Congo : la rébellion du M23 affirme être « aux portes » de Goma

La rébellion du Mouvement du 23 mars (M23) a déclaré, dimanche, être prête à repousser « très loin » l’armée congolaise.

 

 

La rébellion congolaise du Mouvement du 23 mars (M23) a déclaré, dimanche, être « aux portes » de Goma et prête à repousser « très loin » l’armée qu’elle affronte dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). L’armée congolaise a par ailleurs affirmé que les combats qui l’opposent à la rébellion ont atteint dimanche le camp de déplacés de Kanyarucinya, à une dizaine de kilomètres de Goma, ce que la rébellion a démenti. « En ce moment, nous sommes à Kibati, à 5 kilomètres de Goma. […] Nous ne sommes pas dans la ville de Goma. Ce n’est pas notre ambition de prendre Goma. Si toutefois l’armée de Kabila [le président] nous attaque, nous allons poursuivre l’ennemi jusqu’à ce qu’il soit rejeté très loin de Goma », a déclaré à l’AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole militaire des rebelles.

Aucun commentaire de l’armée n’a pu être obtenu au sujet de Goma. Mais un colonel de l’armée chargé du renseignement a déclaré : « Les affrontements se déroulent maintenant au camp de Kanyarucinya, l’ennemi a débordé par la droite et tous les déplacés ont déjà quitté le camp et seraient maintenant dans la ville de Goma. » « Nous essayons de nous défendre. Nous avons espoir dans les nouvelles troupes qui sont en train d’arriver de Bukavu », la capitale de la province voisine du Sud-Kivu, a-t-il précisé, expliquant que ces renforts sont arrivés par bateau et sont au port de Goma. Le M23 a démenti être arrivé au niveau du camp. « Non, ça, c’est faux. Nous ne sommes pas auprès du camp de Kanyarucinya », a affirmé le lieutenant-colonel Vianney Kazarama.

Le camp de Kanyarucinya compte entre 60 000 et 80 000 personnes, pour beaucoup des femmes et des enfants, selon l’ONU. Lorsque les combats ont repris jeudi entre l’armée et le M23, avec trois mois de trêve, plus de 7 000 personnes ont regagné ce camp. Fuyant les combats, des colonnes de centaines de déplacés – et des militaires ayant quitté le front – sont arrivées dimanche aux portes de Goma avec leurs effets personnels et leurs chèvres, espérant rejoindre d’autres camps de déplacés. Le M23 est surtout formé d’anciens rebelles qui, après avoir été intégrés en 2009 dans l’armée, se sont mutinés en avril dernier et combattent depuis l’armée régulière dans la région du Kivu. Le Rwanda et l’Ouganda sont accusés par l’ONU de soutenir les rebelles, ce qu’ils démentent.

 

Source:Lepoint

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind