Commémoration de la journée internationale de la liberté de presse


La Mauritanie a commémoré jeudi, à l’instar de la communauté internationale la journée internationale de la liberté de la presse, célébrée cette année sous le thème: « Les voix nouvelles: la liberté des médias aide à transformer les sociétés ».
L’évènement a été marqué par une cérémonie présidée par le ministre de la communication et des relations avec le parlement, Me. Hamdi Ould Mahjoub et en présence de certains membres du gouvernement et de hauts responsables de la presse.
Dans son mot pour l’occasion, le ministre a précisé que la célébration du 03 Mai coïncide, cette année, avec le 21ème anniversaire de la Déclaration de Windhoek qui a appelé à l’émergence d’une presse indépendante, pluraliste et libre. « Conformément à l’esprit de l’article 19 de la Déclaration Mondiale des Droits de l’Homme, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté une journée mondiale de la liberté de presse deux ans après la déclaration de Windhoek, soit le 03 Mai 1993″, poursuit-il..
Parlant du contexte mondial caractérisant cette manifestation, le ministre a indique que cette journée intervient, également, dans un contexte mondial particulier dont la caractéristique majeure est la rapidité des changements et la complexité des situations politiques et économiques, en plus de l’expansion du phénomène du terrorisme, du crime organisé, des conflits et des guerres.
Il a ajouté: qu’ »une telle situation invite la presse à méditer son rôle et à remettre en cause son approche « classique » afin de créer une dynamique nouvelle de manière à s’assurer un rôle plus efficace et plus positif dans le changement ».
Au sujet de l’exercice de la liberté de la presse, Me. Ould Mahjoub a précisé que les pouvoirs publics mauritaniens soucieux de préserver à la presse sa contribution au contrôle de l’action publique et à la consécration de la culture de la différence, pour mieux soutenir l’ oeuvre de développement global, ont adopté une approche communicationnelle de nature à garantir la liberté des journalistes et à jeter les bases d’une presse juste, honnête et objective.
« Car, seule cette presse peut défendre les libertés et les fondements d’un Etat de droit, de bonne gouvernance, un Etat où le citoyen pauvre et marginalisé trouve sa place, dans le respect strict des valeurs, des constantes civilisationnelles de la Nation et de l’intérêt suprême ».
C’est cette presse là, dit-il, que nous voulons pour notre peuple et notre pays », note le ministre, réitérant sa conviction que cette volonté ne peut se réaliser que par l’effort des journalistes eux-mêmes.
S’adressant aux journalistes, Me. Ould Mahjoub a fait remarquer que « la relation étroite entre liberté et responsabilité exige du journaliste le respect des lois en vigueur régissant l’éthique et la déontologie, la protection de la dignité et de la vie privée des personnes, le refus de toute forme de chantage et de violence ».
Il a, à ce sujet, tenu à réaffirmer « le souci du président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz et l’attachement du gouvernement à sauvegarder, préserver et renforcer davantage la liberté de la presse en tant que droit reconnu par la Constitution ».
« Mais il nous revient en cette circonstance de méditer sérieusement la nécessité d’assainir le secteur des médias.
Il a averti que « Malgré la volonté du gouvernement, une telle mission demeure tributaire de l’action des journalistes qui sont, en dernier ressort, les responsables et les premiers bénéficiaires de l’opération d’assainissement et de réforme ; une œuvre qui passe, avant tout, par la création d’entreprises de presse réelles, capables d’assurer à leurs employés des salaires convenables et réguliers et une vie décente ».
Au sujet de l’état de la liberté de la presse, la Mauritanie, selon le ministre, en tête du palmarès des pays arabes, est fier de la place qu’il occupe parmi les Etats et Nations les plus respectueux de la liberté de la presse.
Et de noter que la dépénalisation du délit de presse ayant abouti à la suppression des peines d’emprisonnement des journalistes est un acquis inestimable et une victoire de la démocratie et des défenseurs de la liberté et de la justice.
Parlant de l’action de son département, le ministre a évoqué l’application des dispositions de la loi relative à la libéralisation de l’espace audiovisuel qui, pour la première fois dans l’histoire du pays, a autorisé des radios et télévisions privées, notant que l’opération de restructuration et de réforme des médias publics est entrée dans ses phases finales et, au bout d’un mois, la radio et la télévision publiques seront transformées en sociétés anonymes de service public.
Les activités commémoratives ont été marquées par la signature la signature des cahiers de charges déjà signés par la HAPA en ce qui concerne Radio Nouakchott et la chaîne de télévision Maurivision, qui pourront, ainsi, lancer la diffusion.
Les participants ont suivi également des exposés sur le projet de la maison de presse, les réalités et les perspectives de la liberté de presse en Mauritanie, la situation de la femme journaliste dans l’espace médiatique ainsi que les technologies nouvelles de l’information et de la communication entre responsabilité et liberté.

Source : AMI

Toute reprise partielle ou totale de cet article  devra faire référence à  www.rimweb.info

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge