CLTM: Un atelier de formation sur les techniques de dénonciation et d’interpellation des pratiques de l’esclavage en Mauritanie

Cltmformation

L’Etat mauritanien est en train de duper la communauté internationale sur les  pratiques esclavagistes  dans le pays », a affirmé  M. Samory  Ould Beye, secrétaire  général  de la confédération  libre des travailleurs de Mauritanie (CLTM), lors de l’ouverture, ce lundi matin, à l’hôtel Chinguetti Palace  d’un atelier de formation sur  les techniques de dénonciation et d’interpellation  de l’esclavage  en Mauritanie.

Dans un discours prononcé   à cette occasion en présence de Francisco Sancho Lopez, coordinateur général  de la coopération espagnole en Mauritanie,  principal  bailleur de fonds du projet, le secrétaire général de la CLTM, après avoir remercié  l’AECID  pour son appui constant, a accusé le pouvoir en place de «détourner les fonds  d’appui à la lutte contre l’éradication  du fléau de l’esclavage,  au profit des esclavagistes eux-mêmes». Poursuivant  son propos, Samory Ould  Beye affirme que la Mauritanie, en dépit des ratifications es conventions internationales  « reste  la dernière  poche où  sévit  et  persiste encore ce phénomène odieux dans toutes ses formes.»  Le secrétaire général de la CLTM a déploré  cette situation de fait  et exprimé le souhait  de voir l’Etat mauritanien  « manifester une réelle volonté ce fléau  et de créer des conditions propices à une société de justice, d’égalité et de citoyenneté ».  Pour Ould Beye, ce sont là des conditions pour la consolidation de l’unité nationale, de la cohésion sociale, du respect des droits fondamentaux de l’homme. La CLTM œuvre pour la réalisation de ces idéaux a rappelé le SG  de la  CLTM.

Auparavant, le coordinateur général de l’AECID s’est réjoui  d’assister à l’ouverture de l’atelier de formation  sur les techniques de dénonciation et d’interpellation de l’esclavage. Francisco Sancho Lopez  a rappelé les engagements de la coopération espagnole, à travers  son programme MASAR dont l’objectif est d’appuyer les organisations de la société civile dans le domaine des droits de l’homme  dans  les pays  de la  région. Le coordinateur de l’AECID a souhaité  que l’atelier contribue  à honorer la devise  de la République islamique de Mauritanie, à savoir «Honneur – Fraternité –Justice.»

Durant trois jours, les participants venus de l’intérieur du pays mais aussi de Nouakchott vont plancher sur « techniques de dénonciation et esclavage », «  Technique d’interpellation et esclavage » ; ils élaboreront  enfin  une proposition  de stratégie  syndicale de sensibilisation de dénonciation  et d’interpellation vis-à-vis de l’esclavage.

Lecalame

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge