Colloque international de Nouakchott sur la liberté de presse : Pour la création d’un réseau de journalistes pour le G5 Sahel

reseau_journalistes_00_21Le Syndicat des journalistes de Mauritanie (SJM) a organisé son 2ème Colloque international sur la liberté de la presse enAfrique et dans le monde arabe.

Du 3 au 4 avril 2016, les journalistes mauritaniens et ceux venus de la sous-région ont ainsi débattu sur plusieurs thèmes relatifs à l’exercice de leur profession, en présence du président de la Fédération internationale des journalistes (FIJ), Jim Boumelha et de la présidente des journalistes africains, Maria Louisa De Cafarlo. A la fin des assises, il a été proposé la création d’un réseau des journalistes du G5 Sahel.

Pas moins de cinq journalistes et présidents de syndicats de presse de la sous-région, Sénégal, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad, ont participé au 2ème Colloque international de Nouakchott sur la liberté de la presse en Afrique et dans le monde arabe. Pendant deux jours, les professionnels des médias ont assisté à plusieurs communications relatives aux conditions d’exercice de leur métier.

La cérémonie d’ouverture du colloque a été ouverte, dans la confusion, par le nouveau ministre de l’Equipement qui assurait l’intérim de la ministre des Relations avec le Parlement, pourtant présente à Nouakchott.

Il faut dire que le colloque organisé par le SJM a été perturbé par une incompréhensible dissension entre les membres du syndicat et l’ancien ministre des Relations avec le Parlement, Mohamed Lemine Cheikh, expliquant selon certains, son transfert vers le ministère de la Culture. Ce colloque a également réveillé les vieilles divisions au sein des acteurs du milieu.

Dans l’ensemble, le SJM aura cependant réussi son pari, en menant jusqu’à son terme l’évènement qui a été couronné le lundi 4 avril 2016 par les lectures des rapports issus des communications ainsi qu’un certain nombre de recommandation.

Parmi celles-ci, l’idée d’un réseau des journalistes du G5 Sahel qui se fixe pour objectif d’épauler les états membres dans leur lutte contre le terrorisme et l’extrémisme à travers l’arme de la communication.

Les participants ont également recommandé la création d’un Observatoire des libertés de presse en Afrique et dans le monde arabe, la refonte des lois organisant la presse dans ces deux régions en vue d’y bannir les peines privatives de liberté pour les journalistes, la suppression du contrôle et de la confiscation relatifs à la publication et l’allègement des amendes pénales à l’encontre des entreprises de presse et les journalistes.

Les participants au colloque de Nouakchott ont également appelé pour une plus grande protection des professionnels des médias dans l’exercice de leur profession, et d’élever les crimes commis contre les journalistes au rang de crimes contre l’humanité. Ils ont enfin lancé un appel pour la libération du journaliste mauritanienIshaq Ould Mokhtar détenu en Syrie depuis plus de deux années.

Plusieurs panels ont été présentés au cours des deux jours, « Liberté de presse dans le monde, en Afrique et dans le monde arabe : réalités et défis », « Réalités des libertés en Mauritanie », « Droits des journalistes et réalités des entreprises de presse », « le Genre dans la presse, questions à l’assistance et traitement » et enfin, « la presse des jeunes, réalités et défis »

MOMS

Source : L’Authentique

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge