Communiqué: Le M.P.R condamne fermement l’arrestation de militants des droits de l’Homme

BABA K H

Le Mouvement Pour la Refondation (M.P.R) a suivi avec un grand étonnement l’attitude agressive des autorités mauritaniennes face à la caravane pacifique de huit organisations des droits de l’Homme dans le cadre d’une campagne de sensibilisation de Boghé à Rosso sur les problèmes d’expropriation et d’esclavage fonciers. En effet, c’est à la fin de la caravane à Rosso, que les pouvoirs publics se sont décidés à en découdre avec les militants par une répression sauvage ayant provoqué des blessés, ainsi que des arrestations ciblées dont celles des leaders de Kawtal et d’IRA.

En s’engageant dans une escalade provocatrice visant à empêcher les paisibles marcheurs d’entrer dans la ville de Rosso, alors que la caravane avait achevé son périple, sans aucun trouble à l’ordre public, les autorités mauritaniennes n’ont fait qu’amplifier le succès de cette caravane des droits de l’Homme. Elles marquent également leur mauvaise conscience face à des populations spoliées de leurs droits les plus élémentaires.

Pourtant le MPR avait tiré très tôt la sonnette d’alarme en attirant l’attention des pouvoirs publics sur les questions foncières dont le déni de propriété des victimes de l’exclusion continue d’être sciemment organisé par l’Etat, faisant peser de graves menaces sur l’unité nationale et la cohésion sociale.

Face à ces mesures récurrentes et inappropriées d’intimidation, mais qui hypothèquent la paix civile, le MPR :

 

  • Vivement préoccupé par la politique d’exclusion érigée en système de gouvernement et qui divise le peuple mauritanien;
  • Convaincu que la politique d’expropriation foncière au profit d’investisseurs étrangers prend des proportions alarmantes en violation flagrante de nos lois et règlements;
  • Conscient que le phénomène de l’esclavage foncier demeure une pratique encore vivace et infamante pour notre pays, contraire aux règles juridiques, morales et aux valeurs universelles qui gouvernent l’humanité tout entière;
  • Considérant que la gestion calamiteuse du foncier par les pouvoirs publics pollue les droits inaliénables des vrais propriétaires et des vrais paysans, sans l’accord desquels aucune politique, aucun programme de développement agricole viable ne peut être réalisé:

-Condamne fermement l’arrestation de militants des droits humains et engage les pouvoirs publics à trouver des solutions dans l’application effective de la loi criminalisant la pratique de l’esclavage, le règlement juste et équitable des problèmes fonciers ;

Exige la libération sans condition des militants arrêtés, tout en souhaitant un prompt rétablissement aux blessés;

En appelle à la lucidité des autorités étatiques pour le respect scrupuleux de toutes les formes de liberté (individuelles et collectives), conformément aux conventions internationales sur les droits humains que notre pays a ratifiées et à notre charte fondamentale ;

Réitère avec force sa position pour le règlement juste et immédiat des problèmes liés à la spoliation des terres de la vallée tout en rappelant au pouvoir en place sa dangereuse attitude d’ignorer  les revendications légitimes des ayants droits.

 

Nouakchott, le 12/11/2014

Cellule de communication du MPR

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge