Claude Guéant,Bourgi ,Bouamatou et le Putsch de 2008 en Mauritanie

gueant-bourgie-bouamtou et aziz

Dans les dossiers gérés directement, et en toute opacité par l’Elysée, figurent les relations avec un certain nombre de nations avec lesquels la France est en délicatesse – Rwanda, Angola – ou des pays où se sont produits des coups d’Etat, condamnés par la communauté internationale.

C’est le cas, dans ces années-là, de Madagascar et de la Mauritanie. Un cas emblématique. «Jusqu’au coup d’Etat de l’été 2008, le pays était suivi par le quai d’Orsay et par l’Intérieur, se souvient un haut responsable diplomatique. Après le coup d’Etat du colonel Mohamed ould Abdel Aziz, la cellule Afrique de l’Elysée a adopté une position très ferme contre les putschistes. Romain Serman [l’un de ses membres] ne décolérait pas… Jusqu’à ce que Claude Guéant prenne en charge le dossier.» En juin 2009, le nouvel homme fort mauritanien est reçu par Guéant à Paris. Ce qui vaut reconnaissance officielle. Côté français, le processus de réconciliation a été conduit par Robert Bourgi et, côté mauritanien, par l’homme d’affaires Mohamed ould Bouamatou. Dans le cadre de l’enquête sur Guéant, une série de commissions rogatoires ont été lancées, dont l’une concerne la Mauritanie.

Source : Liberation

Publicité

Mauritel

Comments

  1. Bouky says:

    la verité se saura un jour

Speak Your Mind