Une nouvelle vidéo scandale sur la fabrication du riz en chine

 Seneweb Videos

Le CSA reçoit un don de 100 tonnes de dattes du Centre Selman des Actions humanitaires et de Secours

Le Commissaire adjoint à la Sécurité Alimentaire, M. Mohamed Ould Mohamed El id Ould Khayar a supervisé, en compagnie de l’ambassadeur du Royaume d’Arabie Saoudite en Mauritanie, SEM. Huzaa Ben Dhaoui Lemthiry, la cérémonie de remise au CSA de 100 tonnes de dattes offertes par le Centre Selman des Actions humanitaires et de Secours.

A cette occasion, le Commissaire adjoint du CSA a indiqué que ce don sera distribué au profit des citoyens les plus nécessiteux dans les villages et les localités rurales dans toutes les zones du pays, insistant sur l’heureuse coïncidence de ce don avec l’approche du mois béni du ramadan.

Il a ajouté que la coopération existant entre le CSA et le Centre Selman des Actions humanitaires et de Secours reflète la profondeur des relations fraternelles entre les deux peuples frères saoudien et mauritanien et le souci permanent des dirigeants des deux pays, Son Excellence le Président de la République Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz et Sa Majesté le Roi Selman Ben Abdelaziz Al Saoud, de voir se renforcer davantage les relations entre les deux pays frères.

Pour sa part, l’ambassadeur du Royaume d’Arabie Saoudite a souligné que ce don entre dans le cadre de la coopération constructive et fructueuse entre les deux pays frères.

La cérémonie de remise du don s’est déroulée en présence du staff du CSA et des représentants du Centre Selman des Actions humanitaires et de Secours.

Source: AMI

Le Président de la République accueille la dépouille de l’ancien Président Feu Ely Ould Mohamed vall

Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a accueilli vendredi soir à l’aéroport international de Nouakchott la dépouille de Feu Ely Ould Mohamed Vall décédé auparavant dans la wilaya du Tiris Zemmour suite à une maladie subite intervenue le même jour quelques heures plus tôt.
Le gouvernement a dépêché un avion spécial pour transporter à Nouakchott la dépouille de l’ancien Président Feu Ely Ould Mohamed Vall et annoncé à cette occasion un deuil officiel de trois jours sur l’ensemble du territoire national.

Au bas de la passerelle de l’avion, le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz était à la tête des accueillants du disparu. Le Chef de l’Etat était accompagné du premier ministre, M. Yahya Ould Hademine, de plusieurs membres du gouvernement, des chefs d’état-major des forces armées et de sécurité et de plusieurs membres de la famille du défunt.

Le cercueil du disparu a été porté par huit éléments de la gendarmerie nationale au-devant d’un auguste cortège funèbre. Le Président de la République a salué les membres de la famille de feu Ely Ould Mohamed Vall et leur a présenté ses condoléances.

Le Chef de l’Etat a ensuite, pris part à la prière du défunt à la mosquée Ibn Abbass de Nouakchott à laquelle ont participé de nombreux citoyens de la capitale qui ont imploré le Tout Puissant d’accueillir le défunt parmi ses élus en son Saint Paradis.

Wa Inna Lillahi Wa Inna Lillahi Rajioune »

Source:   AMI

Journée de la liberté de la presse : l’ONU appelle à protéger les journalistes menacés par la répression

A l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a demandé de faire cesser toutes les formes de répression à l’encontre des journalistes et de protéger ces derniers.

« Les journalistes se rendent dans les endroits les plus dangereux pour prêter leur voix à ceux qui n’en ont pas. Les professionnels des médias sont confrontés à la diffamation, aux agressions sexuelles, aux emprisonnements, aux coups et blessures et même à la mort », a souligné M. Guterres dans un message pour cette journée qui a pour thème : ‘Des esprits critiques pour une période critique’.

« Nous avons besoin de personnalités fortes pour défendre la liberté des médias. C’est là une exigence primordiale pour faire barrage à la désinformation ambiante. Et chacun d’entre nous doit se battre pour défendre le droit à la vérité », a ajouté le chef de l’ONU.

A l’occasion de cette Journée de la liberté de la presse, M. Guterres a lancé un appel « pour que cessent toutes les formes de répression à l’encontre des journalistes – parce qu’une presse libre fait progresser la paix et la justice pour tous ». « Protégeons les journalistes, car leurs mots et leurs images peuvent changer le monde », a-t-il déclaré.


VIDEO: Message vidéo du Secrétaire général des Nations Unies à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse (3 mai 2017). Crédit: ONU L’UNESCO fer de lance de la sécurité des journalistes

La Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a souligné de son côté que « l’existence de médias indépendants et pluralistes n’a jamais été aussi importante pour émanciper les femmes et les hommes, renforcer la bonne gouvernance et l’état de droit, et faire avancer le Programme de développement durable à l’horizon 2030 – particulièrement l’Objectif 16, qui vise à établir des sociétés justes, pacifiques et inclusives ».

« Les médias ne doivent pas se réduire à servir de sources d’information fiables – ils doivent permettre à de nombreuses voix de se faire entendre et mobiliser des forces nouvelles au service de la tolérance et du dialogue.

L’enjeu est clair. Nous avons besoin d’un journalisme original, critique et bien documenté, qui s’appuie sur des règles de déontologie professionnelle exigeantes et sur une éducation aux médias de qualité – allié à un public correctement initié aux médias et à l’information », a-t-elle ajouté.

La Directrice générale de l’UNESCO a souligné l’engagement de son organisation en faveur de la sécurité des journalistes. Selon elle, le meurtre reste trop souvent la forme la plus tragique de censure – 102 journalistes l’ont payé de leur vie en 2016. « Cette situation est inacceptable et affaiblit nos sociétés dans leur ensemble. C’est la raison pour laquelle l’UNESCO est, avec ses partenaires, le fer de lance du Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité à travers le globe », a-t-elle souligné.

« La période critique que nous traversons exige des esprits critiques. J’appelle aujourd’hui chacun d’entre vous à aiguiser vos esprits pour défendre les libertés indispensables à la paix et à la justice », a ajouté Mme Bokova.

AUDIO: Mehdi Benchelah,Responsable principal de projet, Secteur de la communication et de l’information à l’UNESCO répond aux questions des élèves d’Eco Radio, radio 100% développement durable du collège Vincent Van Gogh de Blénod-lès-Pont-à Mousson (France) du réseau des écoles associée de l’UNESCO. Credit: UNESCO

Il faut cesser de diaboliser les médias critiques

De son côté, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression, David Kaye, a demandé aux gouvernements de cesser de diaboliser les médias critiques.

« Tous les jours de l’année, y compris la Journée mondiale de la liberté de la presse, ceux qui pratiquent le journalisme sont confrontés à la censure, à la criminalisation, au harcèlement et, souvent, aux attaques physiques et au meurtre. Les gouvernements doivent agir pour garantir la liberté de la presse, libérer les journalistes détenus et mettre fin à la diabolisation publique des médias critiques », a dit M. Kaye dans un communiqué de presse.

« Le harcèlement des médias par les gouvernements est une crise mondiale », a-t-il ajouté. « Je demande à tous les gouvernements de prendre des mesures pour protéger et promouvoir le journalisme indépendant».

AUDIO: Benoît Laporte Directeur du pôle francophone de France 24 explique ce qui limite la liberté de la presse dans le monde. Il répond aux questions des élèves d’Eco Radio du collège Vincent Van Gogh de Blénod-lès-Pont-à Mousson (France). Credit: Eco Radio

L’expert a en particulier invité les personnes ayant autorité : à libérer tous ceux qui sont détenus pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression ; à abroger les lois clairement incompatibles avec la liberté d’expression ; à prendre des mesures pour enquêter et poursuivre tous les responsables des attaques contre les journalistes ; à résister à la tentation d’ordonner à des sites web critiques de supprimer du contenu ou de bloquer des sources d’information en ligne ; à éviter de surveiller des journalistes ; et à cesser la diabolisation publique des médias critiques.

Source : Mauritania OHCHR

D’ould Mbony : Ils s’estiment victimes d’esclavage et se retrouvent en prison.

Ce mardi ,2/5/2017  M Diallo et H Diallo, auteurs de coups et blessures volontaires  sur la personne  de D Camara dans la localité d’Ould Mbony  dans la nuit du jeudi 26/4/2007  sont déposés à la prison civile de Sélibaby.   Cette décision de justice intervient suite  à un  manque de preuves portant sur l’accusation faite contre D Camara. les deux   jeunes finalement   envoyés en prison    étaient  devant  le procureur  de la république  près du tribunal régional de Sélibaby  le vendredi 30/4/ avant d’être renvoyés  pour  négocier   avec la partie civile. Mais devant le refus des parents de  ce dernier  de négocier  et faute  de preuves palpables  de profanation des propos injurieux  liés à l’esclavage  contre eux, ils  sont placés  en détention préventive.
 Pour mémoire, c’est la révolte dans beaucoup de  localités au Guidimakha, depuis la célébration de la journée du  6 mars 2017.  On saute sur le moindre acte  le qualifiant  d’esclavage. Mais reste à savoir s’il s’agit de conscientisation ou de manipulation .Car après Coumba Ndaw  c’est le tour d’ould Mbony  de faire couler d’encre et de salive  sans pouvoir porter des preuves.
En fin il ya lieu de s’interroger à qui profite réellement  la question d’esclavage au Guidimakha ?
Amadou Bocar ba Ba

Snim: arrêt des trains minéraliers, perte sèche de près de 340 millions d’ouguiyas.

Les conducteurs des trains minéraliers de la SNIM ont finalement décidé un arrêt de travail de 24 heures à partir du 1er Mai. Ce qui laisse entendre l’arrêt total des 4 trains aller – retour chaque jour entre Zouerate et Nouadhibou.

Il est à noter qu’ un seul train moyen est de 150 wagons, dont chacun transporte 80 tonnes de minerai brut. Autrement dit , 4 trains sont au total de 600 wagons, ce qui vaut dire 48 mille tonnes de minerai au total.

Autrement, à peu près 960 Mille usd, ce qui équivaut à 340 million et 800 mille ouguiyas, la perte de la SNIM en un seul jour. Traduit de la page du confrère Ahmed Abou Abdellah Barick.

Source : Zouerate Actu

SNIM: un débrayage annoncé pour le 1er mai

Les employés de la Société nationale industrielle et minière ont annoncé un débrayage de 24H à partir du 1er mai.

L’annonce a été faite lors d’un meeting organisé ce week-end au cinéma de la Snim par les différentes centrales syndicales en présence de l’ensemble du collège des délégués du personnel. Selon certaines centrales syndicales, si jamais l’administration ne satisfait pas à leur plate-forme de revendication, la menace d’une grève générale plane avec le risque de paralyser toute la cité pour une durée illimitée.

Les délégués du personnel ont rappelé leur chapelet de points de revendication qui se résume en cinq points :

Augmentation de 10% avec un rappel à partir du 1er octobre 2014 ; Gratification de cinq salaires à la fin du mois d’avril ; Prise en charge de l’acompte de la fête du maouloud ; Prise en charge de l’économat à hauteur de 45 000 um pour tous les travailleurs ; Réintégration de neuf (09) travailleurs licenciés après la grève de 2015 et recrutement de 13 employés de la sous-traitance dont l’embauche a été suspendue par la société a la suite de la grève.

On rappelle que les travailleurs de la snim avaient observé une grève de deux mois en 2015, une première dans l’histoire de ce géant minier qui peine encore à sortir de la crise qui a affecté le secteur en 2014.

Source : Rimeco

La marche du manifeste des haratines part en rangs dispersés à cause des divergences

Les divergences internes font partir en rangs dispersés, les activités organisées par le Manifeste pour les droits politiques, économiques et sociaux des Haratines, à l’occasion de la célébration de son anniversaire annuel, 12 mois après le décès de son premier leader, feu l’ambassadeur Mohamed Said Ould Hamody.

Alors que l’opposant Mohamed Vall Ould Handiya organise une marche de son bureau du Carrefour Madrid vers l’ancienne maison des jeunes, Boubacar Ould Messaoud et ses amis ont décidé de faire le pas, de la Mosquée marocaine vers la place Ibn Abass.

Si le premier est fortement soutenu par ses anciens compagnons au sein du RFD, le second peut compter sur le soutien de cadres de Tawassoul et de personnalités issues de la majorité présidentielle.

Traduit de l’Arabe par Cridem

Source : Zahraa

L’affaire d’ould Mbony au Guidimakha : Esclavage ou récupérations politiques ?

Il s’est produit dans  de la localité d’ould Mbony, dans la nuit du jeudi 26/4/2007 un différend  qui a opposé  des jeunes  et un autre frôlant la quarantaine de la  famille  camara. De cette dernière  en a résulté une agression qui fait couler des salives. Esclavage ou récupérations  politiques. Un  retour sur les faits s’impose pour  mieux cerner la question :
L’agression  dont est victime D Camara  fait  suite à une banalité consécutive  à l’agitation d’une   malade mentale  du nom  de B D qui   allait s’évader après son retour des soins  de la localité  d’Ajar. Cette dernière   insultait et traité d’esclaves   les personnes qui l’ont  neutralisée  et reconduit. Aux dires des uns, c’est  pour avoir repris  les propos de   cette dernière au téléphone  et en  public que  D camara , la quarantaine,    est   agressé non loin  d’un lieu de commerce où il  se trouvait par  M  Diallo et H.  Diallo  se sentant indexer par ses propos. Des politiques et /ou soit disant cadres qui  profitent de tout  pour se faire entendre interférant ont cherché à compliquer les faits.
 Le  coordinateur  de l’AMDH   sur les lieux des faits   a demandé  une résolution à l’amiable et de réclamer  dans une correspondance adressée au procureur de la république près du tribunal régional de Sélibaby  l’application  de l’article 19  de la  loi 031 -2015  criminalisant l’esclavage et ses pratiques  sur la personne de D Camara  en cas d’existence des preuves palpables de profanation des propos injurieux  en public contre X. En attendant, les deux parties sont renvoyées  au  mardi ,2/5/2017.
Amadou Babacar Ba

ONU : le Polisario s’est retiré du poste frontière d’El Guergarat

Les nations unies ont annoncé le retrait par le Polisario de ses forces du poste frontalier entre la Mauritanie et le Maroc de la localité d’El Guergarat, ce que considère l’institution internationale comme un pas important sur la voie de la reprise du dialogue pour trouver une solution à ce problème.

Le porte parole des nations unies a salué ce retrait qui pourrait, selon lui renforcer l’éventualité de la reprise des négociations avec une dynamique et un esprit nouveaux.

Dans un rapport publié le 10 avril, le secrétaire général des nations unies avait souligné la nécessité du retrait total des forces du Polisario de cette région, inquiet qu’il était de la présence de ces forces dans cette région et des défis qu’elles représentent dans cette zone tampon.

Par des propos fermes, le secrétaire général des nations unies avait déclaré que le problème d’El Guergarat concernait en premier chef le conseil de sécurité et le Polisario dans le cadre d’une nouvelle demande du respect absolu des critères posés par les nations unies pour le règlement de la question du Sahara.

Pendant ce temps le conseil de sécurité décidait de prolonger pour un an seulement le mandat de la MINURSO, c’est-à-dire jusqu’au 30 avril 2018, et a appelé les différentes parties et les pays voisins à coopérer pleinement avec les nations unies, mais aussi entre eux et renforcer leurs engagements afin de mettre fin à l’impasse et s’acheminer vers une solution politique pour la crise.

Le conseil s’est déclaré convaincu qu’une solution politique pour cette crise qui s’est perpétuée et le renforcement de la coopération entre les pays du Maghreb Arabe sont de nature à favoriser la stabilité et la sécurité dans le Sahel.