CHINGUITEL L’OPERATEUR QUI GAGNE BEAUCOUP ET DE BÉNÉFICES ET LES ABONNÉS CONSOMMENT

Le slogan de l’opérateur de téléphonie Chinguitel: « Avec chinguitel plus que vous n’imaginiez » se confirme tous les jours mais pas de la façon dont on pourrait l’imaginer. En tout cas c’est ce qu’a appris à ses dépends un client de cette société qui est venu nous voir pour nous raconter sa mésaventure.

B. nous dit avoir sur son smart phone d’abord un solde de plus de 8 000 Um avec lequel il ne put effectuer que deux appels, l’un de 73 secondes et l’autre de 10 Secondes à destination de l’Espagne. Lorsqu’il s’enquit du détail de sa facturation on lui répondit qu’un peu plus de mille ouguiya avaient été dépensé pour les communication, un peu plus de 4000 pour la connexion internet et le reste on ne savait pas.

Devant cette réponse pour le moins bizarre du service commercial de Chinguitel. B. achète un crédit de 1000 ouguiya et au bout de 14 secondes de communication avec Mauritel un message de fin de crédit lui parvient de Chinguitel. Il remit 500 UM qui finirent au bout de quelques secondes.

Devant ce pompage inadmissible de son crédit, B demande à Chinguitel, comme c’est son droit, d’avoir une facturation détaillée de sa consommation, mais depuis une semaine les employés de chinguitel le revoient l’un l’autre sans vouloir lui donner la facture. B est tenace et par principe ne veut pas être grugé de cette façon.Il dit « je suis persuadé que je ne suis pas le seul dans ce cas mais l’ignorance de leur droit et le fatalisme des mauritaniens les amènent à ne pas protester ou essayer de recouvrer leur droits. »

B. a écrit à l’Autorité de Régulation multisectorielle et veut s’adresser à l’Association de défense des droits des consommateurs pour faire valoir son droit et éviter que les opérateurs ne continuent à prendre à la légère le service offert à leurs clients. On se rappelle qu’il ya quelques mois le même opérateur avait utilisé dans l’une de ses campagne les photos d’un jeune homme décédé et ce sans l’autorisation de quiconque. Devant leur désarroi, quelqu’un conseille aux ayant droits de s’adresser à l’entreprise pour retirer les affiches. Mise devant le fait accompli, Chinguitel tergiverse et finit par renvoyer les parents du défunt à l’agence de Publicité qui a conçu la campagne.

L’agence marocaine en question qui avait utilisé des photos d’un DVD sur le tourisme en Mauritanie confie le dossier à son avocat qui prend contact avec la famille pour un éventuel dédommagement. Et, comme il s’agit d’une famille pauvre et qui ne connaît pas ses droits, ils sont quasiment obligés d’accepter les 500 000 ouguiyas que leur offre l’avocat en guise de dédommagement par l’agence Idéo. Et en l’espèce, l’auteur de la photo est en droit de demander une indemnité pour utilisation abusive du droit d’auteur et les ayant droits une rémunération conséquente pour la prestation réalisée avec le cliché incriminé.

Alors que Chinguittel qui a dépensé plus de cent millions de dollar pour l’acquisition de sa licence et qui réalise un chiffre d’affaire qui se compte en milliards d’ouguiya n’accepte de verser que moins de deux milles dollars en guise de dédommagement à une famille dans pour compenser un droit violé.

Aujourd’hui, les impressions sur cette société restent très mitigées. Les clients de Chinguittel comptent plus de mécontents que de satisfaits.

En effet, tous les privilèges annoncés sont restés jusqu’à cette date des promesses, estiment des abonnés Chinguittel. Allusion bien sûr faite à la faiblesse du réseau, à la cessation des avantages promotionnels, à l’irrespect des tarifs, à la mauvaise qualité des terminaux et aux couvertures incomplètes. Toujours dans cet élan de mécontentement contre Chinguittel que d’aucuns croyaient une alternative salutaire aux 2 autres opérateurs, certains clients ne cachent pas leur amertume et leur regret d’avoir changé trop vite d’opérateur.

Un autre client se qualifiant d’arnaqué dit : « je fais partie de ceux qui ont essayé cet opérateur et je vous confirme que cela n’en valait pas la peine. Il m’est impossible de connaître le solde de mon crédit. C’est une arnaque judicieusement organisée avec le silence complice de l’Autorité de régulation».

BC


Publicité

Mauritel

Speak Your Mind