Cérémonies d’abandon des Mutilations Génitales Féminines

Mutilations Génitales FémininesDes activités de sensibilisation sur l’abandon volontaire de la pratique des Mutilations Génitales Féminines (MGF) et du mariage précoce ont été menées, du 25 au 27 janvier derniers, dans les communes d’Azgueilim et de Djadjibinne.

Une initiative développée par l’ONG Actions, avec le soutien de ses partenaires, le MASEF, l’UNICEF et l’UNFPA, qu’on peut dire couronnée de succès et magnifiée, lors de deux émouvantes cérémonies. La première, dans la commune d’Azgueilim, avec la participation de celle de Bokhol, et la seconde, dans la commune de Djadjibinne, qui a regroupé trois autres communes : Debaye Ehl Guelaye, Wali jangtang et Toulel. Au cours de ces manifestations, l’engagement à se défaire, volontairement et définitivement, des pratiques néfastes fut illustré par des sketchs et des chansons, donnant pleine mesure aux messages véhiculés. C’est tous âges confondus et massivement que les populations paraissent avoir compris que l’épanouissement de la femme est incompatible avec certaines pratiques qu’on avait crues, en toute bonne foi, pieuses et saines, alors qu’elles s’inscrivent en faux contre l’islam, d’une part, et porte, d’autre part, atteinte à la santé de la fille et de la femme. Les populations des six communes se sont donc unies pour faire solennellement leur, l’abandon de ces pratiques, avant d’émettre leur souhait de transformer les comités villageois de sensibilisation en comité de vigilance et de veille. Une fois lue leur fatwa, les religieux, imams « ratib » pour la plupart, ont expliqué, en détail, la position de la religion, vis-à-vis des MGF, avant d’engager l’assistance à s’inscrire dans la voie de leur abandon, systématique et sans concession. Puis monsieur Mohamed Lemine Seyfer et monsieur le docteur Yacouba Diagana, respectivement représentant des partenaires techniques et financiers (UNICEF et UNFPA) et coordinateur national de l’ONG Actions, ont remercié les participants, avant de les rappeler à respecter, comme un sacerdoce, leur engagement qui doit être, bien évidemment, accompagné et soutenu pour qu’il se transforme en comportement banal. Les cérémonies ont été clôturées par la coordinatrice régionale du MASEF, madame Saoudatou Ly. Elle a, tout d’abord, remercié les populations, pour leur engagement volontaire à abandonner la pratique des MGF et du mariage précoce, et émis l’espoir que cette décision commune fera date, contribuant à améliorer les conditions sanitaires des filles et des femmes des localités concernées et, partant, de toutes les mauritaniennes.

Source : Le Calame

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge