C’est décidé pour Hamza : faire de la prison ne paye pas !

prison

 Hamza annoncera à l’Intimidation Générale d’Etat  (I.G.E) qu’il va débourser les 350 millions réclamés afin, selon ses termes, d’être libre de ses choix politiques et pour son honneur, il fera un recours auprès de la justice. Nouakchott savait que Hamza le bon vivant ne choisirait jamais d’aller en prison car l’homme de salon ne supporterait jamais ce séjour infamant. Il ne lui restait plus que payer les 30% afin de retarder le couperet mais c’est avoir toujours le canon sur la tempe. Hamza payera donc. Le dilemme est de pouvoir justifier comment il peut sortir 350 millions sans être un banquier. Il paraît que Bodiel aurait fait un prêt chez un baron de la place en attendant que les deux ans passent sans suite afin de pouvoir récupérer la somme.

Hamza lui ne manque pas de soutien. Va-t-il signer sans dire d’où il sort les sous afin d’éviter le piège de l’image d’un élu justifiant l’I.G.E, ce qui n’est pas tout à fait le cas ou va-t-il annoncer d’où il sort l’argent. De toute façon, c’est trop tard pour jouer la carte de « l’appel aux dons » : c’eût été original de voir tous les soutiens dégainer en fonction de leurs moyens.
Hamza va donc payer. Reste une question. Pourquoi l’IGE n’a-t-elle pas enquêté depuis 2006 car apparemment le rapport ne court que sur deux années ? Pourquoi n’y a-t-il eu aucune fuite de part et d’autre ? On semble vouloir ménager Hamza quoi qu’il dise sinon l’état avait les moyens de le mettre à genoux. Peut-être que les comptes validés par les ministères des finances et de l’intérieur ont calmé les ardeurs de l’état car malgré tout  il ne faut pas trop faire n’importe quoi. Peut-être aussi que l’affaire Bouamatou est passée par là et qu’à la veille des élections une facture impossible eût été condamner Hamza à la prison ce qui n’arrange personne.
On dirait qu’on a voulu toucher Hamza au portefeuille, juste où ça fait mal, ni trop fort pour que ça reste supportable ni trop faible pour que ça reste conséquent avec un œil vers dar naïm par cette canicule même si les VIP ont droit à quelque confort. Ould Khattri avait sa clim paraît-il. Ould Debagh s’est vu confisquer son Smartphone. Reste que la prison c’est dur et nul n’y passe longtemps sans se doper à Lexomil avec en sortant une accoutumance terrifiante.
Hamza en payant, reste à l’abri d’un monde sinistre où ne peuvent aller que ceux qui veulent une légitimité à toute épreuve dans leur lutte contre le pouvoir. La prison c’est noble mais pas quand dehors il n’y a personne pour vous supporter autrement que par les mots vides.  Jadis, plus jeune, j’ai entendu des jeunes de tevrag-zeina commenter le cas du  jeune yessa pas Jemal, le petit frère, qui se fit prendre à l’époque pour des graffitis contre le pouvoir féroce. ses amis riaient car disaient-ils « il est devenu bien noir ».
Un anonyme l’a dit : « Hamza faut pas aller dé, la prison bakhoul di» comme si Hamza avait besoin de ce conseil. S’il était allé en prison, il allait être oublié là-bas car le RFD est très fatigué actuellement, la COD n’en parlons pas et cela allait être une excellente occasion pour d’Aziz de nous ressortir son vieux disque qui n’a pas pris une ride «  je n’ai ni ami ni cousin ». Tu parles ! Toujours qu’à un an de la présidentielle, un officier en prison, une ministre au placard, un Hamza en prison, ça démarrait à merveille.
Reste une question : à défaut d’avoir eu entre les mains le fameux rapport, on est surpris en regardant les comptes rendus publics par la CUN. On y trouve un assortiment complet de subventions rien que pour 2012 : « mosquées ( 9,4 millions), mahadras ( 7 millions ), associations culturelles et sportives ( 59,4 millions), œuvres sociales ( 4,9 millions ), communes ( 91 millions), pèlerinages élus et citoyens ( 9 millions) , secours aux indigents  ( 6,5 millions) » . Eh bien on pourrait croire qu’avec tous ces tiroirs, tout type de subvention pouvait tenir  pourtant le second montant le plus élevé accordé c’est 78 millions pour « autres subventions ». Alors question : c’est quoi ces autres subventions qui représentent le deuxième budget qui ne sont ni les mosquées, ni les mahadras, ni les associations culturelles, ni les œuvres sociales, ni les communes, ni les pèlerinages élus et citoyens, ni les secours aux indigents ?
Nous aimerions avoir une réponse à cela même si ça ne doit pas être difficile.
Pour le reste, 50.000 de crédit téléphone à un président assit sur 3 milliards c’est un peu mesquin, ne parlons pas de 25.000 par vice-président. A ce tarif, c’est vrai qu’il reste le bonus Mechili.

Cela dit, malgré tout ou pour tout, nous disons : «  touche pas à mon chriv ! » car Hamza est constructif et non un maire au rabais…

Source : Vlane

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge