Commissariat Sebkha II: Deux détenus payent en échange de leur libération

policerim

Deux personnes en garde à vue à la brigade de Sebkha II à Nouakchott ont été relâchées lundi après le payement de 30 000 UM, selon Alakhbar de source informée.

Selon toujours nos confrères, les deux ressortissants subsahariens ont été interpellés lors d’une rafle de la police le soir de la fête de l’Aïd el-Kebir. Leur troisième compagnon, arrêté en même temps, avait réussi à prendre la fuite.Les deux autres étaient alors demandés de ramener le fuyard en échange de leur libération. Ils ont finalement « acheté » leur liberté, après intervention de quelques parents et d’autres personnalités importantes de la commune.

Cette situation est monnaie courante dans ce commissariat où les agents, du moins certains, s’adonnent à ce genre de corruption ou de rackette aux dépens des étrangers dont le seul tort est d’être en situation irrégulière. D’ailleurs, certains étrangers subsahariens ont décidé à l’occasion de la fête, de rentrer définitivement chez eux au risque de subir des « humiliations avec ces arrestations et reconductions à la frontière ou tout au moins, payer de l’argent en échange de sa libération », regrette l’un d’eux, bagages en mains devant un bus en chargement la veille de la fête.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge