CEDEAO : La force ouest-africaine est ‘prête’ à se déployer au Mali

Abidjan (Xinhua) – La Force en attente de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est « prête » à se déployer au Mali, a déclaré jeudi à Abidjan le chef de l’armée ivoirienne, le général Soumaïla Bakayoko, après deux jours de travaux du Comité des chefs d’état-major ouest africains.

« La Micema (Mission de la CEDEAO au Mali) est prête à exécuter sa mission, à se déployer au Mali« , a indiqué le général Soumaïla Bakayoko qui souligne que la CEDEAO n’attend que la résolution du Conseil de sécurité de l’Onu.

« Nous avons retenu 3 000 hommes qui iront au Mali et nous attendons juste le mandat de l’Onu« , a-t-il ajouté. Le général Bakayoko s’est dit satisfait du « consensus« , de «  l’accord total sur le concept d’opération en ce qui concerne la Micema« .

Il a relevé que « 13 pays sur 15 membres de la CEDEAO seront présents au Mali, aux côtés de leurs frères d’armes maliens« .

Les objectifs de la Micema visent « essentiellement à appuyer, soutenir l’armée malienne pour qu’ensemble nous puissions rétablir l’intégrité territoriale du pays en poussant hors les rebelles et autres terroristes armés qui occupent le nord du pays« , a précisé le général ivoirien.

Il a donné rendez-vous au 9 août à Bamako pour « la planification finale » de l’intervention de la Force de la CEDEAO au Mali.

La réunion extraordinaire des chefs d’état-major de la CEDEAO intervient après une mission technique d’évaluation conduite au Mali du 9 au 18 juillet « sur requête officielle du ministre malien de la Défense« .

La mission a rencontré les autorités politiques, administratives et militaires du Mali, de même que le corps diplomatique, la communauté internationale, les organisations de la société civile et des leaders d’opinion.

« Le Mali est donc d’accord sur l’opération, c’est avec enthousiasme que le gouvernement malien a exprimé sa disponibilité à se faire accompagner par la CEDEAO pour réorganiser son armée, rétablir l’intégrité territoriale et débarrasser le pays de la horde de terroristes narcotrafiquants« , a souligné pour sa part, le représentant spécial du président de la Commission de la CEDEAO, lors des échanges avec la presse.

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind