sur la question de la lutte contre le réchauffement climatique.

Malgré les divergences profondes qui ont marqué ce G7, Paolo Gentiloni se veut positif. Dans le communiqué final de cette 43e édition, le président du Conseil italien et hôte de ce sommet a déclaré qu’il avait été un succès en termes d’organisation et de sécurité.

C’est bien l’un des seuls points positifs que l’on peut retenir. Car sur les grands dossiers, les désaccords persistent, surtout sur le climat. Paolo Gentiloni a tout de même cherché à les minimiser, expliquant que Donald Trump avait été très attentif aux arguments distillés par ses homologues. La décision des Etats-Unis de sortir ou non de l’accord de Paris sera annoncée la semaine prochaine, a précisé le président américain sur les réseaux sociaux.

Concernant le commerce, les dirigeants du G7 sont parvenus à maintenir les Etats-Unis de Donald Trump, tenté par une forme d’isolationnisme, dans un cadre multilatéral, ce qui peut être considéré comme un succès. Mais sur ce dossier, les six autres pays membres attendaient peut-être plus d’engagement de la part des Américains. Autre succès : la lutte contre le terrorisme, certainement le dossier ou le consensus a été obtenu le plus rapidement avec la signature d’une déclaration dès la première journée du sommet.

La question migratoire, en revanche, n’a enregistré aucune réelle avancée. Pour Emmanuel Macron, la résolution de la crise migratoire passe par une vraie politique de sécurité et de stabilisation des zones où les crises politiques font qu’il y a des afflux massifs de réfugiés, par la lutte contre le réchauffement climatique et pour le développement, mais aussi par une autre politique migratoire. Mais d’après lui, il s’agit d’un problème européen. « Ce n’est un sujet ni pour le Japon, ni pour le Canada, ni pour les Etats-Unis, c’est une responsabilité européenne », a-t-il déclaré.

Ce sommet restera donc certainement comme l’un des plus atypiques, non pas parce qu’il s’est déroulé dans un site idyllique, mais parce que peu de décisions y auront été prises.

Source: RFI

Sommet du G7 : urgence à résoudre la crise libyenne pour les présidents nigérien et tunisien

Sept pays parmi les plus riches du monde réunis en Sicile, l’île où s’échouent quotidiennement des centaines de migrants: le symbole est criant. Mais l’Afrique restera reléguée à quelques paragraphes dans le communiqué final du G7.

« Jamais un G7 ne s’est tenu aussi proche de l’Afrique, mais jamais l’Afrique n’a été aussi loin des préoccupations du G7 », se désole Friederike Röder, responsable de l’ONG One, qui suit les réunions des sept grands (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Italie, Allemagne, Japon et Canada) depuis des années.

Et pourtant, l’Italie, pays hôte du sommet, a fait de l’Afrique une de ses priorités et avait choisi à dessein la Sicile, « au coeur de la Méditerranée » et « pont entre l’Europe et l’Afrique », selon les mots du président du Conseil Paolo Gentiloni.

Un ou deux paragraphes consacrés à l’Afrique

Selon des sources diplomatiques italiennes, une déclaration séparée sur l’Afrique et la « mobilité humaine », une façon positive d’envisager les migrations, était en projet. Mais « les Américains ont tué le projet et ont fait savoir fin avril qu’ils refusaient toute déclaration séparée », selon Friederike Röder, déplorant que la vision sécuritaire constitue l’alpha et l’omega de la relation avec l’Afrique.

« Nous devons être durs et vigilants » sur l’immigration, a lancé cette semaine le président américain Donald Trump en tournée européenne, liant une nouvelle fois immigration et terrorisme: « des milliers et des milliers de personnes se répandent dans nos différents pays et se dispersent, et dans de nombreux cas, nous ne savons pas qui ils sont », a-t-il déclaré à Bruxelles.

« Le problème n’est pas tant Trump que les autres pays, qui n’ont rien fait pour sauver le projet italien et qui se laissent faire », déplore la responsable de One.

Résultat, la question des migrations et de l’Afrique en général devrait faire l’objet d’un ou deux paragraphes dans le communiqué final du G7, selon des sources italiennes.

« Éteindre le chaudron libyen »

Pourtant, cinq chefs d’Etat et de gouvernement africains étaient invités à Taormina. Le Niger, l’Ethiopie, le Kenya, la Tunisie et le Nigeria -d’où vient le plus gros contingent de migrants en Italie- ont participé samedi matin à une réunion avec les membres du G7.

« La lutte contre le terrorisme dans les pays du Sahel et du bassin du Lac Tchad exige que des mesures urgentes soient prises pour éteindre le chaudron Libyen », a déclaré le président nigérien Mahamadou Issoufou lors d’une réunion entre cinq pays africains et les dirigeants du G7 réunis à Taormina. Cet appel intervient alors que la Libye continue à s’enfoncer dans le chaos et que de violents combats ont secoué vendredi Tripoli, faisant 28 morts.

Mahamadou Issoufou, dont le pays frontalier avec la Libye est en première ligne, a réclamé une stratégie globale « sécuritaire, idéologique et socio-économique » pour lutter contre le terrorisme. Il a également appelé le G7 et l’ONU à « doter de moyens nécessaires » la force conjointe d’intervention rapide que veulent créer les pays du G5 Sahel (Niger, Mali, Mauritanie, Tchad, Burkina Faso) pour luter contre les groupes jihadistes dans la zone.

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a également insisté sur « le défi sécuritaire » posé par la Libye lors d’une bilatérale avec son homologue français Emmanuel Macron, peu avant la rencontre Afrique/G7.

Les engagements pris en 2015 lors d’un précédent G7 en Allemagne restent encore à tenir. Les pays riches avaient alors promis d’allouer 0,7% de la richesse nationale à l’aide publique au développement, et s’étaient engagés à œuvrer pour sortir 500 millions de personnes de la faim et de la malnutrition d’ici à 2030.

 

 

jeuneafrique.com

Déclaration du PM: Levée de boucliers de l’opposition

La sortie fracassante du premier ministre continue de susciter une véritable levée de boucliers au sein de la classe politique. L’opposition n’a pas manqué de tirer à boulets rouges sur Ould Hademine.
Le Forum National pour la Démocratie et l’Unité a mis en garde jeudi contre le danger que représente le discours du premier ministre Yahya Ould Hademine à Tintane, à propos des amendements constitutionnels, considérant le contenu de ce discours «une atteinte à la constitution et une confiscation du droit et de la volonté du peuple mauritanien pour un changement démocratique ».
Dans un communiqué rendu public, le FNDU a dit qu’il fera front à ces tentatives scandaleuses, invitant le peuple mauritanien à percevoir le danger qui menace le pays à travers les amendements constitutionnels contraires à la constitution.
Le communiqué ajoute que « le premier ministre a fait allusion à la nécessité de demeurer au pouvoir pour l’actuel président mettant en garde contre la tentative de dissuader les mauritaniens d’espérer le changement lors des prochaines élections».
Le Forum accuse le régime actuel de «distiller des informations destinées à faire valoir une forme d’héritage et autres pratiques faisant toutes parties d’un plan machiavélique destiné à empêcher l’alternance pacifique au pouvoir par les formes constitutionnelles ».
Pour le FNDU, il s’agit là « d’un retour au discours  du troisième mandat que les mauritaniens avaient déjà rejeté à de multiples occasions ».
Cette campagne, ajoute le forum, intervient dans le cadre du « tripatouillage de la constitution par le pouvoir, après que le sénat a refusé de l’accompagner dans sa volonté de perpétuer à tout prix son régime corrompu ».
L’opposition a dénoncé la tournée actuelle du premier ministre Yahya O. Hademine dans l’est du pays, la qualifiant de rassemblements tribaux avec une bénédiction officielle.
L’Union des Forces de Progrès a mis en garde contre « les dangers de ces rassemblements sur la paix sociale, demandant une solution urgente au problème de la soif que connaissent ces populations depuis fort longtemps, au lieu de donner la priorité aux amendements
constitutionnels ».
l’UFP souligne, dans un communiqué, « la nécessité d’appuyer le pouvoir d’achat des populations à faibles revenus et d’assurer la sécurité et améliorer les services de base, la santé et l’éducation ».
Le parti de Ould Maouloud a mis en garde, « devant le refus des populations de s’inscrire sur les listes électorales ou leur absence de leurs lieux de séjour, de les inscrire à leur insu, par procuration».
Quant au parti Hatem, il a dénoncé « le choix de la moughataa de Tintane comme première étape de la tournée du premier ministre pour provoquer une crise politique et tomber dans l’interdit ».
Le parti de Ould Hannena s’est dit étonné « du comportement des cadres de cette moughataa qui continuent d’accepter d’être un instrument aux mains des régimes pour entraver la volonté des populations ».
Il a appelé l’ensemble des cadres de la moughataa à unir leurs efforts afin d’imposer un changement positif en faveur des populations de la ville.
Le premier ministre a annoncé, mardi à Tintane, sans détour que les autorités actuelles ne quitteront pas le pouvoir en 2019.

Source: AMI

Le Président de la République félicite son homologue d’Azerbaidjan

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz a adressé le message de félicitations qui suit à Son Excellence Monsieur Ilham Aliev, président de la République d’Azerbadjan:

 » Excellence,

A l’occasion de la célébration de la fête nationale de la République d’Azeirbaïdjan, il m’est agréable de vous exprimer mes chaleureuses félicitations ainsi que mes meilleurs vœux de santé et de bonheur pour votre Excellence, de progrès et de prospérité pour le peuple azerbaïdjanais ami.

Je saisis cette occasion pour vous réitérer notre volonté de continuer d’œuvrer pour le renforcement et le développement des relations de coopération existant entre nos deux pays dans l’intérêt de nos deux peuples amis.

Veuiller agréer, Excellence, l’expression de ma très haute considération.

Mohamed Ould Abdel Aziz »

Source: AMI

Tintane : Des signaux forts et des acteurs influents pour la réforme constitutionnelle

D’aucun n’ignore le rôle et l’importance que joue la Moughataa de Tintane dans la carte politique, économique et sociale dans les deux hodhs et dans certaines wilays del’Assaba.

A ce titre, il ne serait pas étonnant que l’UPR choisisse cette Moughataa pour envoyer des signaux forts et précis autour de certaines questions sensibles, intéressant les intérêts suprêmes de la nation.

«Le régime d’Ould Abdel Aziz est une continuité…..», devait préciser Monsieur Yahya Ould Hademine en toute confiance et sérénité, devant les populations de Tintane.

Cette déclaration à prendre au sérieux dans toutes ses dimensions, était bien préméditée et hautement concertée au niveau des acteurs et différents intervenants.

C’était au cours des journées du 21 au 24 Mai en cours en effet que, une importante équipe de l’UPR s’est rendue dans la Moughataa de Tintane dans le cadre de la campagne de sensibilisation menée par les pouvoirs publics pour la réussite de la réforme constitutionnelle qui sera introduite, par voie référendaire, au mois de juillet 2017.

Le fait aurait été banal devant la multiplicité des Initiatives d’appui ou de refus de ce projet ayant pourtant fait l’objet de plusieurs controverses et de polémiques non encore tranchées, n’eurent-été le choix par le PM de la Moughataa de Tintane pour faire cette déclaration révélatrice d’une part, du niveau de représentation et du degré d’influence socio-politique des cadres qui se s’y sont rendus, d’autre part.

En effet, outre la présence de son éminence Mr Yahya Ould Hademine et une partie restreinte de proche staff « privé », se trouvait, Madame Sellama Mint Lembrabott, ancienne ministre des Affaires Sociales, de l’Enfance et de la Famille, membre du Bureau exécutif de l’UPR et actuelle Présidente du Conseild’Administration de l’Imprimerie Nationale.

Personnalité qualitativement influente au sein de la tribu de TINWAJIW, Madame Sellama Mint Lembrabott bénéficie d’une grande audience au sein de toutes les fractions de la Tribu de Tinwajiw et ce, en dépit des divergences et des distensions politiques qui caractérisent cette grande Tribu.

Fin stratège et cartésien de premier rang, Monsieur Hademine savait bien à quoi s’en tenir quant à la présence à ses côtés de Madame Sellama. Le choix mûri de celle-ci par celui-là, ne procède, loin s’en faut d’ailleurs, pas du vide car la tribu de Tinwajiw constitue une large majorité au sein de la Moughataa de Tintane sans occulter l’estime dont bénéficie cette militante distinguée du Parti en la personne de Sellama Mint Lembrabott, au-delà même de Tintane, précisément au sein des Moughataa d’Aîoun et de Kobeni.

Aussi et devant la rude tâche qui attend les militants de l’UPR et le reste desforces vives de la Nation pour faire arriver à bon port les réformesconstitutionnelles à entreprendre , tout dicte de permettre à Madame Sellama de pouvoir pleinement jouer son rôle pacificateur et fédérateur pour la garantie d’un électorat des plus importants sur l’échiquier politiquenational, à savoir celui qu’offre la respectueuse tribu de Tinwajiw.

Par Sidi Ould Cheikh, Militant de l’UPR à Nouadhibou, Tel : 43254343

 

 

 

Source: tawary

Le ministre de la santé participe à Genève à la remise du prix des Emirats pour les sciences médicales au Pr Baidy Boubou Lô

Le Palais des Nations Unies à Genève a abrité vendredi, en présence du ministre de la santé, Pr Kane Boubacar, la cérémonie de remise du prix des Emirats pour les sciences médicales pour l’année 2017 à notre compatriote, le Pr Baidy Boubou Lô.
La remise de ce prix au Professeur intervient en hommage aux travaux de ce chercheur portant sur la lutte contre les virus de l’hépatite, du VIH Sida ainsi que le transfert du sang dans le pays.
La cérémonie s’est déroulée en présence de notre ambassadrice à Genève, Mme Salka Mint Bilal Ould Yamar et de l’ambassadeur des Emirats Arabes Unis à Genève ainsi que le conseiller du ministre de la santé, le Pr Cheikh baye Ould M’Khaitrat.

 

 

 

Source: AMI

Loi des finances rectificative 2017 : Les députés brillent par leur absence

Le ministre de l’économie et des finances est passé le mercredi 24 mai 2017  devant les députés de l’Assemblée Nationale pour défendre  deux projets dont celui de la loi de finances rectificative 2017. Les débats en plénière ont duré plusieurs heures. Sans surprise, les députés présents ont fait passer comme une lettre à la poste les projets de loi proposés. De source parlementaire, moins de trente députés ont assisté aux débats sur les cent quarante six que compte la chambre basse. Les autres étaient tout simplement absents. La campagne en faveur des amendements constitutionnels et les voyages des ministres du gouvernement à l’intérieur du pays ne sont certainement pas étrangers à ce très préjudiciable retard. Cela pose même la légalité du passage de ces projets de loi  qui ne sont votés que par un nombre de députés qui représente à peine un cinquième du total des représentants du peuple. Une situation tellement visible que l’un des députés de la majorité a ouvertement déclaré qu’il n’est pas acceptable qu’un si grand nombre de parlementaires s’absentent à des plénières au cours desquelles des projets de loi de cette importance sont discutés.

 

 

Source: lecalame

La SNDP lance l’opération de conservation et d’acheminement du poisson à l’occasion du mois sacré du Ramadan

 Le ministre des pêches et de l’économie maritime, M. Nany Ould Chrougha, a visité vendredi à Nouakchott, les entrepôts de la société nationale de distribution de poisson (SNDP), où il s’est enquis des mesures engagées par la société, en perspective de l’acheminement du poisson, sur toute l’étendue du territoire national, à l’occasion du mois béni du Ramadan.
Le ministre a constaté les quantités embarquées dans les camions frigos, qui desserviront les dépôts de la SNCP, à l’intérieur du pays.
Le directeur général de la société, M. Moktar Ould Ahmed Ould Bouceif, a présenté à cette occasion, toutes les phases de l’opération, visant à intégrer le poisson dans les mets mauritaniens, notamment dans les zones où le poisson reste une denrée inaccessible aux citoyens.
Avec l’ouverture de 53 points de distribution, la SMCP compte approvisionner toutes les capitales des wilayas en poisson, en plus de points de distribution, créés au niveau des moughataas et des points mobiles de vente de poisson.
« Avec une production actuelle de 7.000 tonnes, la société envisage doubler cette quantité, à l’occasion du mois béni du Ramadan, en perspective de sa vente à un prix symbolique aux citoyens, au prix de 50 Um/kg », a-t-il ajouté.
Il a salué enfin la coopération espagnole, pour l’appui apporté à la société, notamment pour la fourniture de moyens de transports dotés d’équipements modernes de froid, pour la conservation du poisson.
Le ministre était accompagné du wali de Nouakchott Ouest, M. Mahi Ould Hamed et du président du conseil d’administration de la société M. Bedboude Ould Sidi.

 

 

 

Source: AMI

Des partis politiques dénoncent la tournée du premier ministre dans l’est du pays

 

Des partis de l’opposition ont dénoncé jeudi la tournée actuelle du premier ministre Yahya O. Hademine dans l’est du pays, la qualifiant de rassemblements tribaux avec une bénédiction officielle.
L’union des forces de progrès a mis en garde contre les dangers de ces rassemblements sur la paix sociale, demandant une solution urgente au problème de la soif que connaissent ces populations depuis fort longtemps, au lieu de donner la priorité aux amendements constitutionnels.
Dans un communiqué publié jeudi, l’UFP souligne la nécessité d’appuyer le pouvoir d’achat des populations à faibles revenus d’assurer la sécurité et améliorer les services de base, la santé et l’éducation.
Il a mis en garde, devant le refus des populations de s’inscrire sur les listes électorales ou leur absence de leurs lieux de séjour, de les inscrire à leur insu, par procuration.
Quant au parti Hatem, il a dénoncé « le choix de la moughata de Tintane comme première étape de la tournée du premier ministre pour provoquer une crise politique et tomber dans l’interdit ».
Le parti, membre du forum national pour la démocratie et l’unité, s’est étonné « du comportement des cadres de cette moughata qui continuent d’accepter d’être un instrument aux mains des régimes pour entraver la volonté des populations ».
Il a appelé l’ensemble des cadres de la moughata à unir leurs efforts afin d’imposer un changement positif en faveur des populations de la ville.
Le premier ministre Yahya O. Hademine avait entamé sa visite dans les deux Hodhs destinée à mobiliser les populations pour l’adoption des amendements constitutionnels par la ville de Tintane.

Mauritanie : l’Afrique et la Turquie au seuil d’un partenariat durable (Chef Diplomatie turque)

La Turquie est déterminée, plus que jamais, à développer sa coopération avec l’Afrique à de nouveaux domaines, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu à l’occasion de la Journée de l’Afrique.

« Nous cherchons à promouvoir des partenariats mutuellement bénéfiques qui aideront à créer des bases solides pour des relations durables et productives. Contrairement aux puissances coloniales passées, l’histoire est de notre côté », va-t-il ajouté.

Mevlüt Çavuşoğlu a rappelé : « Au cours de la dernière décennie, en tant que Premier Ministre et ensuite Président, le Président Erdoğan a effectué plus de 30 visites dans 23 pays africains au total – un nombre record de visites pour un leader non africain. Nous avons également accueilli de nombreux Chefs d’État des pays africains en 2016 et les visites des Chefs d’État de l’Éthiopie, de la Guinée.

Selon le chef de la Diplomatie turque, le Président Erdoğan « visite non seulement les pays africains et reçoit leurs leaders en Turquie, mais encourage également les entreprises, les universités, les ONG, les centres de recherche et les citoyens ordinaires à s’engager au renforcement des relations mutuelles. Il établit la confiance, l’assurance et les avantages mutuelles pour tous afin que toutes les questions soient abordées de manière ouverte et franche ».

Mevlüt Çavuşoğlu a indiqué aussi que l’année 2008 a eu une importance particulière dans le développement de nos relations avec l’Afrique. Cette année, l’Union africaine a déclaré la Turquie comme « partenaire stratégique », et le tout premier « Sommet de coopération Turquie-Afrique » a eu lieu à Istanbul. Le Sommet a lancé un processus de collaboration stable et durable conduisant au deuxième « Sommet de coopération Turquie-Afrique » tenu en Guinée équatoriale en 2014 avec le Troisième Sommet prévu à Istanbul en 2019.

« Aujourd’hui, 39 Ambassades turques opèrent dans différents pays du continent. Il y a également une augmentation considérable du nombre d’Ambassades africaines à Ankara. Plus récemment avec l’ouverture de l’Ambassade de Tanzanie, leur nombre total a atteint 33 ».

Mevlüt Çavuşoğlu a souligné que les investissements globaux de la Turquie en Afrique ont récemment dépassé 6 milliards de dollars américains. Ces investissements fournissent des emplois, des infrastructures nécessaires, contribuant aux économies locales et augmentant les exportations de produits finis de l’Afrique vers des pays tiers.

 

 

Source: ALAKHBAR