Vidéo: Mouhamed Oul Abdel Aziz: j’ai convaincu Yahya Jammeh de quitter en moins de 6h

 

 Seneweb.com

Envoyé spécial : Harlit: l’assassinat des journalistes Français en Zone AQMI, ce que l’état Français vous cache

Seneweb Videos

 

Source: Seneweb.com

 

Sénégal: disparition du musicien Ablaye Mbaye

ablaye-mbayeLe chanteur sénégalais Ablaye Mbaye est décédé hier à Dakar après avoir fait un malaise en studio où il travaillait sur son dernier album, prévu pour sortir dans moins d’un mois. Ablaye Mbaye, chanteur non voyant avait 35 ans. Le chanteur Youssou Ndour, qu’il avait accompagné pendant plusieurs années, a regretté le décès d’ «un petit frère».

« Ablaye est décédé » lundi soir après avoir fait « un malaise en studio », a déclaré à l’AFP Guissé Pène, important acteur culturel au Sénégal et un de ses proches. Selon lui, le musicien procédait alors aux « derniers réglages pour la sortie de son album prévue le 4 février, un album intitulé ‘Intérêt général’».

Né en 1981 à Dakar dans le quartier de la Medina, Ablaye Mbaye, à l’état civil Abdoulaye Mbaye, est issu d’une famille de griots. Le jeune garçon, qui est aveugle -il fut pensionnaire de l’Institut national des aveugles de Thiès-, a commencé à chanter à l’âge de 12 ans selon sa biographie officielle. Ablaye Mbaye est l’auteur de quelques albums et de plusieurs chansons à succès dans le pays et la région, notamment Yaay, maag na(«Maman, j’ai grandi» en langue wolof), et a  travaillé avec de nombreux musiciens parmi lesquels Youssou Ndour, Disiz et Kery James.

avec AFP

Selon l’Agence de presse sénégalaise (APS), son premier album, Nila démé, sorti en 1995, a été produit par Youssou Ndour. La star sénégalaise a rendu hommage cette nuit à son « petit frère » sur le réseau Twitter.

Le rappeur Disiz La Peste lui a également rendu hommage dans la nuit dans un communiqué. « Je viens d’apprendre que Ablaye M’Baye nous a quitté. J’avais enregistré avec lui plusieurs morceaux dont un qui a une valeur particulière à mon cœur: Sant Yallah. Mes pensées à sa famille, ses proches et tous ceux qui ont connu l’être chaleureux et lumineux qu’il était. Ablaye était non voyant et je ne sais par quel prodige, à part celui de voir avec le cœur, il arrivait à être si indépendant. Je me souviens de ses mains douces qui serraient les miennes lorsqu’il me parlait en studio. Je me souviens de son rire lorsque je tentais de parler wollof. Mais surtout je me souviens de sa voix la première fois que je l’ai entendu chanter. Je n’ai rien dit parce que le jeune rappeur que j’étais était fier, mais combien de fois et ce soir plus que jamais je pleure en écoutant sa voix touchée par la grâce. Dieu est Grand. Je te souhaite un repos en paix. Merci mon frère. Sérigne M’Baye ».

 

Source: RFI

Débat- C dans l’air – Israël Obama défie Trump

 Seneweb Videos

VIDEO. Ould Essass s’attaque à Cheikh Rida et accuse le regime de négligence envers le dossier Ould M’Khaitir

ould-essassMohammad Bechir Ould Essass, un professeur spécialisé en droit de l’Université française de Strasbourg, s’est attaqué à Cheikh Ali Rida Saeedi, l’accusant d’agiter la rue afin d’influer sur le traitement par les tribunaux du dossier « Ould M’Khaitir ».

Ould Essass qui parlait dans l’émission en arabe « face à face » de france24, consacrée au blogueur Mauritanien Ould M’Khaitir, a reproché aux autorités Mauritaniennes de laisser ce dossier très sensible à la portée des masses populaires, en laissant faire, Cheikh Rida, chef du courant islamiste radical «Nassratou Errassoul», éminent partisan du système Ould Abdel Aziz, qui a organisé des manifestations pour influer les tribunaux.

Ould Essass a expliqué que le gouvernement a commis, dans le traitement de ce dossier, trois erreurs :

1 . Cette question est un « préjudice public » en raison de la sacralité du prophète de l’humanité (PSL), il revient au ministère public via le procureur général de l’assumer au lieu de confier la partie civile à des avocats.

2. L’indifférence des autorités et leur négligence face à la pression populaire.

3. L’internalisation de cette affaire en permettant aux ONG et diplomaties de s’y impliquer.

Pour suivre l’intégralité de cette émission, voir la vidéo ci dessous:

Source : Adrar Info

Sécurité en Mauritanie : l’ambassadeur américain s’éloigne des positions françaises…

produit-espion-4-5_main-1En matière de sécurité comme pour le reste,  curieusement l’ambassadeur américain Larry André tient un discours différent des rapports du département d’état.  Alors que le département d’état confirme les dires de Birame quant à la nature du régime mauritanien en matière de droits de l’homme, son excellence lui se présente en bons termes avec tout le monde même les dignitaires du régime qu’il reçoit avec plaisir à l’ambassade.
Cette fois, il est allé plus loin à Ouadane, en déclarant que pour les USA, il n’y a pas de zone rouge en Mauritanie sauf une petite bande à l’Est et encore c’est l’état mauritanien qui la désigne ainsi puisqu’il faut une autorisation du pouvoir mauritanien pour s’y rendre. En cela il a raison, c’est exactement la position du département d’état sauf qu’on se demande alors pourquoi il est formellement interdit aux employés de l’ambassade américaine de sortir de Nouakchott sans autorisation… Et même avec cette autorisation, ils ne peuvent sortir que pendant les heures de la lumière du jour…
« U.S. Embassy personnel are restricted from traveling outside Nouakchott unless specifically authorized to do so, and then only during daylight hours.  U.S. citizens should take these restrictions into account when planning travel. »

En vérité, l’ambassadeur essaye de  se positionner face à la France très mal vue en la matière, raison pour laquelle on lui donne la parole sur les ondes arabisantes avec cet extrait repris sur Bellewarmedia.
 Echange de délicatesses sachant que l’ambassade de France a fait en premier un communiqué pour dire que ses consignes de sécurité après l’agression de la française n’ont rien à voir avec celles des américains qui mettaient alors en garde leurs concitoyens face au risque accru d’attentat à Nouakchott.
Cette sortie de l’ambassadeur américain ne va pas arranger l’image de la France chez les mauritaniens surtout que le président mauritanien a dit dans le canard Le Monde que même les espagnols ne mettent plus la Mauritanie en zone rouge. Voilà donc la France désignée par tous comme alarmiste.
On ne doute pas que le tranquille ambassadeur de France saura s’expliquer face à ces attaques tous azimuts.  En attendant, nul n’a besoin de lui pour savoir que les espagnols n’étant pas engagés en Syrie ni ailleurs comme la France, ils risquent moins d’être ciblés sauf lors d’une attaque à l’aveugle. Les espagnols font aussi ce cadeau à la Mauritanie car la coopération en matière de lutte contre l’immigration clandestine atteint des sommets. La Mauritanie touche des sous pour cela, les garde-côtes espagnols venant des îles Canaries ne sont pas toujours pour les migrants les anges gardiens italiens et surtout les mauritaniens ont fait de Las  Palmas leur petit Paris, moins cher, plus facile d’accès et ils y seraient mieux reçus….
Les américains quant à eux sont très peu nombreux en Mauritanie par rapport aux français et si l’ambassadeur américain est si satisfait de la sécurité, eh ! bien il n’a qu’à demander à Washington de faire revenir les sympathiques  jeunes filles du corps de la paix qui vivaient au milieu des populations dans le dénuement le plus complet et qu’on voyait partout à Nouakchott marcher à plusieurs et parler toutes les langues nationales.  Elles ont hélas quitté le pays quand régnait l’insécurité, on les trouve encore au Sénégal. Seul leur retour en Mauritanie peut être la preuve manifeste que la sécurité est assurée comme le dit l’ambassadeur US qui invite les touristes à venir comme lui sauf qu’il se promène en convoi blindé…
Halte donc à la propagande et à la politique politicienne sur des sujets si sensibles.
Quant à nos amis français, j’en profite pour dire combien les dernières mesures de sécurité à l’institut sont excessives et inutiles de l’avis de tous les amis des lieux. Le directeur délégué de l’institut, Stéphane B., serait à l’origine de cet excès de zèle sécuritaire. En effet, désormais on arrive devant une porte fermée et il faut taper et attendre pour qu’on nous ouvre… Pourquoi fermer la porte quand l’agent mauritanien à l’intérieur est obligé d’ouvrir de toute façon surtout qu’à l’intérieur le terroriste ne risque pas d’aller plus loin car il y a une autre porte fermée après le passage sous les détecteurs de métaux  et qui ne peut s’ouvrir qu’avec l’aval d’un autre agent mauritanien dans une autre pièce ? Une pensée à  ces agents mauritaniens qui passent 12 heures sans lumière du jour dans moins de 9m2.
Au nom des amis de l’institut, nous demandons au moins que la première porte ne soit pas fermée car de l’intérieur l’agent grâce aux caméras voit tout ce qui arrive et il pourrait fermer la porte en cas de danger sachant que le danger ne viendrait pas de façon manifeste puisque de toute façon après avoir tapé comme tout le monde, l’assaillant pourrait au moins s’introduire dans le sas sans être identifié.
De même pour améliorer la sécurité en face de l’ambassade, il faudrait que les autorités mauritaniennes tirent quelques fils pour éclairer ces bosquets où il règne une obscurité totale sur toute la longueur de l’ambassade côté institut. C’est très inquiétant le soir quand il y a un spectacle pour ceux qui retournent à leur voiture.
Une pensée à la CUN dont la patronne est une ennemie déclarée de la langue française : merci de ne pas laisser une montagne de poubelle devant les chancelleries quelles qu’elles soient même si on peut noter que l’ambassade française est devenue un phare de cette négligence ciblée surtout côté lycée français qui fait tant de jaloux chez les ennemis de la France qui pour beaucoup aimeraient voir leurs enfants bénéficier de cet enseignement vu l’état de notre système éducatif arabo-schizophrène.

Regardez le coup de fil insolite de Yaya Jammeh au nouveau président élu de la Gambie

yaya-jammeh-president-de-la-gambie

Le football féminin(Video)

jahe-liveyourgoals

Affaire Mkheitir : maître Ould Moïne anesthésie un redoutable Mollah en direct…

affaire-mkheitirVu que je ne regarde pas la télé, je vais de temps en temps, souvent tard dans la soirée sur Bellewarmedia pour voir en différé ce qui se passe dans le pays. On y trouve l’essentiel de l’actualité du jour : émissions, faits divers et autres JT officiels. Hier soir je fus donc attiré car une image annonçant un débat entre maître Mohamed Ould Moïneet un alem présenté comme Cheikh Habibullah El Mehdi. Ce Cheikh ne pouvait être que son contradicteur donc quelqu’un de la mouvance pour l’application de la peine de mort à Ould Mkheitir.

Je m’attendais à voir un de ces furieux fanatiques ennemis du débat, agité par la seule volonté d’imposer sa vision par la force des cris à défaut des arguments. Au contraire, on a pu voir un alem comme on en voit pas dans la rue pour cette affaire : un maure posé, parlant doucement comme un juge parfaitement convaincu de son avis, ne craignant en rien le débat, s’exprimant avec une parfaite maîtrise de soi dans un arabe parfait car je n’y ai rien compris ni entendu le moindre terme en hassania comme cela arrive chez nous car justement c’est chez nous. 
En un mot, ce soir-là, Ould Moïne avait devant lui un personnage d’une densité intellectuelle certaine, un homme de savoir. Entre les deux, pour animer le débat, un jeune journaliste relativement sérieux malgré des accès de mauvaise foi pour dénaturer les propos de Ould Moïne qui a eu ce soir-là deux adversaires…
Avant tout, il faut saluer le courage inouï de maître Moïne qui ose venir à la télé montrer son visage à toute la république fanatisée pour débattre sur un sujet qui fit l’unanimité dans la république terrorisée. Il faut oser surtout quand on est la cible sur internet de toutes les attaques et pas des moindres car c’est la peur de ces attaques qui a permis à l’obscurantisme de prospérer en Mauritanie avec la complicité de l’intelligentsia mauritanienne démissionnaire face à la terreur de la rue.
C’est doublement courageux car c’est peut-être aussi inutile car pour convaincre les foules fanatisées, il faut leur parler en hassania car c’est en hassania que la terreur a été imposée or ce soir-là c’est en arabe que le débat a eu lieu donc Ould Moïne ne pourra pas convaincre les foules. Tout au plus pourra-t-il convaincre quelques arabisants de bonne foi mais auront-ils le courage de porter plus loin ses arguments ?  Rien n’est moins sûr…
De plus, maître Moïne qui n’appartient pas à la majorité présidentielle, se retrouve à faire tout le travail juridique et islamique pour défendre la nouvelle orientation du pouvoir dans l’affaire Mkheitir car la Cour Suprême ne peut pas faire autrement que de libérer l’activiste vu la requalification des faits par la cour d’appel et le dossier en matière de repentir.
Ainsi le ministre mauritanien de l’orientation islamique et tous les oulémas qui en dépendent, comme le ministère de la justice, sans parler de tout le reste Haut Conseil de Fatwa aux abonnées absents, Haut Conseil Islamique n’ont plus qu’à rester bras croisés à attendre que Ould Moïne sorte les bons arguments et ose aller seul au charbon, là où sa brûle vraiment à savoir non pas le prétoire mais la scène médiatique.
Hier soir, même si l’émission sur Watanya était entièrement en arabe, je l’ai suivie jusqu’au bout car j’étais curieux de savoir comment l’avocat allait s’en sortir. Connaissant parfaitement le dossier, je n’avais pas besoin de comprendre ce que le mollah avait à dire car je savais qu’il n’y avait qu’une seule façon de l’anesthésier et  Ould Moïne y est allé d’une main de maître…
En fait c’était tout simple comme ligne de défense mais d’une efficacité redoutable.
Maître Moïne s’est accroché au droit de la république islamique de Mauritanie ! Il a dès le début dit combien il respectait son contradicteur le fameux Mollah comme il respecte les savants en général mais il a ajouté que le savoir islamique est immense et on y trouve mille casoù des savants ne sont pas d’accord sur l’interprétation. Il a ajouté que de toutes façons, bien que musulman, il n’a pas les moyens de débattre des sujets de cet ordre, il s’accroche tout simplement au droit en république islamique de Mauritanie.
Il a ainsi expliqué que face à l’étendue de la  diversité de la charia islamique dans le monde, des savants mauritaniens respectés, dont il a cité 3 noms, ont écrit ce droit islamique mauritanien donc c’est ce droit qui représente la charia en république islamique de Mauritanie dans un état de droit. Ainsi en tant qu’avocat et dans un souci de justice, il a dû regarder pour la famille si dans le dossier il y avait matière à plaider ; ce qui est manifestement le cas…
Il a bien précisé que ce que les gens ne comprennent pas, c’est que l’avocat de Ould Mkheitir n’est pas l’avocat de ses idées qu’il est le premier à condamner mais il est son avocat pour qu’on applique à Ould Mkheitir le droit prévu par la république islamique de Mauritanie qui n’a rien à voir avec les interprétations qu’en fait tel ou tel alem hors du cadre de la justice de l’état. Il a aussi rappelé que dans cette affaire, il n’y a pas d’un côté les défenseurs du prophète PSL et de l’autre  celui les avocats de Ould Mkheitir car tout musulman aime et défend le prophète PSL. Il s’agit juste d’une question de justice islamique dans l’état de droit qui prévoit un avocat pour tout accusé comme le font même Daesh et Al-Qaïda avant d’éxécuter quelqu’un.
C’est ainsi qu’il a anesthésié le mollah qui n’avait plus à rien dire pour débattre avec l’avocat. Tout au plus pouvait-il puiser dans son savoir des arguments qui peuvent servir aux juges pour aller dans le sens de la peine de mort en refusant de reconnaître le repentir. Ce n’est pas le problème de maître Ould Moïne qui, même s’il n’est pas ignorant en la matière, n’est pas là pour débattre en savant de la jurisprudence islamique mais en avocat musulman qui se fonde sur le droit de la république islamique de Mauritanie écrit par des savants aussi denses que son contradicteur ou même plus…
Dès que le fin Mollah a compris que le redoutable avocat avait planté un décor de paix et de droit ne laissant nulle place au conflit d’interprétation, l’émission a pris une autre tournure où les échanges difficiles l’ont été qu’entre le journaliste parfois de mauvaise foi et l’avocat qui le rappelait à l’ordre pour ne pas déformer sa pensée en l’obligeant à lire jusqu’au bout la loi de la république islamique de Mauritanie en la matière.
A part ça, la seule fois où Moïne est sorti du cadre de l’avocat, c’est pour parler en tant qu’intellectuel musulman pour interpeller les oulémas sur le danger qui menace les jeunes livrés à internet sans jamais répondre à leurs questions en matière de théologie. Moïne parle d’un décalage entre le savoir des uns et l’ignorance des autres. Un décalage à combler pour ne pas perdre ces jeunes qui se posent des questions et ne trouvent que de mauvaises réponses. Maître Moïne va même jusqu’à craindre que des puissances étrangères n’aillent se servir de ce décalage pour manipuler les jeunes intellectuels maladroits et passionnés.
On se souvient d’ailleurs du fond de l’affaire Mkheitir : c’était un mouvement laïc mauritanien connecté à la mouvance laïque du monde arabe. Des jeunes de la haute société pour la plupart, fils de marabouts pour certains. Il a fallu faire un exemple pour les calmer et le système a pris le maillon faible : un jeune forgeron même si son père était préfet de la république.
L’émission s’est terminée par une question sournoise du journaliste posée au Mollah en mauvaise posture pour qu’il donne son avis à propos des avocats dans une affaire pareille… Je n’ai rien compris à la réponse du Mollah, ce que je regrette car j’aurais bien voulu être parfaitement bilingue et Dieu sait que l’arabe est une belle langue, une langue logique me disent certains européens qui l’apprennent,  mais je sais que le redoutable Mollah a dû donner une réponse pour dire quelque part que l’avocat, tout avocat qu’il est, et malgré son devoir, reste quelque part comptable de l’énergie qu’il met à défendre pareil individu…
Puis l’émission s’est arrêtée. On dit que c’est parce que des fanatiques se sont pointés à Wataniya. J’ai essayé de joindre maître Moïne ce matin pour en savoir plus et qu’il me dise ce que le Mollah a dit exactement mais l’avocat est injoignable à cette heure.

Présidentielle américaine: l’équipe de Donald Trump fait peur

 

 Seneweb Videos