CNDH : Communiqué.

La Commission Nationale des Droits de l’Homme a appris et constaté avec surprise et consternation les actes de torture et de mauvais traitements infligés par des gardes pénitentiaires à trois détenus de la prison de Dar Naim à Nouakchott le 1er octobre 2012. Un des détenus est décédé.

La CNDH regrette ces événements, présente ses condoléances a la famille du défunt et souhaite un prompt rétablissement aux autres. La CNDH déplore et condamne de telles pratiques qui sont contraires aux principes de notre sainte religion l’islam, violent le code pénal et le code de procédure pénale et s’inscrivent en faux par rapport aux engagements internationaux de la Mauritanie en matière de prohibition et de prévention de la torture.

La CNDH note avec intérêt la réaction rapide des autorités et l’arrestation des mis en cause ainsi que l’ouverture immédiate d’une enquête administrative et judiciaire conformément aux dispositions de la convention des Nations contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants et du protocole facultatif s’y rapportant dont les instruments de ratification viennent d’être déposés par la Mauritanie auprès du Secrétariat Général des Nations Unies.

La CNDH recommande à l’Administration de rendre publiques les conclusions de telles enquêtes et de traduire en justice les auteurs de ces actes. La CNDH suggère à l’Administration d’entreprendre sans délai des campagnes de formation et d’information sur la prévention et l’interdiction absolue de la torture au profit des personnes chargées de l’application de la loi.

Nouakchott Le 02 Octobre 2012


Publicité

Mauritel

Speak Your Mind