Comment une dame m’a transformée en lesbienne?

« Dis-moi qui tu fréquentes et je te dirais qui tu es! » Cet adage peut bien s’appliquer à moi. A force de lesbiennesfréquenter une dame hors du commun, je suis devenue comme elle. Je vous livre mon histoire pour vous permettre de savoir comment j’étais devenue lesbienne.


A l’époque j’avais 23 ans. Je suis une femme divorcée, mère d’un enfant. j’étais mariée à un émigré qui ne restait pas longtemps sur place. Il séjournait à l’étranger pendant six mois ou un an. Je suis issue d’une famille modeste et j’ai eu la chance d’avoir de bons parents. Ces derniers m’ont donné une éducation exemplaire, me permettant d’affronter la vie. J’étais élève et je faisais plusieurs fois des va-et-vient à l’école. Entre temps, j’ai fait la connaissance d’un homme en qui j’avais confiance. Convaincu de son sérieux, je l’avais présenté à mes parents. Ces derniers n’ont pas hésité à lui donner ma main. J’étais vierge, je suis tombée en état de grossesse lors de nos premiers rapports sexuels. Il m’avait amené à la maison conjugale qui était différente de celle de ses parents. J’étais en effet seule dans cette concession. Ce qui ne m’empêchait pas d’avoir de très bons rapports avec ma belle famille.

Arrivée dans mon quartier, j’avais fait le tour des maisons. Je me suis présentée à mes voisins comme le recommande la coutume sénégalaise. Un geste qui m’avait permis de faire la connaissance d’une dame pouvant avoir l’âge de ma mère. Elle était apparemment riche et habitait dans une très belle villa. Par la suite, j’étais très liée à elle puisque je la considérais comme ma propre mère. Durant toute ma grossesse, je me rendais rarement au domicile maternel. C’était elle qui s’occupait de moi et me massait avec du beurre de karité. Elle n’avait cessé de le faire jusqu’à mon accouchement. Le baptême n’a pas été célébré en grande pompe puisque mon mariage l’avait été. Je continuais à fréquenter la dame qui était trop attachée à moi. Même si on m’avait présentée à d’autres personnes. A chaque fois que nous nous voyions, cette dernière me caressait les bras en me faisant la bise. Je n’avais aucune arrière-pensée par rapport à son comportement pensant que cela était tout à fait normal. Je m’étais trompée puisque celle-ci m’aimait. Elle menait une vie de lesbienne. Au début, cela n’avait aucun effet sur moi. Par la suite, j’ai commencé à ressentir ses caresses. Je répondais par conséquent à ses provocations.

Ne subissant plus, j’étais devenue sa petite amie. Nous avions ainsi commencé à mener une vie de lesbienne. La dame avait un mari. Celui-ci décédé, elle s’est retrouvée toute seule. Elle a mené cette vie pendant longtemps avant notre rencontre. Cette dame faisait des choses incroyables, à un moment donné, j’éprouvais en quelque sorte beaucoup plus de plaisir en sa compagnie qu’avec mon mari. Il faut dire que je suis tombée dans son piège à cause des absences répétées de mon mari qui duraient plus de six mois n’avaient plus aucun effet sur moi. On communiquait de moins en moins. Quand il m’annonçait son retour, je devenais nerveuse. Je ne voulais plus de sa présence à mes cotés. J’étais tombée amoureuse de la dame qui me la rendait bien. Mon attachement envers elle était manifeste. Cela avait même attiré l’attention de mon enfant au point que celui-ci me demandait pourquoi la dame m’embrassait. Je l’avais menacé la première fois qu’il m’a interpellée. Quand mon mari est venu, mon rejeton était allé jusqu’à tenir de tels propos devant mon époux. Cela n’avait pas manqué de me tenir mal à l’aise. J’avais peur que mon mari ait des soupçons. La question que mon enfant me posait devant lui avait fini par lui mettre la puce à l’oreille.
Comme nous menions une vie de lesbienne, je profitais des absences de mon mari pour me donner à elle car je ne pouvais plus lui résister. Mon mari a posé des questions à notre fils pour avoir plus de détails de ce dont il parlait. Après mon mari m’a tendu un piège pour vérifier les déclarations de notre fils.

Un jour mon mari a fait semblant de retourner à l’étranger pour une urgence sur son travail. Il avait refusé que je l’accompagne à l’aéroport disant que ça n’en valait pas la peine. J’avais fait plus de dix jours sans avoir de contact avec la dame. Et pourtant j’avais l’habitude d’aller chez elle, c’était plus discret et plus confortable. Mais ce jour-là, par malchance, on s’était retrouvée, la dame et moi dans ma chambre, quelques minutes après le départ de mon mari. Lorsque celle-ci venait me voir, je m’arrangeais à libérer la bonne. J’en faisais de même avec mon fils en l’amenant chez les voisins ou à l’école coranique. C’est sur ces entrefaites que mon époux nous a surpris dans une position inconfortable. Ce qui nous a perdues, c’était que celui-ci avait prétexté aller en voyage. Ce faisant, je n’avais pas pris la précaution de fermer toutes les portes. Ensuite, étant le maître des lieux, il pouvait se permettre de ne pas taper à la porte avant d’entrer. C’est ainsi qu’il a découvert que je le trompais avec cette dame. C’est vrai que j’ai commis un adultère. Et j’aurais aimé que mon mari me trouve avec un autre homme plutôt qu’avec une femme. Cet incident a détruit ma vie. Mon mari m’a répudiée et mon enfant a aussi vécu les conséquences de mes actes. Il va malheureusement grandir avec. Certes, l’absence de mon époux ne justifie pas ce que j’ai fait. Mais, s’il avait été à mes cotés, je suis convaincue que je ne serais pas tombée dans le piège de cette dame lesbienne. Ma vie est détruite, puisque certains membres de ma famille sont au courant de ce qui s’est passé. Je me confie pour me libérer d’un fardeau tout en espérant que ma vie servira de leçon aux jeunes filles ou aux jeunes femmes d’émigrés. Et je conseille aux jeunes filles de beaucoup faire attention avec ces dames, le plus souvent riches, mais qui sont des lesbiennes à cols blancs.

Confidences magazine

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge