Condamnation à mort confirmée pour l’assassin d’un Américain en Mauritanie.

La justice mauritanienne a confirmé en appel la condamnation à mort prononcée en première instance en 2011 contre un Mauritanien pour l’assassinat en 2009 d’un Américain, qui avait été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), selon une source judiciaire mercredi.

Mohamed Abdallahi Ould Hmednah avait été condamné à mort le 15 mars 2011 pour l’assassinat de Christopher Leggett, abattu le 23 juin 2009 à Nouakchott.

Sa défense avait fait appel du jugement. Son procès en appel s’était ouvert lundi devant la Cour d’appel de Nouakchott, qui a confirmé mardi soir la condamnation, a expliqué à l’AFP cette source judiciaire sous couvert d’anonymat.

La Cour a confirmé le verdict, aussi bien la peine de mort contre le principal accusé Mohamed Abdellahi Ould Hmednah que des peines d’emprisonnement contre ses deux complices, a-t-elle déclaré. Les deux co-accusés sont Didi Ould Bezeid, qui avait écopé de 12 ans de prison ferme, et Mohamed Mahmoud Ould Khouna, qui avait été condamné à trois ans de prison ferme.

A l’issue du procès, la défense de M. Ould Hmednah a affirmé n’avoir pu jouer son rôle dans les conditions normales, selon des informations diffusées par la presse. Elle a expliqué n’avoir pu voir le condamné pour préparer avec lui un plan de défense.

M. Ould Hmednah avait été amené le week-end dernier à Nouakchott pour son procès, à partir d’un lieu de détention secret où se trouvent des condamnés à mort pour actes terroristes et éloignés de Nouakchott pour des raisons de sécurité.

Christopher Leggett avait été abattu en plein jour de trois balles en pleine tête dans le centre de Nouakchott par des hommes armés alors qu’il descendait de son véhicule devant les bureaux de l’école d’anglais et d’informatique qu’il dirigeait depuis plusieurs années.

Ses meurtriers avaient d’abord essayé de l’enlever mais, face à sa forte résistance, ils avaient fini par le tuer, d’après des témoins. Son assassinat avait été revendiqué par Aqmi, organisation très active dans plusieurs pays du Sahel, plus particulièrement en Mauritanie où elle a commis plusieurs enlèvements d’Occidentaux et attentats.

Le pouvoir du président Mohamed Ould Abdel Aziz est l’un des plus engagés de la région dans la lutte contre Aqmi. L’armée mauritanienne a notamment mené des raids contre des unités combattantes de l’organisation au Mali voisin, où Aqmi a une partie de ses bases.

Depuis fin mars et début avril, des hommes d’Aqmi sont présents dans les capitales des trois régions du nord de ce vaste pays – Kidal, Gao et Tombouctou – tombées sous le contrôle de divers groupes armés, dont des rebelles touareg et islamistes armés, qui avaient déclenché mi-janvier une offensive contre l’armée malienne dans la zone.

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind