Confusion sur le sort des otages français enlevés au Cameroun

Les sept otages français, dont quatre enfants, enlevés mardi 19 février dans le nord du Cameroun auraient été retrouvés au Nigeria, dans une maison de la ville de Dikwa.

Ils seraient désormais aux mains des autorités nigerianes. Le ministre français des Anciens combattants Kader Arif a confirmé dans un premier temps la libération des Français. Puis, il est revenu sur ses déclarations. Le ministre de la Communication camerounais a lui, démenti cette information.

Les sept otages français auraient été libérés et se trouveraient actuellement au Nigeria, selon un officier supérieur de l’armée camerounaise. Cette information dans un premier temps a été confirmée par le ministre français délégué aux Anciens combattants, Kader Arif. Puis ce dernier est revenu sur ses propos en expliquant qu’il n’avait fait que relayer « des informations transmises par voie de presse ».

Un collaborateur de GDF Suez et sa famille avaient été enlevés mardi 19 février dans le nord du Cameroun. « Un enlèvement odieux », selon les mots de François Hollande. L’enlèvement n’a jamais été revendiqué. Toutefois les soupçons se portaient sur la secte Boko Haram, implantée du côté nigérian de la frontière : une thèse avancée dès mardi par le chef de l’Etat français.

Selon notre correspondante à Yaoundé, les autorités camerounaises ne confirment pas cette libération, le ministre de la Communication l’a même démentie. Une confusion règne, sur place.

 

RFI


Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge