Changement de Ministre de la Jeunesse et des Sports : Hypocrisie quand tu nous tiens !

ministre Coumba Ba PHOTOHypocrisie quand tu nous tiens ! C’est le maître mot qui s’applique aux cadres de la jeunesse et aux sports après le remaniement ministériel qui a occasionné le départ de la jeune ministre, Houleimata Sao. Adulée, il y a quelques jours, la jeune ministre est traitée de tous les mots par ceux qui la couvraient de louanges.
Pauvre Mauritanie et pauvres ministres débarqués ! Ce lundi dans les locaux du ministère de la jeunesse et des sports, ils sont nombreux à se bousculer pour voir la nouvelle ministre Coumba Ba et surtout à vilipender l’ancienne ministre : « Je savais qu’elle ne va pas durer », dit un haut cadre.
Un autre s’approche pour ajouter qu’elle est incompétente et que sa nomination était d’ailleurs une erreur de casting : « Je me demande comment on a pu la choisir ». Bizarrement parmi ces cadres, certains ont été pourtant «sortis » des cendres par Houleimata Sao dont ils étaient les plus proches collaborateurs.
Aujourd’hui chacun tient à apporter son petit commentaire veineux comme s’il s’agissait de passer une nouvelle allégeance et marquer des points chez la nouvelle que certains qualifient déjà de « cadre expérimentée et compétente ». Qu’en savent-ils ?
Triste Mauritanie et triste comportement des cadres de la jeunesse et des sports qui n’arrivent toujours pas à comprendre que l’échec de Houleimta Sao, si échec il y’a, est bien le leur. Ce sont bien eux qui la conseillaient et qui la prenaient même en otage au point de l’étouffer.
A aucun moment, ils n’ont eu l’audace de lui dire la vérité par rapport aux principaux dossiers préférant rester dans le flou et les règlements de compte (c’est le cas notamment du dossier du projet de l’Union Européenne). Ce n’est certainement pas la faute de la ministre sortante si le contrat de Corintin Martins n’est pas signé jusqu’à présent et que les activités n’ont pas démarré et les délégations régionales pauvres et oubliées.
Ce n’est pas la faute de la ministre, si elle n’a fait qu’une seule communication en conseil des ministres en 5 mois. Toute cette situation est imputable aux cadres de la jeunesse et des sports, pour la plupart dépassés, qui ne voient pas plus loin que le bout de leurs chaussures.
Occupés à se déchirer, ils ont oublié qu’ils ont une mission. C’est dur mais c’est la vérité qui m’amène à penser que ce département, longtemps souhaité, ne peut exister tout seul, comme le pensent de nombreux observateurs. Coumba Ba, qualifiée déjà d’experte, risque de se retrouver dans la même situation parce qu’un ministre sans une bonne équipe ne fait pas un ministère.
Certes, la nouvelle ministre a pour elle son expérience mais elle aura besoin de cadres compétents pour mettre en pratique la politique de son département. Elle devra vraiment faire un tri difficile pour aller chercher les cadres « enfouis » qui ont de l’ambition encore. Difficile, difficile parce « qu’à force de remuer l’eau on ne trouve jusqu’à présent que de l’argile.

Mohamed Feily dit Antar

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge