Commission dialogue et réconciliation au Mali: les premières nominations rendues officielles

Les trois premiers visages, celui du président et de deux vice-présidents, de la « Comission dialogue et réconciliation » sont connues. Cette structure est chargée de permettre aux Maliens de se parler entre eux, pour que « le vivre ensemble » devienne une réalité. Parmi les personnes nommées, on trouve une femme et un Touareg.

Mali-DiacoundaLe président de la « Commission dialogue et réconciliation », Mohamed Salia Sokona, a une réputation d’homme consensuel. Ce fonctionnaire retraité est aussi un ancien ministre malien de la Défense. Il fut également ambassadeur du Mali en France. Un de ses anciens collaborateurs le qualifie d’homme réservé, mais qui a le sens de l’organisation.

Dans sa tâche de président, il sera assisté de deux vice-présidents, un homme et une femme. Cette dernière se nomme Traoré Oumou Touré. Son statut exacte est celui de présidente de la Coordination des associations féminines du Mali (CAFO). Sa nomination est ici perçue comme une volonté des décideurs de mettre la femme au centre de ce processus de dialogue et de réconciliation nationale.

Le second vice-président de la commission est un Touareg malien originaire de la région de Kidal : Méti ag-Mohamed Rhissa. Il s’agit d’un ancien professeur de français qui a très rapidement intégré le corps de la douanes. Aujourd’hui, il a le grade de lieutenant-colonel. On le dit modéré. Sa nomination peut faciliter le dialogue entre tous les fils d’un même pays, mais qui viennent de différents horizons.

 

Source : RFI

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind