Communiqué

 

 

Persistant dans les méthodes de provocation dont elles ont l’habitude depuis que le général Mohamed Ould Abdel Aziz a pris le pouvoir le 6 août 2008, les autorités administratives ont procédé, hier mercredi, au déploiement d’unités de la police dans la place Ibn Abass où la Coordination de l’Opposition Démocratique comptait organiser, non pas un meeting ni une marche, mais bien une soirée commémorative du 52ème de l’Indépendance nationale.

La police a ainsi bloqué toutes les voies menant à  cette Place, confisqué les tapis, chaises et piquets de clôture pour sécuriser la soirée et harcelé les militants, dans l’intention délibéré de les inciter à la confrontation, à la violence et au désordre. Il s’agissait, à l’évidence, d’un retrait de l’autorisation donnée sous forme écrite par le Hakem de la Moughataa du Ksar.

Ce retrait intervient après que le Wali de Nouakchott ait refusé, une semaine auparavant, d’autoriser la même activité, sous prétexte que le parti qui en avait fait déclaration au nom de la COD ne jouissait d’aucune légitimité et que la situation sécuritaire ne permettait pas l’organisation d’une telle activité ; tous arguments contraires aux lois et règlements en vigueur, ainsi qu’aux principes et usages démocratiques

Le comportement des autorités administratives, hier, constitue  une nouvelle preuve de la nature totalitaire du régime, de la violation par celui-ci des lois de la république et principes de la démocratie, ainsi que de son mépris pour le peuple mauritanien. Il témoigne, aussi, de l’irresponsabilité du pouvoir, qui ne trouve ainsi comme réponse à son rejet par le peuple mauritanien que le recours à l’arbitraire, la provocation de l’opposition pour l’inciter à la violence et au désordre, l’agression à leur domicile des chefs de partis, des anciens chefs d’Etat et des journalistes et l’outrage des tribus et des individus en pleine rue et sur les ondes !

Le Conseil des Présidents de la COD, tout en se félicitant du niveau de responsabilité et de discipline dont ont fait montre les militantes et militants de l’opposition ainsi que de leur refus de répondre à la provocation et l’incitation au désordre, prend à témoin l’opinion publique nationale et internationale que c’est bien le pouvoir qui, à travers ses agissements, œuvre à la création du désordre et au réveil des instincts primitifs dans le pays et qu’il est visiblement décidé à continuer à provoquer l’opposition et tolérer voire encourager les exactions dont la COD est victime. 

En réaffirmant notre détermination à poursuivre notre combat démocratique pour faire partir ce régime corrompu et dépourvu des aptitudes les plus élémentaires pour gouverner un pays comme la Mauritanie et son peuple pacifique et pétri de valeurs et renouvelant notre engagement à tout faire pour réaliser cet objectif par les voies pacifiques, nous proclamons notre volonté de répondre à la situation nouvelle avec la fermeté, la détermination et les méthodes de lutte légitimes qui s’imposent. Nous rendons Mohamed Ould Abdel Aziz et son régime entièrement responsables des conséquences qui pourraient découler des violations par eux de la Constitution et manipulations des institutions de la République, ainsi que de leur incitation au désordre et à la violence comme moyen de rester au pouvoir.

Allah est témoin des intentions [de chacun].

 

Nouakchott, le 06 Décembre 2012

Le Conseil des Présidents

 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge