Chami n’est pas Tokyo

Le torchon brûle entre la société nationale ISKAN et les populations traditionnelles de la localité de CHAMI. Certains observateurs ont approuvé les chemirevendications des autochtones et se sont ralliés avec eux pour dénoncer ce qu’ils appellent la mauvaise gestion de la société ISKAN et ce depuis son installation à CHAMI.


Le principal problème qui oppose les autochtones à la dite société, c’est l’attribution frauduleuse de parcelles, Certains ont compris que des choses pas claires se passaient. Selon une source proche de la société ISKAN la plupart des parcelles ont déjà été attribuées à des personnalités puissantes et influentes.

Malgré cela, la société ISKAN avait promis de satisfaire tout le monde, seulement voila le prix d’un terrain nu dans cette campagne (CHAMI) est cent fois plus élevé qu’à Nouadhibou (capitale économique et zone franche), Une tarification mise en place pour exclure, de manière efficace et définitive, les pauvres mauritaniens qui sont à la recherche de leur gain quotidien.

Le Président de la République Mohamed ould abdel AZIZ doit intervenir à CHAMI au plus vite. C’est ce que demandent les pauvres mauritaniens. les prix des terrains doivent également baisser comme la logique le veut, Chami n’est pas Tokyo qui est une métropole en quête d’espace, CHAMI est avant tout un désert aux espaces infinis avec des vastes étendues sans limites qui peut accueillir aisément plus de trois million de personnes soit la population Mauritanienne .

ASSOCIATION MAIN PROPRE
AMP_ Nouakchott

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind