Communiqué de presse des organisateurs de la Conférence de Haut Niveau sur la Transparence et le Développement Durable

UALa Mauritanie est fermement engagée à mettre un terme aux flux financiers illicites et  à la pêche illégale en Afrique

A la veille d’un Sommet de l’UA à Addis-Abeba,  Son Excellence Mohamed Ould Abdel Aziz , Président de la République Islamique de Mauritanie et président de l’Union Africaine , est résolument engagé à mettre  en place des mesures pour stopper les flux financiers illicites et le pillage des ressources halieutiques.

NOUAKCHOTT, le 20 janvier 2015- Le Président de la République Islamique de Mauritanie et Président de l’Union africaine, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz,  a lancé un appel à ses homologues africains et à la communauté internationale à accroître la transparence dans la gestion de la pêche et de s’attaquer aux flux financiers illicites, notant que la transparence est un élément essentiel pour le développement durable.

S’exprimant à l’ouverture de la conférence de haut niveau sur la transparence et le développement durable en Afrique , le Président Mohamed Ould Abdel Aziz a déclaré qu’une meilleure gestion des ressources naturelles de l’Afrique et  la fin des flux financiers illicites pourraient transformer la vie de millions d’Africains  par la création d’emplois , la croissance économique équitable et l’allocation des revenus pour la santé, l’éducation, l’énergie et les infrastructures.

« L’Afrique a une richesse considérable en ressources naturelles –  pétrole, gaz et minéraux-, sans oublier la pêche, les forêts, la biodiversité etc. », a déclaré le président Ould Abdel Aziz dans la capitale mauritanienne. Cependant, les Africains ne reçoivent pas un traitement équitable de ces ressources et la transparence est un élément essentiel de la solution  pour le développement durable « , a-t-il ajouté, moins de deux semaines avant un sommet de l’Union africaine à Addis -Abeba .

En étroite relation avec les industries extractives, les flux financiers illicites coûtent à l’Afrique  environ 5,5 %  du PIB chaque année, soit plus que dans toute autre région du monde.

« Le monde veut et a besoin de ressources de l’Afrique, par conséquent, la communauté internationale doit également assumer sa responsabilité dans la gestion de ces ressources, avec des offres équitables seules à mesure de résister à l’épreuve du temps « ,a déclaré le Président Mohamed Ould Abdel Aziz à la conférence.

Proposé par le Gouvernement Mauritanien à la fin de la conférence et adopté par les participants, la Déclaration de Nouakchott met en exergue une série de mesures visant à lutter contre les flux financiers illicites et la pêche illégale.

Chaque année, l’Afrique de l’Ouest perd environ 1,3 milliards de dollars à cause de la pêche illicite qui dévaste aussi les communautés côtières à travers la perte d’emplois, de commerce, de sources de protéines critiques et la destruction de l’environnement.

Les  côtes mauritaniennes sont une de zone les plus abondantes en ressources halieutiques de la planète, cependant, ce pays d’Afrique de l’Ouest avec une population d’environ 3,5 millions d’habitant n’a jamais reçu un traitement équitable pour ses ressources, entravée par la pêche illégale et le manque d’usines de transformation ce qui limite la création d’emplois supplémentaires.

S’appuyant sur le Plan d’action  de la  Stratégie Africaine intégrée pour les mers et les océans-horizon 2050 (AIM) de l’Union africaine et la déclaration de 2015-2025 comme  la Décennie africaine des mers et des océans, le Président Ould Abdel Aziz a exhorté les autres dirigeants des pays  côtiers d’Afrique à renforcer la transparence dans la gestion des pêches, y compris en ce qui concerne l’octroi de licences et le contrôle de la pêche illégale .

« Les gouvernements africains ont un rôle potentiellement crucial à jouer dans la lutte contre  la pêche illégale, mais la communauté internationale doit également assumer sa responsabilité dans la lutte contre les bateaux étrangers qui violent les eaux africaines », a-t-il précisé, se référant à l’Accord Mesures du Ressort de l’État du Port (Port State Measures Agreement)  qui a encore besoins d’être ratifiépar 11 autres pays avant d’entrer en vigueur.

« C’est la première conférence de l’Union africaine dans la Décennie des mers et océans africains, alors quelle meilleure façon de commencer que de renforcer l’engagement à protéger nos ressources marines, en particulier nos pêches »,a déclaré le président qui a annoncé devant la conférence,  le lancement de l’initiative de transparence dans le secteur de la pêche maritime en Mauritanie.

Source : Rapide Info

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge