Migrants et femmes, les laissés-pour-compte du développement

Migrants et femmesL’humanité a fait des progrès spectaculaires dans son développement en un quart de siècle, mais les femmes et les minorités ethniques ont été laissés pour compte, et un humain sur neuf souffrait de la faim en 2016, a affirmé l’ONU mardi. « Nous vivons aujourd’hui plus longtemps, plus d’enfants sont scolarisés et plus de personnes ont accès à des services sociaux de base », a écrit le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) dans un rapport publié mardi à Stockholm. « Le développement humain n’a pourtant pas été homogène et les privations humaines persistent », a-t-il souligné.

1 milliard de personnes sorties de l’extrême-pauvreté. Alors que la population mondiale a augmenté de deux milliards entre 1990 et 2015, plus d’un milliard de personnes sont sorties de l’extrême pauvreté, 2,1 milliards ont eu accès à des sanitaires meilleurs et plus de 2,6 milliards à une meilleure source d’eau potable.

Néanmoins, en 2016 un habitant de la planète sur neuf souffrait de la faim et un sur trois de malnutrition. Quelque 18.000 personnes meurent chaque jour d’avoir respiré un air pollué, et 24 personnes chaque minute subissent un déplacement forcé. Les groupes les plus touchés sont les femmes et les filles, les minorités ethniques, les peuples indigènes, les handicapés et les migrants.

65 millions de personnes en situation de déplacement forcé. Environ 244 millions de personnes vivent dans un autre pays que le leur, d’après l’ONU. Parmi eux, « de nombreux migrants, cependant, notamment les 65 millions de personnes en situation de déplacement forcé dans le monde, (…) manquent d’emplois, de revenus et d’accès aux soins de santé et aux services sociaux ».

Le droit des femmes, une question de réflexion. De manière plus positive, le PNUD a noté que l’égalité entre les sexes et l’attention aux droits des femmes étaient aujourd’hui des questions ordinaires de la réflexion sur le développement. Mais les femmes subissent toujours de fortes discriminations, et par exemple « 10 à 20% seulement des propriétaires fonciers des pays développés sont des femmes ».

Les minorités ethniques sont aussi des victimes fréquentes de la discrimination, par exemple en étant marginalisées dans le système éducatif, le marché du travail ou les positions de pouvoir, engendrant pauvreté et vulnérabilité face aux crimes et délits, y compris le trafic d’êtres humains.

1 % des plus riches détiennent 46 % de la fortune mondiale. L’inégalité de revenus est un autre problème, avec les 1% les plus riches détenant 46% de la fortune mondiale. Cette inégalité nourrit d’autres formes d’injustice, et inversement, qui fait que certains groupes « manquent de poids pour influencer les politiques et les lois par les voies traditionnelles ».

Source:  Europe1.fr

Migrants : des ministres européens et nord-africains étaient à Rome pour s’entendre sur un plan visant à couper la route libyenne

migrants_mamadou_gambie_chaos_libye-592x296Les ministres de l’Intérieur du groupe de contact sur la Méditerranée centrale se sont réunis lundi à Rome pour discuter d’un plan visant à stopper les flux migratoires depuis la Libye.

« L’attention doit maintenant se porter sur des efforts conjoints pour mieux gérer la situation en Méditerranée centrale. Cela nécessite des actions efficaces », affirme sans entrer dans les détails la déclaration d’intention signée par les ministres de l’Intérieur italien, français, allemand, autrichien, slovène, suisse et maltais côté européen, libyen et tunisien côté africain.

« L’objectif est de gouverner les flux migratoires » et non plus les subir, a expliqué à la presse le ministre italien de l’Intérieur, Marco Minniti, à l’issue de cette réunion à laquelle le chef du gouvernement libyen, Fayez al-Sarraj, a brièvement participé.

Chaos dans le pays

Un an après l’accord conclu avec la Turquie pour stopper les flux vers la Grèce, l’UE cherche toujours à établir un arrangement similaire avec la Libye, d’où sont partis quelque 20 000 migrants en direction de l’Italie depuis le début de l’année. Mais les négociations sont compliquées par le chaos qui règne dans le pays et par l’impact économique du trafic de migrants dans certaines zones côtières.

Selon le quotidien italien Corriere della Sera, le gouvernement d’union nationale (GNA) libyen a demandé ces derniers jours des radars, des embarcations, des hélicoptères ou encore des véhicules tout terrain, pour un total de 800 millions d’euros, pour contrôler ses frontières sud et ses eaux territoriales.

Formation des garde-côtes

Mais beaucoup s’inquiètent de voir des milices armées s’emparer d’une partie du matériel. Et il faudra s’assurer que les garde-côtes « qui ont été formés remplissent précisément leur mission », a estimé le ministre français de l’Intérieur, Bruno Le Roux.

Quelque 90 garde-côtes libyens sont actuellement en train d’achever leur formation sous l’égide de l’UE, et l’Italie s’apprête à leur rendre 10 vedettes libyennes saisies en 2011. Ils devraient être opérationnels fin avril-début mai, selon Marco Minniti.

« Des conditions à la limite du mépris humain »

L’objectif est d’intercepter les migrants avant qu’ils n’atteignent les eaux internationales et de les conduire dans des camps en Libye garantissant des conditions dignes et un respect des droits, ce qui représenterait « un grand pas en avant » par rapport aux « conditions à la limite du mépris humain » en cours maintenant dans le pays, a expliqué Mario Minniti.

Les migrants n’ayant pas droit à la protection internationale seraient renvoyés dans leur pays, a ajouté le ministre italien de l’Intérieur, sans préciser le sort des autres, qui représentent actuellement 40% des demandeurs d’asile en Italie.

Source: jeuneafrique.com

Scandale: Détection de 800 faux titres fonciers

titre_foncier_adrar_infoDes sources privées ont confirmé l’ouverture d’une enquête sur la gestion du patrimoine et immobiliers de l’Etat après la découverte dune large action de fraude concernant plus de 800 titres fonciers falsifiés délimitant des parcelles de terrain dans les zones résidentielles de Nouakchott.

Les mêmes sources indiquent que les fiabilisateurs de ces actes sont des personnalités proches d’un général influent de l’armée.

Il s’est avéré que les détenteurs de ces titres fonciers truqués ont utilisé les faux papiers pour emprunter des dizaines de millions d’Ouguiyas auprès de certaines banques.

Afin de déterminer les circonstances de cette affaire,il n’a pas été possible à « Essevir » d’obtenir des informations détaillées sur le sujet en raison de son incapacité à contacter la direction du domaine concernée.

Source: http://essevir.mr/node/4783

Source : Adrar Info

Sensibilisation : Forum d’échange sur la migration irrégulière et l’extrémisme violent

migration-300x200Rimweb: Le 15 mars dernier, la Case a vibré au rythme de ce forum organisé par JAHE (Jeunesse à l’heure d’El mina), AJMLCT, FORPAJA, l’OIM (Organisation internationale pour les  Migrations)  et le Gouvernement du Japon.

Au menu : Débats, sketches, chansons, projection de films avec la participation de plus de 400 jeunes engagés, dont 45 formateurs selon une information l’OIM sur sa page face book, se sont réunis lors de ce forum consacré à la sensibilisation notamment de la jeunesse sur les dangers de la migration irrégulière et l’extrémisme violent.

Pour rappel, la tenue de cette activité a été précédée par une campagne ayant sillonné plusieurs quartiers de la capitale.

Awa Seydou Traoré

Sénégal : décès de Cheikh Tidiane Sy, le khalife général des Tidjanes

kg_tidiane_592x296Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy est décédé dans la nuit de mercredi à jeudi à l’âge de 92 ans. Il était le petit-fils du principal propagateur de la confrérie des Tidjanes au Sénégal, El Hadji Malick Sy.
C’est un jour de deuil pour de nombreux Sénégalais. Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy « Al Maktoum », khalife général des Tidjanes −l’une des plus importantes confréries soufies du Sénégal − depuis fin 2012, est décédé dans la nuit du mercredi 15 au jeudi 16 mars à l’âge de 92 ans.

Son frère cadet Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine, jusqu’alors porte-parole de la confrérie, lui succède et devient le nouveau khalife général des Tidjanes.

Fils de Serigne Babacar Sy et petit-fils d’El Hadji Malick Sy, le principal propagateur de la confrérie Tidjane au Sénégal à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy était considéré comme un homme modeste et pieux, entièrement dévoué à sa charge religieuse. Il était aussi très discret et n’apparaissait que très rarement en public.

Macky Sall à Tivaouane

Le khalife défunt était également réputé pour son érudition et son ouverture d’esprit. Figure intellectuelle respectée, il a un temps côtoyé la sphère politique sénégalaise. À la fin des années 50, il avait fondé le Parti de la solidarité sénégalaise (PSS, dissous depuis) et avait été opposant à Léopold Sédar Senghor − une opposition qui lui valut d’ailleurs quelques mois de prison −. Il fut ensuite brièvement ambassadeur du Sénégal au Caire.

Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy a été inhumé dans la nuit de mercredi à jeudi à Tivaouane, ville sainte des Tidjanes, à une centaine de kilomètres au nord de Dakar. Le président Macky Sall y est attendu en fin de matinée pour participer à la cérémonie religieuse, à laquelle devraient se joindre des milliers de fidèles.

Source : Jeune Afrique

Mauritanie: des femmes présentent le journal en rappant

chi-taariC’est la première fois que la présentation de cette édition d’information, lancée il y a près de deux ans, est confiée aux dames. Le journal est toujours présenté en rappant.  Depuis Nouakchott, je vous invite à débuter cette semaine avec un plateau d’information en plusieurs langues.

J’ai eu un coup de cœur, en suivant ce journal à la sauce rappée, où des mauritaniennes prennent le micro pour nous raconter leur actualité, l’actualité de ce pays où la chaleur s’installe peu à peu, sans doute à cause du réchauffement climatique. Un numéro spécial  du journal rappé qui célèbre à sa façon le 8 mars 2017, journée de la femme.

Un autre talent de mes collègues dames qui se fait découvrir à travers un concept repris en Mauritanie par Liman Kane alias Monza, un des tenors du rap national. Voilà le menu de cette édition présentée dans une ambiance rappée, avec humour, classe, à voir ici donc ce spécial JT consacré en bref à entrepreneuriat et foot féminin:

awaseydou.mondoblog.org

Mauritanie : « Le Coran, un prétexte pour l’arabisation forcée » (Chroniqueur)

logo-rimSelon le journaliste chroniqueur mauritanien Ahmeddou Wadya les Mauritaniens ont le choix d’un pays avec quatre langues officielles (Arabe, Poular, Soninké et Wolof) ou d’un pays avec l’Arabe comme langue officielle et le Français comme langue de l’Enseignement, de l’Administration et de travail.

Ahmeddou Wadya considère que cela pourrait faire éviter de laisser la Mauritanie aux mains de “pyromanes” qui prennent l’arabe “comme un prétexte pour reprendre les déportations, les exils forcés de Mauritaniens et les thèses: Arabes noirs ; Tirailleurs sénégalais, etc.”.

Lire le texte intégral:

Le Coran, prétexte de l’arabisation forcée

Depuis l’indépendance de la Mauritanie à nos jours, jamais un sujet n’a été abordé avec autant de partialité que celui de la langue. Un sujet dans lequel se confondent bien et mal, principe et intérêt, vérité et contrevérité, ignorance absolue et relative, volonté de dominer et d’exclure ou volonté de se barricader de se cacher dernière les sentiments, la communauté, la couleur de la peau ou l’ethnie.

La problématique de la langue – ce couteau à double tranchant. Ce bouclier humain pour camoufler le projet raciste, partisan et militariste – est de nouveau soulevée pour préparer le terrain vers un nouvel ordre national. Ainsi de retour le discours prônant l’arabisation forcée à plusieurs occasions, le plus souvent béni et soutenu officiellement.

Au Parlement, le discours d’arabisation a atteint : « Nous imposeront l’arabisation par le feu ». L’auteur de cette phrase choquante à l’égard de la langue arabe serait même le président de séance.

Nous – il faudrait l’admettre – vivons sous un régime dont le guide suprême est l’héritier de Saddam Hussein (Ould Breidleil) qui est défendu par le chef de ceux qui ont prêté allégeance à Ghaddafi (Khélil). Au-delà de ces qualités, l’homme est agrégé par l’héritier d’Abdenasser dans la répression (Al-Sissi) et appuyé par le représentant de Bechar Al-Assade (Ould Azizi).

Ceux-là continuent de heurter la conscience d’autres en profitant de la place de la langue du Coran. Ceux-là continuent de prôner l’exclusion, la marginalisation. Ils se moquent même des autres communautés nationales et de leurs langues islamiques en se servant de la langue arabe comme bouclier humain pour camoufler leur projet raciste, partisan et militariste.

Quelque soit l’écho de leur voix. Qu’ils tiennent même les rênes du pouvoir. Qu’ils soient des personnalités influentes (armée, sécurité, médias, Enseignement, etc.), ils ne pourront jamais aller au-delà de la réalité de cette nation à laquelle Dieu a accordé un bien (la diversité culturelle) qu’ils considèrent eux comme un malheur.

La Mauritanie est un pays de diversité culturelle. Il y existe des Beïdanes, des Harratins, des Peuls, des Soninkés et des Wolofs qui parlent différentes langues. Ils parlent Hassanya, Poular, Soninké et wolof. Et mêmes des élus – ne pourraient pas gommer cette réalité.

Déjà, plusieurs thèses ont échoué : « Arabes noirs » « Tirailleurs sénégalais ». Et l’avenir se dessine en faveur de celui qui admet cette diversité culturelle et linguistique et prône pour un projet de citoyenneté basé sur la légalité, la justice et la fraternité au sein d’un Etat de droit.

Pour conclure- Je pourrais parler fort ou chuchoter (Ajustez le volume) – Nous avons deux choix et non trois : le choix d’un pays avec quatre langues officielles l’Arabe, le Poular, le Soninké et le Wolof ou le choix d’un pays avec l’Arabe comme langue officielle et le Français comme langue de l’Enseignement, de l’Administration et de travail.

Ah, désolé. Il semble que je n’ai pas été précis. Il existe bel est bien un troisième choix : laisser aux pyromanes le soin de reprendre les déportations, les exils forcés et les thèses : Arabes noirs ; Tirailleurs sénégalais, etc.

Qui sait ? Cela pourrait être leur chance d’accéder rapidement au pouvoir et d’y pérenniser voire même d’y rester un temps plus long que nécessite le changement du drapeau et de l’hymne national. Ils y croient, vu leur idées arrêtées.

Alakhbar

pointschauds.info

Biram Dah Abeid appelle les militants d’IRA-Mauritanie à marcher avec le FNDU contre le coup d’Etat à la policère (Source)

a birama_thumb_medium400_0Le président du mouvement abolitionniste, IRA-Mauritanie, Mr Biram Dah Ould Abeid a dans une vidéo visualisée sur le site Legwareb.info, invité ses militants et sympathisants et ceux d’Ira a participé massivement à la marche populaire qu’organise, demain, samedi 11 mars, à Nouakchott, le Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU), le RFD et l’UNAD pour dénoncer le tripatouillage de la constitution orchestré par le pouvoir en place.

Pour Biram, les militants d’IRA doivent prouver leur existence et jouer leur rôle de façon pacifique pour faire sortir le mauritanien méprisé de ce cercle qui se rétrécit sur lui de jour en jour.

« Je soutiens l’opposition mauritanienne dans sa lutte dans la légalité en faveur la Mauritanie et du peuple mauritanien » a-t-il dit. Selon Biram, l’échec des coups d’Etat à la policière du pouvoir est l’un des objectifs de la lutte pacifique de son mouvement et de l’opposition.

Il a signalé qu’il accompagne toutes les forces vives du pays dans la lutte contre la machination que subisse le peuple mauritanien dans sa diversité.

« Nous sommes avec les présidents et leaders de partis politiques de l’opposition, des cadres syndicalistes , des personnalités et des présidents d’organisations des droits de l’homme dans leur mission en faveur des mauritaniens » a précisé le leader abolitionniste.

Source : Tawary

Le projet Chantier-École d’entretien routier franchit une importante étape pour son anniversaire. La cérémonie officielle de remise des chantiers et des attestations aux bénéficiaires aura lieu le 2 mars 2017 à Aleg.

BIT CHANTIER ECOLEEn partenariat avec le Ministère de l’Équipement et des Transports (MET), le Bureau International du Travail (BIT) organise une cérémonie de remise symbolique, des premiers chantiers pilotes d’entretien routier réalisés par les jeunes.

La cérémonie a lieu le 02 mars  2017 à 10h à Aleg en présence des autorités de la wilaya du Brakna et des représentants de l’Union européenne en Mauritanie.

L’objectif principal de cette manifestation est de procéder à la remise symbolique, des premiers chantiers pilotes d’entretien routier réalisés par les bénéficiaires de la formation. Elle sera aussi l’occasion de remettre les outils professionnels et les attestations de fin de formation à des jeunes qui ont fini le parcours de formation dans les Chantiers-Ecoles de la commune d’Aleg.

Financé par l’Union européenne, le projet Chantier-École a pour objectif d’accroître les opportunités d’insertion socioprofessionnelle des jeunes en zones rurales et urbaines par le développement d’une filière de formation professionnelle dans l’entretien routier.

 Chantier-École a déjà permis de former 271 jeunes qui ont appris en réalisant 3 tançons de pistes, soit 2.8 km. Parallèlement, il a appuyé 48 entreprises et créé 7 filières dans le secteur du BTP.

Au-delà de la formation, le projet propose un accompagnement à l’insertion des jeunes formés qui assureront l’entretien routier, quand d’autres sont insérés dans des entreprises du secteur.

 Chantier-École rentre dans le cadre de la stratégie développée par le Bureau International du Travail et menée en étroit partenariat avec toutes les ressources institutionnelles, administratives, et privées de Mauritanie, actives dans le domaine de l’emploi et de la formation, notamment : la DFTP et l’ANAPEJ du Ministère de l’Emploi, de la Formation, Professionnelle, des Technologies de l’Information et de la Communication, les fédérations et des entreprises du secteur du BTP, les centres de formation professionnelle implantés à Nouakchott, Aleg et Kaédi.

Pour favoriser le travail décent et productif pour la jeunesse, le Bureau International du Travail souhaite associer les médias à cet événement, afin d’informer sur les acquis du projet dans le cadre de la promotion de la formation professionnelle et l’emploi des jeunes en Mauritanie.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Federico Barroeta

Point Focal BIT Mauritanie

Tél : +222 41 64 32 79

Email : barroeta@ilo.org

Les femmes de la wilaya de l’Assaba célèbrent la journée internationale des femmes

Les femmes de KiffaLes femmes de la wilaya de l’Assaba ont célébré, mercredi, la journée internationale des femmes qui coïncide avec le 8 mars de chaque année.

Les festivités marquant cette journée ont été marquées par des chants louant le rôle des femmes au sein de la société et dans l’éducation des générations montantes sur des bases saines.

Dans un mot prononcé pour la circonstance, le wali de l’Assaba, M. Mohamed El Hacen Ould Mohamed Saad, a loué le rôle joué par les femmes de l’Assaba dans le développement local, insistant sur l’intérêt qu’accorde le gouvernement mauritanien, sur instruction du Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, au secteur des affaires sociales, de l’enfance et de la famille.

Il a appelé les femmes de la wilaya à jouer leur rôle au sein de la famille qui est le pilier de la société et dans le développement durable.

Les festivités se sont déroulée en présence du hakem de la moughataa de Kiffa, du maire de la commune de Kiffa et des chefs des services administratifs et sécuritaires dans la wilaya.

Source: AMI