Célébration Journée internationale contre les violences faites aux femmes

Femme battue

Femme battue

 RIMWEB©  En marge de la célébration de cette journée chaque 25 novembre, dans notre pays, le Comité de Solidarité avec les Victimes des Violations des Droits Humains(CSVVDH) en Mauritanie à travers une cérémonie dans ses locaux a lancé « un cri du cœur contre les viols des filles et femmes en Mauritanie » en présentant du représentant du FNUAP Thierno Coulibali.

Cette journée symbolique placée cette année sous le thème : « Tous ensemble pur une loi criminalisant le viol et des filles et en Mauritanie » a été occasion pour la présidente du CSVVDH Lala Aicha Sy de déclarer que « le viol est considéré dans notre pays comme une question honteuse qu’il faut taire » rappelant que son ONG a enregistré 21 cas de viol dont 2 suivis de meurtre et 4 tentatives de meurtre et 2 victimes actuellement emprisonnées.

Face à la recrudescence du viol, d’après elle une révision de la législation en la matière s’impose à travers l’adoption d’une loi criminalisant  le viol et autres violences faites aux femmes & enfants en Mauritanie.

Selon Me Fatimata Mbaye , présidente de l’Association Mauritanienne des Droits de l’homme « la situation est alarmante » ajoutant «  qu’aucune famille ne peut dormir tranquillement aujourd’hui » à cause du climat d’insécurité. Pourtant notre pays est signataire de plusieurs conventions internationales et régionale relatives à l’interdiction de toute violence faite aux femmes.

 Une valeur promeut par la constitution et autres lois nationales telles que le code pénal, code statut personnel entre autre. L’avocate rappelle que les articles 306 & 309  ne protègent pas la femme et sont même « utilisés contre elles » a dit dans sa brève déclaration. La présidente de l’AMDH s’est aussi alarmé du fait qu’au « quotidien on ne peut parler compter le nombre de filles victime de viol » d’où l’urgence de la mise e place d’une législation forte en la matière.

La présidente du CSVVDH Lala Aicha Sy a plaidé en faveur de la mise en place d’une « loi spéciale permettant de sanctionner toutes les violences faites aux femmes » rappelant que 2 projets et un plaidoyer sont déjà prêts.

Dans le cadre de cette journée, une campagne de 16 jours de mobilisation a été lancée en faveur de l’éradication  des violences faites aux femmes. Cette sensibilisation qui sera marquée par une marche orange se tiendra jusqu’au 10 décembre.

A noter que lors de cette rencontre du CSVVDH soutenu par le FNUAP, des proches de deux victimes  de viols décédées ont témoigné et ont recommandé une assistance psychologique et l’application stricte de la justice afin que les mauritaniennes soient désormais à l’abri d’une telle « situation alarmante ».

Awa Seydou Traoré

RIMWEB

 

 

 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge