CEN-SAD : Alassane Ouattara veut un combat collectif contre le terrorisme et la sécurisation des frontières


Pour lutter contre le terrorisme et sécuriser les frontières des pays sahélo-sahariens, les gouvernements doivent agir ensemble, a déclaré samedi à Ndjamena (Tchad), le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara.

 

 

 

 

 

 
«C’est ensemble que nous devons agir pour combattre le terrorisme et assurer la sécurité dans notre espace commun», a préconisé le président Ouattara.

Président en exercice de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), M. Ouattara s’exprimait au cours de l’ouverture du sommet extraordinaire de la CEN-SAD (Communauté des Etats sahélo-sahariens) devant se focaliser sur focaliser sur la crise malienne et la sécurité dans l’espace sahélo-saharien.

Poursuivant son propos, Alassane Ouattara a indiqué qu’il faut une mobilisation collective face aux crises qui secouent la zone sahélo-saharienne.

«Je voudrais demander à la CEN-SAD (Communauté des Etats sahélo-sahariens) d’exprimer sa solidarité et son soutien au Mali et aux nouvelles autorités de transition en République centrafricaine», a déclaré le chef de l’Etat tchadien Idriss Déby Itno, président en exercice de la CEN-SAD.

M. Déby a souligné que le cas malien doit interpeller tous les Etats de l’organisation et les inciter à accélérer les mesures qui s’imposent pour l’avenir, c’est-à-dire l’activation des forces africaines en attente.

L’Union africaine a décidé la création dans les grandes régions du continent de forces armées en attente pour s’interposer dans les conflits, mais leur mise en place n’est pas encore effective.

Le Tchad, qui ne fait pas partie de la force régionale ouest-africaine, la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA), mandatée pour aider le Mali à reprendre le contrôle du nord du pays occupé depuis plus de neuf mois par des groupes armés islamistes, a promis l’envoi au Mali de 2. 000 soldats.

Au Sénégal, le professeur Abdoulaye Bathily, président du parti la Ligue démocratique (LD, majorité présidentielle) invite les pays africains à exprimer leur solidarité avec le Mali sur le plan militaire mais aussi mettre en commun leurs ressources afin de trouver une solution durable à la crise que traverse ce pays ouest-africain.

«Il faut que la solidarité s’exprime de manière durable surtout sur le plan militaire et mettre en commun nos ressources et ne pas tout le temps dépendre de l’aide extérieure», a dit le professeur Bathily, au cours d’une conférence organisée par les femmes de son parti, samedi soir à Dakar.

Selon lui, «il faut aller vers une solution durable car si cette crise n’est pas réglée, elle sera exportée dans les pays frontaliers notamment le Sénégal, l’Algérie, la Mauritanie, le Niger et le Tchad».

 

KOACI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge