Cheikh Béthio Thioune impute son long séjour en prison aux marabouts de Touba

Cheikh Béthio Thioune est le grand absent de la 118ème édition du Grand Magal de Touba qui vient d’être célébré mardi dernier. Ses disciples l’ont fêté sans leur guide qui se trouve actuellement entre les mains de la Justice pour l’affaire de Médinatoul Salam. Actuellement admis au Pavillon spécial de l’hôpital Aristide Le Dantec, le Cheikh reçoit la visite de ses talibés qui lui donnent un compte rendu détaillé du Magal et le adiya des talibés. Nos confrères du Quotidien ont infiltré l’univers carcéral du Cheikh, voici quelques révélations qu’ils ont pu obtenir.

D’après Le Quotidien, le Cheikh, « les yeux perdus dans le vide, sourire aux lèvres, il écoute les retransmissions en différé des dieuwrignes très prolixes sur le succès du magal, les troupeaux de bœufs, chameaux, moutons et chèvres qui ont été acheminés à la cité religieuse pour régaler les hôtes. A sa droite, est accroupi un de ses chambellans tout sage, il compte les liasses de billets de banque en coupure de 10 et 5 mille francs Cfa. Ailleurs, en tendant l’oreille, on capte les commentaires sur une plaisanterie de la directrice de cet établissement qui voulait savoir où sont les 200 millions de francs Cfa en guise de adiya (don) vantés par (les) talibés dans la presse ». En réponse, Béthio Thioune a ouvert grand les yeux pour dire : « Quels 200 millions ? Il n’y a jamais été question de me donner 200 millions en guise de adiya. Qui a dit cela ? C’est du n’importe quoi ! ». Les thiantacounes lui expliquent que la presse en a fait ses choux gras le matin même (hier). « Cet argent que nous recevons ici, je n’y prête même pas attention. Il ne fais pas 200 millions » a-t-il précisé. La générosité de ses visiteurs avait quand même formé un très respectable tas de billets de banque que le chambellan trie avec minutie avant de les refourguer dans un sachet en plastique. Un joli paquet qui doit bien faire quelques millions. C’est le moment choisi par un dieuwrigne, dithyrambique, pour s’entretenir à voix basse avec son guide qui approuve par de vigoureux signes de la tête. Le talibé, après sa messe basse, remet le sachet bourré de billets de banque. Il poursuit son récit et décerne une mention spéciale à la dernière épouse de Béthio pour s’être surpassée lors de ce magal. D’un regard attendri, il demande de plus amples informations sur les hauts faits de son épouse et commente, sous le ton de la confidence : « Elle est clairvoyante et généreuse durant le magal. J’aime cela ».

Et nos confrères de poursuivre : « Après s’être laissé rapporter les propos élogieux de Serigne Modou Kara Mbacké à son égard, il acquiesce et confirme : « Kara est loyal. Il s’est rappelé ce que j’avais fait pour lui alors que je servais dans l’administration à Touba. Ceci date de 1984. S’il s’en souvient toujours, c’est à son honneur ». Pourtant d’après certains de ses talibés, plusieurs personnes influentes à Touba seraient réjouies par l’incarcération de Béthio Thioune qui les « gêne ». Sans verser dans la polémique, il accuse : “Si je suis resté toujours là (en prison), c’est bien à cause d’eux. Ce qu’ils ignorent c’est que j’ai confiance en Serigne Saliou ».

Source : REWMI

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind