Conférence de presse : La COD à la rescousse de Hamza

cod
Au cours d’une conférence de presse mercredi 17 juillet 2013, à l’hôtel Khater, la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD) s’est exprimé sur l’affaire « Ould Hamza –IGE », les conditions de vie difficiles des populations, les nouvelles formes de gabegie et les fraudes électorales à l’horizon.

L’hôtel Khater a abrité hier, une conférence de presse animée par la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD).

Prenant la parole le président en exercice de la COD, M. Ahmed Ould Daddah, président du parti Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) a souligné : « on est en train de détourner nos préoccupations alors que nous vivons dans une situation paradoxale où celui qui perd gagne »,.ajoutant « sur 216 communes, la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN) a fait un excellent travail, de transparence et d’intégrité mais comme son président est issu de l’opposition il faut montrer à l’opinion que l’opposition gère mal ». Ould Daddah intervenait ainsi sur la mise en demeure adressée par l’IGE (Inspecteur général d’Etat) au président de la CUN Ahmed Ould Hamza, sommé de rembourser 350 Millions d’UM. Pour Ahmed Ould Daddah, « nous assistons à une campagne de dénigrement préparée pour des perspectives bien connues, la chasse aux opposants ».

Evoquant les conditions de vie difficiles des populations, Ahmed Ould Daddah a souligné que « la vie quotidienne se détériore de plus en plus, notamment en cette période de ramadan à cause de la hausse vertigineuse des prix ». Il comparera à ce titre les prix du riz, de l’huile, du lait, du carburant du mois d’Aout 2008 à celui du mois de juillet 2013. Selon le leader politique, cette hausse des prix est un cadeau du soi-disant « président des pauvres » à ses administrés qui s’est jusque-là distingué par son mépris notoire des Mauritaniens et de leurs problèmes.

« Aziz s’est attelé a augmenté les prix en muselant la concurrence afin que deux ou trois importateurs de sa famille aient le monopole du marché » ajoutera-t-il.

Revenant sur la gabegie, le leader du RFD a affirmé qu’il y a de nouvelles formes de gabegie dans la gestion générale du président Aziz, notamment dans l’attribution des marchés gré à gré , dans la distribution des terrains et aussi dans le détournement du budget de l’Etat et de l’aide internationale. Citant la nouvelle autorité de régulation des transports, Ould Daddah estime que c’est une agence spécialisée dans le racket, en ce qu’elle impose une avalanche de taxes et d’impôts injustifiés aux transports, engrangeant ainsi plusieurs milliards d’ouguiyas versés dans les caisses noires d’Ould Abdel Aziz. Idem pour l’Agence chargée de l’enrôlement biométrique, où Aziz aurait également nommé un cousin, homme d’affaire de la famille sans aucune compétence qui risque de déclencher des soulèvements interraciaux, à cause de ses décisions discriminatoires et racistes .

S’agissant de la fraude aux élections, Ahmed Ould Daddah estime que la CENI (Commission électorale nationale indépendante) ne sert que de couverture à la fraude, en ce qu’elle n’est chargée de que missions très marginales qui lui permettent juste de valider des élections concoctées dans d’autres officines. « La création de la CENI repose sur des bases non consensuelles »soulignera t-il. Selon Ahmed Ould Daddah, le fait que son siège soit logé dans un appartement propriété de la famille du président Mohamed Ould Abdel Aziz, qu’elle emploie des retraités du ministère de l’intérieur et des agents des forces sécurités, sous-fifres du pouvoir, lui enlève toute crédibilité.

Cheikh Oumar NDiaye.

L’Authentique

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind